AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alec Johnson dit le Grizzly (si-si, il fait peur je vous assure !) -fini-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alec Johnson
Le Grizly ~ "C"
avatar


MessageSujet: Alec Johnson dit le Grizzly (si-si, il fait peur je vous assure !) -fini-   Ven 2 Oct - 17:18



Alec Johnson

Bonjour! 
Je m'appelle ALEC JOHNSON, mon numéro d'identification sur cette île est le 76DF-3GN321. Mais souvent, dans mon quartier on m'appelle (le) Grizzly. Je suis un HOMME. Je mesure 1m76 et ma couleur favorite est le bleu marine
En parlant de quartier, les scientifiques, après leur test à la noix, m'ont envoyé dans le quartier JAUNE parce que selon mon caractère il parait que c'est celui qui me correspondait le mieux. J'ai 23 ans, mais physiquement je semble en avoir à peine 20
Je suis un TYPE 1 et de rang C. Je fais également partie des exilés FORCES sur cette île, et je suis originaire de BIG SPRING - TEXAS, mais j'ai vécu aussi à SAN DIEGO – CALIFORNIE. De plus, mon appartenance au type 1 m'offre les capacités suivantes : Peau extrêmement dure et insensible mais en contrepartie, j'ai quelques faiblesses comme un besoin de sommeil plus important que la normale, et un manque de souplesse cruellement ridicule.

Dans le domaine personnel, je suis -pas intéressé- probablement gay vu que les femmes ne m'ont jamais attirées




ANALYSE PSYCHOLOGIQUE
Remarque : Le sujet semble peu stimulé par les tests. 
-Test de QI : 90
- L'analyse psychologique note une tristesse de fond, et un manque de réactivité aux émotions extérieures. Étude à approfondir. Le sujet n'étant visiblement pas en confiance, il s'est relativement peu ouvert et n'a répondu aux questions que sous la menace du gardien sans grande réactivité faciale.
- Non réactivité aux piques humoristiques. Pas même une trace de sourire qui marquerait un amusement interne. Le sujet semble dénué d'humour.
- Réactivité lente aux agressions orales.
- Forte réactivité à l'agression physique. Réactions brusques avec usage des capacités spéciales. Il retrouve son calme rapidement dès la menace évacuée.
- Note : Le sujet a montré des signes de curiosité pour les tests pratiques. Le sujet semble être plus manuel qu'intellectuel. Il écoute et se montre attentif aux consignes. A l'exception de raconter les raisons qui l'ont fait incriminé.
- Réponses du sujet au questionnaire de personnalité :
« J'aime pas parler de moi. J'ai l'impression de déranger. J'aime pas déranger. »
« J'aime la ponctualité. Quand j'étais en retard gamin, ma mère me frappait, et comme j'aimais pas qu'elle se fasse du mal, bah je faisais en sorte de ne pas être en retard. Jamais.»
« Les gens ne me prenne pas pour confident. Je n'aime pas les gens. Au mieux je reste loin, au pire je les évite. Sauf quand on m'agresse ou qu'on cherche la bagarre. Je ne commence jamais, mais ça finit toujours mal pour celui qu'à commencer. »
« J'aime pas les surprises. Ça vous plaît vous qu'on vous fasses des choses que vous avez pas envie ? » 
« J'aime pas mettre les gens dans des cases. C'est con de mettre les gens dans des cases. Après ils y restent et ils sont malheureux. Alors ouais, j'essaie de prendre les gens comme ils sont. Quand je m'intéresse aux gens.»
- Note : Le sujet n'a pas répondu aux questions traitant de son rapport à l'autorité.
« J'aime savoir ce que je fais de mes journées. Je suis pas un flemmard. J'aime pas ne rien faire. [...] Ouais c'est vrai je dors beaucoup, mais quand je ne dors pas je suis actif.»
« Ouais… J'aime bien créer des choses. J'aime travailler avec mes mains, faire des trucs, même si ça plait pas aux autres personnes. J'ai fait des petits boulots avant de… avant qu'on m'envoie ici. Mais j'ai jamais fait d'études, j'ai même pas fini l'école obligatoire. »
- Centres d'intérêt : lecture, musique et histoire.

- Remarque bis : Le sujet s'est montré coopératif et obéissant.




ANALYSE PHYSIQUE
Remarque : Sujet intéressant, à surveiller dans son évolution au sein du complexe. 
- Taille : 1m76
- Poids : 60Kg
- Couleur des yeux : gris ; expressions faciales peu développées. Le sujet n'a pas changé d'expression faciale durant toute la durée de l'examen corporel.
- Couleur des cheveux et poils : Brun ; absence de pilosité en dehors des cheveux, sourcils et pubis.
- Test d'endurance : Vitesse moyenne : 5Km/h vitesse de pointe : 12Km/h sur 5s ; durée : 13h 22' 45'' ; note : peu de sueur.
- Expertise cutanée : absence de grain de beauté, absence de cicatrice, température difficile à évaluer, estimée tiède ; impossibilité de piquer l'épiderme, pas de modification visuelle lié aux changements de température.
- Tests de résistance poussés : Le sujet possède des zones érogènes normales, des muqueuses sensibles à la température, mais aucun instrument n'a pour l'heure pu percer sa peau -outils détruits sans aucune volonté de la part du sujet. Les seuls échantillons sanguins obtenus sont ceux originaires du Texas, datant du dépistage infantile.
- Pas de changement d'expression faciale. Pas d'expression de douleur. Pas d'expression de plaisir. A peine un soupir d'ennui notifié. Est-il humain ?


HISTOIRE
N'oublie jamais d'où tu viens... 
Fils d'une mère célibataire porteuse d'un gène latent, et d'un père inconnu, Alec n'a jamais connu que l'alter-ghetto de Big Spring au Texas.

Dans son foyer familial, Alec subit les reproches de sa mère. La pauvre femme le compare constamment à l'homme qui ne fera jamais partie de sa vie et dont il ne saura que les défauts et ne connaîtra que les traits physiques qu'il ne partage pas avec sa mère.
Alec prit le chemin de la rue afin de fuir cette mère agressive et dépressive. Et la rue l'adopta même si cela fut difficile.

Petit et maigre toute son enfance, Alec fut souvent pris pour le souffre-douleur dans la bande de gosses avec laquelle il traîna jusqu'à « l'accident » qui déclencha ses pouvoirs.

Au sein de la bande, Alec avait eu un protecteur : Marco. Un garçon de deux ans plus âgé que lui le prit pour son aile quelques temps après son arrivée dans la bande et le protégea en l'appelant «frère». Ensemble, ils apprirent à voler, même si le petit délinquant aux yeux gris n'était pas très doué pour cela, au moins il apprit à ne pas mourir de faim les fois où il ne rentrait pas chez lui. Même si c'était toujours Marco qui ramenait le plus à manger et partageait son butin avec lui, ils n'allaient jamais l'un sans l'autre dans les rues. Et peu à peu, Alec oublia de retourner chez sa mère, jusqu'à ne plus y aller.

Avec sa naïveté d'enfant, Alec et sa bande de copains devinrent guetteurs pour les dealers du quartier. Ils jouaient à « Chicken Running» quand la police arrivait. Les gosses ça court vite et ça disparaît dans les trous de rats sans se faire voir après avoir donner l'alerte. Et puis ça rapportait quelques billets par mois de jouer comme ça dans certaines zones de trafic.

Sauf qu'un jour, une brigade anti-alter intervint trop rapidement pour que les gosses aient le temps de réagir. Les policiers débarquèrent dans le hall où la bande guettait. Alec tira Marco par la manche pour fuir mais celui-ci pour une raison inconnue refusa de bouger. Il s'était interposé entre le flic de tête et les escaliers et avait refusé de bouger. Le policier répéta deux fois l'ordre de dégager de son chemin. Marco lui sourit en faisant rougeoyer ses yeux. C'était tout ce que Marco pouvait faire : rendre ses yeux brillant dans le noir. Alec savait que ça lui permettait uniquement de voir dans la nuit mais le flic n'en savait rien et mit Marco en joue puis tira sans sommation. Le flic savait qu'on ne lui dirait rien pour avoir tuer un alter potentiellement dangereux. La bavure n'en était pas une puisque le gamin avait refusé d'obéir. Mais Alec avait perdu l'être le plus cher qu'il avait dans sa vie.

Alec gardait encore la sensation de l'éclaboussure de sang tiède sur son visage. Il avait vu la tête de son meilleur ami, de son frère voler en éclats et se répandre dans la cage d'escaliers et sur les murs. Il avait bloqué tout en tenant toujours la manche de Marco. L'intervention policière s'était poursuivie et s'était terminée sans qu'Alec ne puisse bougé. Il était resté figé plusieurs heures comme ça dans ce hall froid, jusqu'à ce qu'une autre bande de voyous tombe sur la scène de crime et le prennent sous son aile.

De ce jour-là, Alec s'était refermé sur lui même, comme mort de l'intérieur, comme si sa vie s'était arrêtée en même temps que celle de Marco. Pendant six mois, Alec resta dans cet état de fantôme. Six mois durant lesquels la bande de voyous se désintéressa peu à peu de lui.

« Qu'il crève s'il ne veut pas bouffer ! »

Ce refrain attira tout de même l'oreille du plus vieux de la bande. Le vétéran qu'ils le surnommaient. Il prit l'initiative d'emmener Alec dans l'hôpital le plus proche quand le garçon devint si maigre qu'on aurait dit un sac d'os dans son vieux t-shirt dix fois trop grand pour lui.

Concrètement, il se retrouva chez un médecin de famille qui eut pitié du gosse parce qu'à l'hosto, personne ne voulut le prendre en charge. Les alter n'étaient pas vraiment considérés comme humains dans certains quartiers et Big Spring n'avait vraiment rien d'un vert pâturage accueillant.

Alec resta un an chez le doc. Au début il fut nourrit à la perfusion, puis au bouillon. Mais son état n'évolua pas. Il avait alors un peu plus de onze ans et demi.

Un jour, un policier se présenta chez le médecin. Un voisin avait cafardé à propos de son activité illégale et sous-entendu le fait qu'il faisait des attouchements sur un gamin qu'il avait recueilli. Le médecin n'avait jamais posé la main sur Alec. Aussi, afin de le protéger, le médecin tenta de le cacher dans une autre pièce, mais le garçon lui échappa à l'instant même où il aperçu l'uniforme de l'agent de police. Hystérique et hors de contrôle, Alec se jeta sur le flic et lui démolit le portrait jusqu'à lui faire exploser le crane.

Du haut de ses onze ans, Alec avait tué le flic. Ses poings s'étaient rigidifiés sous la rage et malgré sa petite taille, et sa force d'enfant, l'adulte n'avait pas pu le contenir, et le médecin choqué n'avait pas été en mesure de réagir. L'acte commis, Alec reprit vie avec une seule obsession : tuer celui qui lui avait volé son frère. Et il quitta le médecin pour préparer sa vengeance.

La vengeance fut ce qui motiva Alec pendant sept ans. Cela le motiva et lui redonna des forces mais il perdit bien plus. Au bout de cinq ans, Alec fut persuadé d'avoir acquis la maîtrise de son pouvoir. Il y croyait tellement fort qu'il ne se questionna pas sur le fait qu'il se trouvait obligé de voler de plus en plus de nourriture au fil des années, ni sur le fait qu'il dormait toujours plus de douze heures par jour. Le pire fut probablement qu'il ne fit absolument pas attention au moment où son pouvoir entra dans une phase d'irréversibilité. Sa peau se trouvait constamment dure et insensible quel que soit l'état de l'adolescent. De jour, comme de nuit, éveillé, ou dans son sommeil le plus profond, le ghetto avait pris le peu d'humanité qu'il restait au garçon.

A quinze ans, Alec s'était fait un nom dans le milieu des combats de rue et gagnait sa vie ainsi. A dix-sept-ans, il fut repérer par un mécène et combattit pour lui. Qui se méfiait d'un ado maigrelet ?

Le jour de son dix-huitième anniversaire, un combat spécial fut organisé. Quelles étaient les chances pour qu'une descente de police anti-alter ait lieu précisément ce jour-là ?

Voyant les participants fuir et se faire attrapés, Alec demeura immobile au centre de l'aire de combat. Cerné et mis en joue par une dizaine de fusils anti-alter, Alec esquissa un sourire. La joie d'accéder enfin à son désir le plus profond lui fit atteindre l'extase. Et lorsqu'il reconnut l'assassin de son ami d'enfance, il retira ses gants. On lui hurlait et répétait de se mettre face contre terre. Il désobéit et les provoqua. La réponse fut immédiate : ils firent feu. Alec, paupières fermées, subit l'assaut sans qu'aucune balle ne perce sa peau. Quand les flics se rendirent compte que la cible ne tombait pas, les tirs cessèrent. Alors Alec s'élança vers le meurtrier d'enfant et lui attrapa la tête avant de lui briser la nuque.

Et cela s'arrêta là. Alec redevint immobile et sans expression. Sa vengeance accomplie, il n'en tira aucune satisfaction. Vide de l'intérieur comme au premier jour de la mort de Marco, il soupira et se laissa arrêter sous les regards choqués, apeurés et haineux des flics. S'il l'avait voulu, il aurait pu fuir. Il aurait pu rompre ses liens et fuir, mais où serait-il allé ? Sans ami, sans famille, sans attaches ? Non, le jeune homme se laissa faire pacifiquement.

Son procès fut rapide. Il obtint la peine de mort. Personne n'aime les tueurs de flics. Mais un problème se posa quand il fallut l'exécuter. Aucune aiguille ne put percer ses veines et le courant de la chaise électrique le chatouilla. Il fut gardé cinq ans dans une prison de très haute sécurité quand finalement on le fit embarqué pour le centre de recherche d'Eden, en dernière solution. Le juge ordonna une impossibilité de compression de peine et une interdiction de retourner sur le territoire américain. Alec avait été fiché comme extrêmement dangereux par les services américains, mais c'est un cocon vide qui arriva à destination. A se demander ce que les scientifiques pourraient tirés de lui.



Derrière le miroir
Pseudo : Nana
Âge : 21
Double compte : plus tard peut-être
Avis sur le forum : Cooooool *-*
Quelque chose à ajouter : Nope
Code : Textuellement : [Validé par l'ange blanc] ^^


codage par Kuru-sama


Dernière édition par Alec Johnson le Dim 29 Nov - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kazutaka Muraki
Scientifique & Dirigeant de Central ~ Rang "X"
avatar


Dossier scolaire
Fonction à Eden: Dirigeant Scientifique
Relations:
Lion ou brebis?: Dominant!

MessageSujet: Re: Alec Johnson dit le Grizzly (si-si, il fait peur je vous assure !) -fini-   Dim 4 Oct - 17:43

Bien le bonsoir jeune homme,

La vie sur le territoire de l'Eden Project n'est pas aussi dure que dans la rue ou les alter-ghettos...mais ce n'est pas non plus le paradis dont tout le monde rêve.
J'espère tout de même que tu te fera une place dans ce monde qui est à présent le tiens.

Pour ce qui de ton rang de danger, il reste le même que celui déjà énoncé.
Pour ta color Island, tu seras contacter dans la semaine pour "la mini mise en situation" qui décidera de l'endroit où tu ira vivre. Et si tu as des suggestion, elles sont bonnes à entendre.

Pour l'heure, tu réside dans les dortoirs de Central, en attendant l’achèvement de ton bijoux de localisation ^^.

Revenir en haut Aller en bas
Alec Johnson
Le Grizly ~ "C"
avatar


MessageSujet: Re: Alec Johnson dit le Grizzly (si-si, il fait peur je vous assure !) -fini-   Dim 4 Oct - 18:30

Merci M'sieur. ... Je suppose...

On f'ra avec.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alec Johnson dit le Grizzly (si-si, il fait peur je vous assure !) -fini-   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alec Johnson dit le Grizzly (si-si, il fait peur je vous assure !) -fini-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» alec ▲ the show must go on.
» Un point sur les émotions [PV Alec Lockheart]
» Alec Volturi ► "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» Grizzly VS Loups ~PV Kenji~
» King -Grizzly de la Paresse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie d'Eden :: 
Avant tout...
 :: Présentations :: Dossiers Validés :: Type 1
-
Sauter vers: