AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Satan existe [Uta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Satan existe [Uta]   Mer 24 Aoû - 19:39

Alice gambadait joyeusement entre les rayons. Aujourd'hui, elle avait déclaré contre toute attente qu'elle emmerderait le premier qui viendrait la chauffer, et qu'elle ne ferait rien d'autre que s'occuper d'elle. Il y a des jours où le boulot de gardien vous porte allègrement sur les nerfs. Armée d'une brosse à cheveux, d'une lime, d'un vernis, d'un après champoing et d'une crème pour le corps, elle s'était enfermée, résolument, dans la salle de bains, et n'en était sortie au bout de trois heures que pour prendre un épilateur et disparaître à nouveau pendant une demi heure. Et puis enfin, miracle, elle était sortir, propre, récurée, repassée de tous les côtés, avec plus un seul poil qui dépassait, plus un seul pli de travers, les cheveux soignés et tout... Et puis au moment de s'habiller, le moment béni et un peu craint où on ouvre la porte de l'armoire, elle s'était retrouvée face à une version miniature du désert de gobie. Le vide, la dèche, que dalle. Enfin, si. Quelques survets, des vêtements déchirées, d'autres avec des taches plus récupérables... Son boulot la poursuivait. Mais ni une, ni deux ! La voilà qui enfourchant fièrement son non cheval blanc et partait à pied débarquait dans la petite ville à même pas un kilomètre de l'Institut, direction les rues commercantes, carte bleue (volée, certes, on apprend plein de choses auprès de Dimitri) en main pour faire les boutiques !!

Cela faisait déjà quatre magasins qu'elle avait fait et déjà huit ou neuf paquets aux bras, et puis voilà qu'elle entrait dans son magasin préféré : des robes magnifiques, mais assez chères. Adieu petit compte en banque, tu nous manquera peut être un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Ven 26 Aoû - 16:32

Uta avait déjà passée son premier jour a l’institut ; elle était tombée sur celle qu'elle allait devoir supporter toute l’année, il s’agissait d’une secrétaire du nom de Tamako, elle était un peu spéciale mais elles allaient bien s’entendre Uta en était sure. Elle avait put remarquer que le métier de secrétaire n’allait surement pas être de tout repos, c’est un job ou l’on est tout le temps en surmenage a cavaler a droite et a gauche ne sachant pas ou on va (enfin surtout elle, il faut dire qu’il s’agit d’une brave fille un peu pommée)... C’est pourquoi il faut profiter de chaque jour de congés !! Aujourd’hui, c’était justement son jour de repos, elle décida de faire un tour à l’extérieur de l’institut, profitant de cette belle journée pour visiter les alentours et promener son fidel compagnon, j’ai nommée croc blanc !

Il y avait une petite ville a même pas un kilomètre, Uta marchait tranquillement sur le trottoir, il y avait de nombreuses boutiques les unes plus ravissantes que les autres. Son regard était captivé par les nombreuses paires de chaussures ornant cette boutique, puis des manteaux dans cet autre magasin, puis dans encore un autre de jolis sacs... Ses pieds suivant sa raison, continuaient a avancer tandis que ses yeux continuaient de lorgner envieusement les marchandises exposées dans les vitrines qui défilaient. « Il faut être raisonnable, ces jolies paires de chaussures ne me seraient d’aucune nécessité dans mon travail, puis il faut que je fasse des économies...Ô ! Cette veste est magnifique ! ...Non mais tu a écouté ce que je viens de dire !...Allé croc blanc, on file, ça suffit maintenant tes caprices de chiens gâté ! » Le chien regarda sa maîtresse complètement hébété...

Ils allèrent faire demi-tour lorsqu’elle s’arrêta net. Un magasin proposant des robes avait attiré son attention, cette fois elle allait se faire plaisir. Elle laissa son compagnon a l’entré et passa la porte de la boutique, c’était surement un truc pour les princesses, il y en avait pour tous les goûts, des jaunes, des roses, des rouges, des bleues, a froufrous, a dentelle... Le seul hic s’était qu’elles étaient un peu cher... Après tout, ce n’est pas tous les jours que Uta fait les boutiques, de plus, malgré son amour pour les belles chaussures et les vêtements, elle n’aime pas tant que ça les faire, je sais, c’est contradictoire, peut être est-ce ce qu’elle essai de se faire croire pour protéger son porte feuille...

Il y avait une robe rouge, en bustier, bien cintrée, avec de légers volants, c’était presque la même que portait sa mère, oui, c’était sa robe préférée, elle s'en souvient, la robe la fit voyager dans un flots de doux souvenirs, lorsque sa maman portait cette robe, elle mettait toujours son ruban rouge dans ses cheveux, puis son parfum ...
La vendeuse s’approcha « - Je peux vous aider ? »
Sa voix roque fit sursauté Uta en pleine rêverie qui fit alors un écart et renversa le mannequin en plastique qui se trouvait derrière elle celui-ci renversant la jeune fille qui le suivait tel une partie de dominos géant.
Uta, était confuse, elle alla voir la jeune fille et lui tandis la main pour la relever tandis que la vendeuse ramassa le mannequin.
-« Oups, je suis vraiment désolée, vous allez bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Ven 26 Aoû - 18:42

Alice était en pleine expédition en terre conquise. Des robes, plein de robes, et des robes magnifiques qui plus est. Elle n'aimait pas franchement le style de ses chères compatriotes, jupes très courts, style électro. Elle aimait plus pour sa part le style plus rétro, des robes longues à frou-frou, des bustiers, des corsets... Bref, plein de choses très discrètes, et très faciles à trouver dans des magasins bas de gamme, certes, mais bas de prix surtout. Il faut bien être masochiste de temps à autres... Surtout quand on savoure sa seule sortie de l'année. Parce que oui, elle ne se faisait pas d'illusions : elle allait être rattrapée au vol pour sa "fuite", sa "désertion", sa "trahison", bref, son jour de congé non demandé, encore moins payé mais foutrement bénéfique dans la mesure où elle était presque plus en danger pour la journée.

Enfin, ca, c'était ce qu'elle croyait. Car, en effet, alors qu'elle s'était détendue, qu'elle avait baissé sa garde, voilà qu'un objet non identifié, mais sûrement lourd et encombrant lui était tombé dessus. Immédiatement, le réflexe premier avait été d'identifier l'agresseur. Lourd, mais pas beaucoup, pas de chaleur dégagé, rigidité cadavérique... Vampire? Mais son instinct ne lui avait pas dit qu'il y en avait un dans le coin !! Alors.... Ca devait au moins être un vampire millénaire pour que l'arme en elle ne la remarque pas...

...

Ah non, c'était juste un mannequin. La jeune fille rangea rapidement le couteau qu'elle avait sortit dans la gaine à sa cuisse, et regarda plutôt l'imbécile heureuse (du moins son cerveau pas encore remit du coup de stress l'identifiait ainsi) qui l'avait faite tomber. Elle prit sa main avec méfiance (un sourire idiot peut cacher un prédateur insoupçonné) et se redressa avec toute la majesté dont elle était capable suite à sa chute. Et puis... Elle garda la main dans la sienne alors qu'elle dévisageait l'inconnue d'un air interdit. Jusqu'à ce que la lumière soit, plutôt tard que tôt, mais bon.

- Toi, tu travailles au secrétariat. Sarah t'as relâchée?

Le boulot des secrétaires était presque aussi éprouvant que celui des gardiens. Presque. On ne pouvait pas comparer les deux, malheureusement parfois. Mais une chose était sûre : les voir sortir de l'institut était quelque chose de rare, très rare. Miraculeux même. Et rien que pour cela, elle pouvait se permettre de demander comment ca se faisait, par quel miracle.

Se rendant compte que sans doute elle devait la prendre pour une folle, ou pire, une folle particulièrement grossière, elle rosit légèrement et s'inclina tout aussi légèrement.

- Je m'appelle Alice Kuroshi. Je suis une enfant du jour, je travaille avec les gardiens.

Non, elle ne parlait pas en langage codé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Ven 26 Aoû - 21:57

La jeune fille s’étant maintenant relevée regarda Uta d’un air bizarre, non mais dites donc, est ce des manières ! Uta est certes maladroite, un peu gauche et tous ce que vous voulez mais elle ne fait pas exprès ! ... Bon, je vous l’accorde, ce n’est pas une excuse, elle pourrait faire des efforts... Non, des efforts il lui est malheureusement impossible d’en faire, elle est comme ça et c’est tout ... Pour éviter les incidents il faudrait qu’elle reste cloitrée dans une chambre d’isolation, quoique même dans ce cas là, elle pourrait faire des miracles... (Surtout ne pas sous estimer son pouvoir.)
Bref tous cela pour dire qu’il n’était pas très polis de dévisager les gens ainsi. Cela mit mal à l’aise la secrétaire, elle n’en fit cependant pas la remarque car cette fille semblait dérangée. Uta l’avait remarquée, la fille portait un couteau, vous rendez vous compte, elle a faillit tuer le mannequin ! En tout cas elle était violente, il ne fallait pas l’embêter celle la, on ne sait jamais, elle pourrait nous prendre pour des mannequins animés et nous tuer a coups de brosse a dents !!!

Elle regarda la demoiselle, le regard un peu fuyant lorsqu’une question ou plutôt un nom fit tilt.
« - Toi, tu travailles au secrétariat. Sarah t'as relâchée? » SARAH ! Pas Sarah ! Elle avait dut envoyer un espion la ramener de force dans la tanière des secrétaires ! C’était pourtant son jour de congé non ? Dans le doute, ne pas prendre de risque.

« -euh... non pas du tout ... moi je ne suis pas d’ici, euh je suis d’un pays lointain... vous me prenez surement pour quelqu’un d’autre madame... »
Bon ok, ce n’est pas très crédible mais l’espoir fait vivre.

Elle disait s’appeler Alice Kuroshi, et déclarait être une gardienne tout en étant humaine, comment était ce possible ? S’occuper de dangereux individus génétiquement dopés en étant qu’une simple humaine ? Cette fille devait vraiment être folle ou cacher quelque chose. Comment réagir dans une telle situation ?
Uta ne savait pas mentir, sa tentative d’usurpation d’identité n’avait pas été très convaincante, elle avait donc deux solution : ou elle continuait sur sa lancé et déballe un tas de conneries pour ensuite mal finir, ou elle s’identifie clairement et verra la réaction de son interlocutrice. Apres tout elle était dérangée mais peu être pas de mèche avec Sarah, et au pire Uta pourrait courir ou même troquer la vie du mannequin contre la sienne ! Un peu gênée Uta choisit la deuxième solution.

-« Bonjour mademoiselle Kuroshi, je m’appelle Uta Honda mais vous le savez surement. Vous voulez me ramener ? Si c’est le cas ne vous inquiétez pas c’est mon jour de congé...enfin, voyez vous ; je ne déserte pas ... »


La vendeuse, voyant que les deux femmes se connaissaient et avait dissipées l’incident était repartie derrière le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Sam 27 Aoû - 11:16

Pourquoi dès qu'on demande l'identité de quelqu'un, quelqu'un de l'institut s'entend, il faut que il, ou elle, tente de se défendre ou de nier alors que l'évidence est là et clairement visible? Ca en devient lassant à la longue, très lassant, même, mais bon... On n'a pas le droit d'égorger ses camarades sans raison valable et indiquée dans le code des gardiens (édition officieuse : la bible de celui qui veut bien faire son travail sans être embêté par des détails sans importance tel que la loi). Elle poussa un léger soupir, et se forca à faire un sourire protecteur et gentil, même si elle était plus tentée par un coup de journal bien sur la raie de la tête pour lui remettre les neurones en place. Pas de violence inutile, voyons, cela serait mal vu et sans doute sanctionné par un mauvais karma ensuite. Déjà qu'elle se demandait si elle n'avait pas fait traverser des petits vieux sur un autoroute dans une vie antérieure pour se retrouver dans le merdier où elle est actuellement, nous n'allons pas en plus empirer notre cas juste à cause de la crétinerie congénitale de son interlocutrice, ca serait dommage.

Voyant qu'elle était revenue à la raison, elle se félicita de ne pas lui avoir refait le portrait à grands coups de papiers recyclés. Vous voyez, la diplomatie, de nos jours, il n'y a que ca de vrai! Subitement, elle sembla nettement plus détendue, et étrangement beaucoup moins agressive. A la base, Alice est quelqu'un de très chaleureux, il ne faut pas croire. Depuis qu'elle bosse en tant que gardienne, elle a légèrement viré folle, sadique et dérangée, mais dans le fond, elle reste gentille à défaut d'être saine d'esprit.

- Si vous voulez tout savoir, pour ma part, je me suis tirée ^. ^

C'est fou de voir avec quel calme elle annonce qu'elle va se faire torturer et exécuter en public en rentrant. Mais tout cela ne l'atteignait plus, elle était déjà en train de ramasser ses paquets, et d'ailleurs en profiter pour essayer de ranger quelques vêtements dans un plus gros histoire d'en avoir le moins possible à porter au final, c'est chiant ces trucs à la longue.

- Vous aussi fous faites les boutiques?! Vous avez acheté quoi?

Immédiatement, les instincts féminins reprennent le dessus : boutiques = compagne de magasins = copiiiiine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Sam 27 Aoû - 13:34

Alice semblait être quelqu’un de plutôt sympathique, c’était étonnant, on pourrait croire que les gardiens de l’institut étaient tous des bruts mais non, c’est une fausse idée.
Alice c’était fait la malle, était elle vraiment folle ?! En même temps, il n’y a que des fous pour travailler dans des lieux pareils, surtout si les fous en questions sont humains et entourés de bêtes plus ou moins sauvages...Elle devait avoir ses raisons pour partir en cachette sans craindre le retour de bâton, sûrement que les gardiens se font rare, l’institut ne prendrait pas le risque d’en perdre un...

La jeune semblait bien encombrée face à Uta qui ne portait aucun paquet.
« -En faite, je promenais mon chien en essayant de ne pas dévaliser les boutique ; ce n’est pas le moment de dépenser sans regarder. J’allais faire demi-tours lorsque j’ai aperçus cette magnifique robe rouge. Elle est tellement belle, puis elle me rappelle des souvenirs, alors c’est décidé je la prends ! »

Elle décrocha la robe du cintre et se dirigea vers la caisse. Eh oui, il y a des fois ou même la raison ne peut lutter contre la beauté d’une belle robe.
« -je vois que vous avez fait le tour de la ville et que vous avez trouvé pas mal de jolies choses ! Voulez vous que je vous aide à porter vos paquets ?
Je me demandais ; comment faites vous ce métier, je veux dire , il y a des êtres très forts et difficile a contrôler, surtout en tant qu’humain... »


Le magasin était presque vide, il n'y restait plus que les deux filles et la vendeuse.
Croc blanc qui attendait toujours dehors se mit à aboyer, il y avait un groupe de gens pas net à l’extérieur qui s’apprêtait a entrer.Ils dévisagèrent le chien, l'un d'eux lui cracha dessus, croc blanc se tut. Ils étaient quatre, trois hommes et une femme, on aurait dit que c’était la femme qui commandait, ils étaient grands et pâles. A première vue, il ne s’agissait pas du genre de clientèle attirée par la boutique, non de jolies robes ne pouvaient pas intéressées une bande de punk, que voulaient ils, ou que cherchaient ils ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Dim 28 Aoû - 20:08

La jeune fille lâcha un petit rire assez cristallin en l'entendant ainsi parler, avant de lui tapoter la tête avec une douceur maternelle que certains pourraient interpréter comme de la condescendance. Mais ce n'était pas de sa faute, c'étaient des instincts difficiles à contenir qu'elle ne tentait même pas de contenir en fait. Alice a des instincts de Maman poule, et elle ne les retiens même plus. Elle a des instincts de maman macquerelle et elle ne tente pas plus de les contrôler. Elle s'aime comme elle est, et surtout elle ne cherche même plus à se changer. Ca serait trop fatiguant.

- Allons, quelle erreur de calcul : Sarah ne vous laissera pas sortir jusqu'à l'année dernière, sauf peut être si le secrétariat brûle. Au lieu d'économiser, c'est le moment idéal pour en profiter et faire les magasins!

Il y a surtout, dans le fond et même en surface, que Alice a des instincts d'acheteuse compulsive même pas dissimulés. Or, dans ce genre de cas, on culpabilise bien moins lorsqu'on est accompagnée dans ses folies que toute seule à claquer tout son argent. De ce fait, forte de cette certitude, elle savait qu'il fallait qu'elle emporte le plus de personnes avec elle dans sa fièvre acheteuse, et qu'elle fasse dépenser plus qu'elle dépenserait afin de pouvoir se dire "j'ai fait des folies, mais en voyant ce qu'elle a acheté, je peux me dire que j'ai été raisonnable." Un peu tordu comme raisonnement, peut être, mais que voulez vous. Avant d'être tordu, c'est un raisonnement fé-mi-nin.

Elle l'avait accompagnée en caisse, doucement et souriante. Là. Sa victime d'ondes acheteuse prenait son premier, mais pas dernier achat de la journée.

- Disons que j'ai quelques atouts dans la manche. Et puis le boulot nous forme, bien plus que ce qu'on aimerait parfois.

La preuve, avant elle était plus ou moins gentille, innocente et inoffensive. Autant dire qu'on était très loin de la Alice d'avant. Mais alors qu'elle s'apprêtait à sortir, voilà que son boulot la rattrapait. Parce que, évidemment, la bande de punks, ils étaient venus pour tabasser, traumatiser, et racketter le vendeur. Sauf que la petite, elle, elle était gardienne, et même si c'était pas dans l'école, il y a des habitudes qu'on efface pas comme ca. Ainsi, elle alla voir la leadeur en chef et la forca à la regarder.

- T'es pas chez toi, là. Tu dégages.

C'est fou comme parfois on peut être calme même face à une fille qui as un couteau en main et l'air pas net. La meneuse la regarda de la tête aux pieds, avec sa chemise simple, sa jupe à volants, ses talons. Elle eut un sourire méprisant et lui cracha dessus en la poussant. Chose à ne pas faire avec Alice qui fit un immense sourire avant de prendre la première chose qui lui passait sous la main, en l'occurence une sonnette en métal assez lourde, et l'écraser dans la figure de la jeune fille. Sous le choc, elle avait lâché son couteau en criant. Immédiatement, elle lui avait envoyé son genou dans l'estomac, puis envoyé le talon aiguille en direction de son oeil, s'arrêtant à quelques centimètres à peine. Voyant que trois autres approchaient pour lui régler son compte, elle sortit de son sac un flingue qu'elle pointa successivement vers les trois. Effet douche froide guarani.

- On va reformuler. Vous n'êtes pas chez vous. Dégagez.

Quand on se frappe des vampires en mal de sang et des loups enragés toutes les nuit, c'est pas une petite bande de punks de quartier qui va la mater. Non mais, touriste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Jeu 1 Sep - 10:44

Alice connaissait bien mieux l’institut que Uta, selon elle il fallait profiter de cette journée boutique sans compter car n’y aurait probablement pas d’autres sorties prévues dans l’emploi du temps de la pauvre secrétaire. Il est vrai que Sarah était asse sévère envers ses secrétaires. Uta était cependant difficile à convaincre. Puis le fait qu’Alice lui tapote ainsi la tête donne un air asse machiavélique a la gardienne, oui un air qui dit « vas y, vas y achètheuuuuu... » Un semblant de mauvaise conscience qui s’exprime ouvertement essayant d’avoir une emprise sur les faits et gestes de sa victime...

- Oui , je suppose que vous avez raison mais je vous prie de croire que si j’ai envie de sortir, je sortirai qu’importe le moyen. Puis je ne pense pas que je puisse mettre les tenues de mes rêves en étant secrétaire car on court partout, puis je me retrouve parfois dans des endroits improbables. Bref ce n’est pas raisonnable de m’abandonner à des achats inutiles.

Uta semblait gauche a côté d’une femme telle qu’Alice. Elle était coquette mais pas trop tandis qu’Alice était un model de la mode féminine. C’était d’ailleurs asse bizarre pour une gardienne ; elle ne devait pas avoir peur d’abimer ses beaux habits...

Tout était calme jusqu’a ce que la bande de punk arrive. Ils étaient entrés dans la boutique, la leadeur tenait un couteau tandis que ses compagnons étaient armés de bâtes de baseball.
La vendeuse ainsi qu’Uta étaient terrifiées tandis qu’Alice faisait face a la situation avec un calme exemplaire. La gardienne avait la situation en main, elle avait sortis un pistolet de son sac et visait à présent les agresseurs.

-Okay ma petite dame, on va gentiment reculer et partir.

Les Punks s’exécutèrent, arrivés dehors ils parlèrent entre eux.
-On appel Marco, la fille nous a fichu la honte, il faut lui régler son compte !

Apparemment, ils étaient tous d’accord, Alice les avait provoqué sans le vouloir, il fallait qu’elle paye. Marco était le chef de toutes les bandes rebelles du quartier, c’était un vampire d’une vieille lignée, il était né vampire et avait, depuis son plus jeune âge, commis les crimes les plus horribles que la ville n’eut jamais connus et ceci sans divulguer son identité aux citoyens. Seul les malfrats le connaissaient et imploraient son soutien.

La leadeur appela donc le fameux Marco, c’était bon, il allait se pointer.

Uta était traumatisée, la vendeuse était penchée sur elle et essayait de lui faire prendre connaissance en lui foutant des baffes, et oui la petite secrétaire était dans les vapes, autant dire qu’elle sert a rien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Sam 3 Sep - 14:17

En l'entendant ainsi déclarer que rien ne pourrait l'empêcher de partir, la jeune fille ne put s'empêcher de laisser entendre un rire. Il n'y avait strictement rien de méchant là dedans, très loin de là même, mais c'était plus fort qu'elle de rire en constatant qu'il y en avaient quand même qui avaient de l'espoir... Des espoirs vains d'ailleurs. Alice connaissait plus que bien Sarah. Elle savait que ca ne passerait jamais. Elle savait que la moindre fuite était sévèrement punie, que la moindre tentative de rébellion était écrasée que, malheureusement, il n'y avait d'autres moyens de s'enfuir que d'être licenciée ou morte, ce qui, dans un cas était presque impossible, dans l'autre impossible à calculer. Donc oui, elle avait rit, mais sans méchanceté dans le geste.

- Je vous comprend bien. Moi même, je devrai en faire de même, mais c'est plus fort que moi. Quand je vois des vêtements qui me plaisent, je les achète sans réfléchir!

Mais comme on a la poisse, il a fallu que son travail la rattrape en faisant le plus de bruit possible. Les voyous écartés, elle s'attendait bien à une petite réponse, mais là, c'était pas n'importe quoi. En tant que gardienne, elle avait été prévenue sur ce qu'il y avait représentant une menace potentielle pour l'école. Elle était en vacances, hors de question de se frapper un vampire pluricentenaire en pleine rue avec des vêtements NEUFS en prime.
Se penchant sur Uta, elle constata qu'elle était hors d'état de bouger. "Encore une cruche", avait elle pensé. Décidément, les secrétaires ont l'estomac de moins en moins accroché de nos jours. Quelle honte.

- Si on ne se dépêche pas de repartir, il vont revenir dans la boutique.

La vendeuse avait immédiatement comprit : il fallait que les deux dégagent avant l'arrivée des renforts. On secoua la secrétaire, lui mit des gifles, lui envoya un verre d'eau en pleine figure, puis finalement on employa la technique des sels sous le nez. Ayant un minimum de réponse, elle mit Uta sur ses pieds sans trop de ménagement, et la traîna plus qu'elle l'aida à marcher.

- On peut vous laisser nos sacs? Je viendrai les prendre lorsque l'affaire sera réglée...Appelez la police, avec un peu de chances ils seront là avant qu'ils n'arrivent.

En sortant, elle vit un chien. Un truc tout petit qui faisait pitié. Se souvenant qu'elle avait parlé de sa bestiole, elle le détacha et l'amena avec sa maîtresse jusqu'à un parc. Si c'était véritablement un vampire comme les rapports l'avaient indiqués, il serait vite parti de la boutique et aurait suivit leur odeur jusque là. Plus qu'à attendre.

- Mademoiselle Uta? Vous allez mieux?

Menacées, peut être, mais restons polies, que diable!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Dim 4 Sep - 15:59

Uta était restée dans les vapes un petit moment .Lorsqu’elle ouvra enfin les yeux elle se retrouva assise au milieu de la pelouse d’un parc. Une bonne femme était en train de lui gueuler dessus la regardant d’un air d’autoroute. Elle lui disait des mots qui n’avait pas l’air très méchant, vu sa tête elle s’inquiétait surement de l’état de santé de Mlle Uta.
Apres un plissement des yeux Uta reconnu la femme qui l’accompagnait, oui, c’était Alice, elle l’avait rencontrée aujourd’hui dans la... dans la boutique de robe ! Mais comment avait elle atterrie dans ce parc ? Avait-elle été enlevée par des extras terrestres ? nan, ils ont disparus avec les francs cela, oui l’euro leur a fait peur, la vie devenait trop cher, ils sont donc partis un jour sans retour ...

-Euh... Bonjour ! Ou bonsoir ?! Enfin bref... Mais qu’est ce que je fiche ici, je devrais être au secrétariat !!! Si jamais Sarah l’apprend je suis morte assassinée !! Et si jamais je meurs qui fera la soupe a croc... croc blanc tu es là !!!!

Le chien était ravi de revoir sa maîtresse. Un blanc se fit, Uta regarda alors Alice, on pouvait voir dans ses yeux qu’elle ne comprenait pas tout a la situation. (C’était peut être normal, elle a toujours eu l’air un peu pommé.).

-Alice ? Mais que faisons-nous là ? *moment de réflexion (si si ça existe)* nous avons été attaquées !! Oups désolée, je me suis coupée avec une enveloppe puis le choc, le stress lié à l’attaque, je n’ai pas dus supporter... Vous avez assurée !

Les voyous n’étaient pas loin, ils étaient arrivés avant les flics a la boutique, voyant qu’il ne restait plus que la vendeuse terrifiée, ils la dépouillèrent, elle ne fit aucune résistance, il valait mieux perdre la caisse que la vie. Une fois leurs poches remplies, ils suivirent l’odeur d’Alice et Uta. Les deux femmes avaient tenu tête a sa bande, il fallait qu’elles aient une bonne leçon !
Marco était très rapide (normal, c’était un vampire). Il parvint en un rien de temps jusqu'à Uta et la souleva par la gorge.

-toi la bas, je te déconseille de bouger ou je tue ta copine.


Il affichait un sourire narquois, sa bande était derrière lui. Croc blanc, toujours prêt a secourir sa maîtresse, s’élança sur le vampire. Il fut repoussé aussi sec, autant dire, un coup pour rien...
Uta se balançait malgré elle au bout du bras de la bête ; elle parvint à réunir ses dernières forces pour lui mettre un énorme coup de pied dans les testicules. Eh oui, c’est peut être un vampire mais ils ont aussi des points faibles ! Celle la il ne l’avait pas vu venir, trop sur de sa victoire, il n’aurait jamais pensé que la petite souris sans défenses qu’il tenait par la queue se retournerait pour le mordre !

La douleur lui fit lâcher prise ; Uta tomba sur le sol, l’étreinte qu’il avait exercé sur sa gorge lui avait coupé le souffle, elle reprit donc de grandes bouffées d’air et se redressa aussi vite qu’elle put.
Les sous-fifres du vampire allaient se jeter sur les filles, mais Marco les arrêta net. Il avait été offensé, il s’était fait avoir comme un bleu par une secrétaire. Ces deux filles, elles se moquaient de lui ! Elles allaient regretter de les avoir attendus dans ce parc.

Le sourire de Marco avait disparut, a la place il y avait une grimace pleine de haine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Mar 6 Sep - 8:01

Alice avait écouté les élucubrations de la petite sans trop chercher à l'arrêter. Oui, Sarah la tuerais, et avec un immense plaisir à le faire même, mais pour le moment, le danger immédiat, c'était loin d'être Sarah, et son souci principal ne serait pas son chien trop longtemps. Mais tant qu'elle se raccroche à ca, tant mieux. Elle s'en fichait un peu, pourvu qu'elle se secoue les puces en vitesse. Certes, elle n'espérait même pas qu'elle lui soit utile pour cette putain de bagarre qui lui était tombée dessus sans qu'elle ne demande rien à personne, mais le fait qu'elle soit éveillée et donc capable de s'enfuir si besoin est lui levait une épine du pied. Il ne faut jamais sous estimer des forces d'une secrétaire. Pour survivre et garder le sourire dans ce merdier, il fallait, certes, être particulièrement ingénue, mais également, et en grande partie, avoir une bonne dose de chance et un instinct de survie bien développé. Donc d'excellentes jambes pour prendre la fuite en un temps record. Sans oublier les nombreuses fois où elles courent après Eden. Ca vous muscle une femme, et sans aucun souci, ce genre de choses.

Elle se mordit la lèvre. Comment expliquer qu'elles allaient se faire attaquer? Et surtout, comment avait-elle fait pour se couper avec une enveloppe dans une putain de boutique de vêtements?! Ah oui. Ne jamais poser de question. Ce qui arrive dans le secrétariat et l'environnement direct de Eden ne peut et ne doit s'expliquer. Quelle inconsciente.

- Ils ne vont pas tarder à revenir, tiens toi prête.

La subtilité, c'est pour les tapettes, comme dis ce si bon grenier. La jeune fille, aux aguets, guettait le moindre mouvement en attendant qu'ils arrivent. Pour peu qu'ils arrivent, mais ca, elle se doutait bien que ca arriverait, malheureusement.

Et évidemment, on s'attaqua à la gamine. C'est pas vrai ca. Pourquoi faut-il toujours que les boulets se fassent avoir en premier? Elle poussa un soupir agacé sans bouger d'un millimètre. Le chien se fit bazarder, rien de très surprenant. Quelle idée aussi d'envoyer un cabot attaquer un vampire? Non, les loups garou, ca compte pour deux chiens.
Mais la petite lui montra que finalement, elle servait à quelque chose, ce qui la fit sourire, alors qu'elle se plaçait devant Uta.

- Ton adversaire, c'est moi.

L'arme en elle pulsait sauvagement. Déjà, elle ressentait le besoin impérieux de combattre, et savait que les stigmates de son arme, visibles uniquement sous la lumière de la lune, étaient en train de grandir. Silencieusement, elle récita ces deux petits vers qui déclenchaient le processus, et rapidement ses mains furent remplacées par deux immenses lames recourbées, rouges sombres, comme le sang.

Les voyous derrière Marco crièrent, certains reculèrent, d'autre pas, mais tous regardaient Alice comme un monstre, ce qu'on peut comprendre. Ses lames faisaient partie de son corps, et étaient conçues pour blesser les vampires. Le sourire de la jeune fille se fit plus sauvage, trahissant ses envies de sang.

- Une petite danse?

Sans attendre de réponse, elle s'était élancée vers ce Marco, visant à la fois la tête et la poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Mar 6 Sep - 10:18

Uta se remettait de son agression lorsqu’Alice vint se placer entre elle et Marco. Cette fille était vraiment étonnante, c’était une humaine pas comme les autres elle avait quelque chose en elle qu’on pouvait voir grandir, une force. Uta était plutôt calme face à la situation, ce qui est étonnant d’ailleurs. Elle regarda avec étonnement les bras de la gardienne se changer en arme redoutable.
Le vampire eut un moment d’hésitation, voyant ses hommes le lâcher il se lança sur eux et les transforma en vampire ; le processus de vampirisation ne durait pas très longtemps et tous le monde sait que les jeunes vampires sont puissants...
IL n’eut pas le temps d’attaquer Alice que celle-ci s’était déjà élancée vers lui. Alice était puissante, mais Marco était un vampire originel très puissant également. D’un geste, il évita l’attaque.

-Pas mal du tout... Mais ça ne suffit pas !

Les autres vampires avaient pratiquement fini leur transformation, Marco avait tous prévus, en cas de problème, il laisserait ses chiens se faire tuer à sa place, il les avait formés pour ça, et ils mourraient pour ça.
La situation, c’était donc compliquée, il y avait à présent devant les deux filles cinq vampires dont un super puissant assoiffés de leur sang.
Voyant la situation et s’imaginant l’issu de cette histoire, Uta ne put se résoudre à mourir, en tout cas pas en restant les bras croisés. Non c’est une secrétaire, et les secrétaires sont coriaces comme des cafards, certes elle n’a pas d’armes particulière, elle n’a pas non plus une force physique à déraciner un arbre, mais sous ses air de fille pommée, elle a une force de caractère (et elle devient de plus en plus givrée au sein de l’institut). Jamais elle n’abandonnera, il fallait aider sa nouvelle amis, oui il fallait être utile au péril de sa vie s’il en était nécessaire.

-Ecoute, Alice, je n’ai jamais vraiment fais d’étincelle dans ma vie, en faite je suis plutôt douée pour être un boulet, je le sais mais j’y peux rien, je suis comme ça. Mais toi, tu peux faire des choses, sauver des vies... ce que je veux dire c’est que tu es plus utile que moi alors cours !

Sans attendre la réponse Uta se saisit d’une branche pointue et fonça tête baissée vers Marco.
Le vampire esquiva sans effort l’attaque de la secrétaire, elle se retrouva derrière le groupe des 4 autres vampires tandis que Marco regarda la scène d’un air amusé.

-Hahaha, croyait tu vraiment m’avoir comme ça ?!

Il se plaça hors du combat, sur une branche en hauteur et regarda la scène en jubilant.
Uta n’avait plus son bouclier humain, elle regarda les vampires s’approcher. L’un d’eux se jeta sur elle, elle trébucha en reculant l’attaquant vint alors s’empaler sur la branche qu’elle tenait toujours fermement. Le vampire s’était transformé en nuage de cendre laissant Uta plus étonnée que lui, sur les fesses et toujours accrochée a son bout de bois. Eh oui, Uta était un peu gauche en effet, mais parfois cela lui était bien utile.
Un vampire de moins, c’était cool mais il ne fallait pas oublier les autres.

Elle sortit son pendentif et regarda une dernière fois la photo de sa mère ; elle lui susurra une dernière phrase « -j’espère que je ne t’ai pas trop déçue maman.. » .
Puis, d’un air plus déterminée que jamais, elle regarda ses attaquants.

-vous ne me faites pas peur !

Ce n’était évidement pas vrais, Uta était terrorisée, mais les traits de son visage ne laissaient entrevoir que de la détermination. On ne sait jamais se qu’il peu se passer, l’issu n’est pas forcément tragique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Mer 7 Sep - 14:29

Voyant le tour que prenaient les évènements, la jeune fille lâcha un soupir d'agacement. Elle avait un vampire à gérer, et on lui en mettait quatre sur le dos en prime? Pathétique. Les jeunes vampires sont redoutables, mais guère lucides. Ils attaquent comme des bêtes, ce qui en fait des cibles faciles... Mais pénibles. Ca allait être long et dangereux, et dans un cas comme dans l'autre, ca ne tentait que moyennement notre gardienne qui envisageait avec plus d'envie déjà le fait de rentrer dans sa chambre pour participer à une intense séance de sieste qui la laisserait ébouriffée mais parfaitement heureux. Quand on a pas le choix, hein... Elle se mordilla la lèvre en fixant avec un calme olympien ses nouveaux adversaires. Elle n'espérait même plus de l'aide venant de Uta, elle se contentait de prier tous les dieux qu'elle connaissait qu'elle ne fasse pas de bêtises et qu'on n'ait pas l'idée de l'attaquer elle pendant qu'Alice avait le dos tourné. Et surtout, qu'elle ne fasse pas de bêtises...

- Non, tu restes l...

... Comme celles ci par exemple. Elle soupira encore. Mais qui, dans ce monde, avait idée d'attaquer une bande de vampires avec un simple bout de bois pointu, hein?! Elle voulait se suicider ou quoi?!

- Mais c'est pas vrai!

Voyant que l'autre fêlé était partit pour admirer les choses du haut de sa branche, elle s'en désintéressa temporairement. Ce pervers voulait admirer le spectacle, tant mieux ! Ca en ferait un de moins à gérer.

Elle fut quand même assez ahurie de voir que le vampire était mort. Empalé sur un bout de bois. Et bien... Si cette secrétaire n'avait pas joué au loto, il était temps qu'elle s'y mette tout de suite, parce que à ce niveau, ce n'était plus de la chance !

Puisque le plus proche était occupé à se pencher sur sa proie, elle l'embrocha comme un vulgaire poisson. Il y eut un moment de blanc, puis il hurla à la mort alors qu'une odeur de cochon grillé emplissait les environs. Sans chercher plus loin, elle le décapita proprement et, dans le mouvement, avec la lame qu'elle venait de sortir du ventre de sa cible, elle en fit de même avec le troisième... avant de reculer d'un bond parce que le dernier avait réagit à sa présence et tenté de lui arracher une épaule. Elle le vit se retourner vers Uta, alors elle s'entailla la jambe pour que l'odeur de son sang lui fasse changer de cible... Et profiter du fait qu'il s'élance vers elle pour lui faire subir le même sort qu'à ses anciens camarades.

Haletante, le coeur battant à tout rompre, elle se pencha vers Uta et lui dit, le regard dur mais ferme :

- Tu es secrétaire, je suis gardienne. Il en va de mon honneur et ma fierté que de te protéger puisque tu fais partie de l'Institut.

Ayant remit les pendules à l'heure, elle se tourna vers Marco, qui avait descendu de sa branche.

- On ne cherche pas le combat. Des flics devraient arriver d'ici peu, et vous savez qu'ils n'apprécient que moyennement les vampires. Ca serait une bonne idée pour tout le monde de s'arrêter là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Jeu 8 Sep - 16:32

Uta avait eue de la chance sur ce coup là. Elle avait pour la première fois tuer un vampire, cela ne lui plaisait guère, il s’agissait avant tout d’un être vivant, quoique l’on puisse dire que les vampires sont en fait mort ? Bref, elle culpabilisait un peu, même si le vampire en question avait tenté de la tuer. Malgré les mots que lui faisait subir sa conscience, elle était fière. Elle s’était défendue et avait gagnée. Elle aimait se dire que pour la première fois, elle n’avait pas été la petite secrétaire sans défense qui ne sait rien faire d’autre que classer des papiers et se perdre dans les couloirs.

Les trois autres vampires s’étaient avancés, cette fois elle n’aurait surement pas la même chance. Un deuxième suceur de sang s’avança vers elle, il remonta ses manches et se lécha les babines laissant penser qu’il allait s’offrir un bon dîner. Elle sera un peu plus fort la branche qui lui avait servis de pieux et ferma les yeux lorsqu’elle entendit un cri. Le vampire qui s’apprêtait à l’attaquer se tordit de douleur devant elle avant de tomber en poussière. C’était Alice, elle avait embrochée deux vampires à la suite à l’aide de ses armes incrustées. Il en restait un dernier qui ne tarda pas à subir le même sort que ses camarades.

Uta était impressionnée, Alice est puissante. La petite secrétaire avait été témoin de la bagarre et l’aisance avec laquelle la gardienne avait terrassée ses adversaires lui avait assuré qu’elle assurait dans son métier. Personne n'est au hasard dans l'institut.

Alice avait l’air plutôt fâchée face a l’attitude irréfléchie et immature de Uta. Elle n’avait pas tort mais que voulez-vous, parfois, il ne vaut mieux pas chercher à comprendre les faits et gestes de notre secrétaire puis a dire vrais, elle ne pouvait pas regarder la scène sans rien faire, ce n’était pas son genre.

Alice avait fait ce qu’elle devait faire, elle avait remis les points sur les « i » et les barres sur les « T » avec Uta, qui, par on ne sait quel miracle, ne s'était fait ni mordre ni tuée. quant aux vampires, il ne restait plus que Marco. Il était descendu de sa branche, et avait été un peu agacé par la tournure que les évènements avaient pris. Jamais il ne se serait douté que deux bonnes femmes accrocs au shopping auraient décimés 4 jeunes vampires. Cette Alice était très agaçante …

Alice proposa a Marco d’arrêter le combat. Il fit le choix de suivre les conseils de la gardienne, en effet, vu la capacité a tuer de celle-ci ; il valait mieux jouer la carte de la prudence. Puis, il lui fallait préparer un plan d'attaque pour la prochaine rencontre, qui , selon lui, serait inévitable qu'elle soit tôt ou tard.

-Bien, mademoiselle, je pense qu’il vaut mieux en effet nous arrêter là, mais ce n’est que partie remise, j’ai enregistré votre image et votre odeur, je saurais vous reconnaître .

Sur ces mots, il disparut aussi vite qu’il était venu. Croc blanc sortit d’un fourré et vint se blottir contre sa maîtresse. Au loin, on entendit les sirènes de la police… eh bien vaut mieux tard que jamais !! Ils servent vraiment a rien ceux-là…

Uta retomba sur les fesses en poussant un soupir de soulagement. Elle leva les yeux vers Alice.

-Je vous remercie Alice et désolée si je vous aie ennuyée. *sourire niais*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Ven 9 Sep - 7:46

La menace du vampire lui arracha un petit rire. Il n'y avait pas d'esbroufe là dedans, loin de là. Simplement, Alice savait que si il la cherchait, il devrait se rendre à Eden. Or, là bas, il y avait plein de vampires qui n'attendaient que ca pour pouvoir s'amuser à déchiqueter quelqu'un, et pour ainsi dire l'ensemble du bureau des gardiens prêt à le transformer en une grosse saucisse sanglante. Alice a beau ne pas supporter son travail, elle sait que par fierté, on ne laisse pas un gardien se faire vider de son sang comme un vulgaire poulet. Il en va de leur fierté à tous après tout.

- Oui oui, sans doute.

Sans oublier que si il entrait par effraction dans l'Institut, là, c'était Eden qui le cueillerait, et là, elle était persuadée qu'il y resterait. Le directeur a une sainte horreur qu'on touche à SON Institut, à SES élèves, ou n'importe quoi en rapport avec le lieu. Et il a des méthodes divinement simples et efficaces : il y a une nuisance, on l'élimine. Elle est plus coriace que prévu, on y va doublement, et on continue jusqu'à ce qu'il soit bien mort. Vous voyez? La simplicité même.

Elle laissa ses lames se rétracter, frissonnant en sentant la brève douleur de la mutation. Doucement, elle fit pivoter ses poignets, bouger ses doigts. Tout fonctionnait normalement, comme ils le devaient. Heureusement que ca n'avait pas duré trop longtemps. Elle ne voulait pas mourir à vingt ans, elle. Elle pinça les lèvres en regardant le carnage qu'elles avaient fait, puis entendant le bruit des sirènes. Elles n'étaient vraiment pas sorties de l'Auberge.

- Tu n'es pas blessée. Viens, on file avant qu'ils n'arrivent.

Elle ne voulait pas qu'on lui pose certaines questions. Même si elles étaient les victimes, toutes les deux venaient de Eden, et il y avait bien trop de détails que la police serait avide de savoir. Entre les disparitions, l'argent qui entre à flots de destinataires inconnus, et qui ne ressors jamais... Non, il valait mieux rester prudent, et surtout ne pas se faire connaître des forces de police. Elle sortit ainsi rapidement, au pas de course, et s'engagea dans une ruelle, puis une autre, et déboula sur une avenue. Elle était partagée. Devait-elle rentrer à la boutique, au risque de croiser des flics, mais récupérer ses affaires, ou bien rentrer directement à l'institut? Cruel dilemme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Ven 9 Sep - 8:53

Marco était parti. Alice rétracta ses armes, son visage laissait entrevoir que la mutation était un peu douloureuse. Mais comment était elle devenue comme ça, si cela est le fruit d’une opération comment le corps s’y est adapté sans subir de rejets ? Voilà les questions qui survenaient a l’esprit de Uta en cet instant. Elle ne savait pas si c’était une bonne idée de lui poser toutes ses questions sachant que s’était leur première rencontre et qu’il s’agissait peut être d’un sujet sensible, mais en même temps, que risquait elle a part le silence d’Alice face aux questions qui lui étaient posées ?

-Alice, excusez moi pour ma curiosité et si cela vous gène de me répondre n’en faite rien mais, comment de telles armes ont été implantées dans votre corps et comment y survivez vous ?

Les sirènes de police se rapprochaient, heureusement, qu’un vampire mort ne laisse qu’un tas de cendre, imaginez vous les deux filles au milieu de 4 cadavres sanglants, et la police les découvrant ainsi ?! Bien qu’il n’y ait comme preuve de la bagarre que 4 petit monticules de cendre, il ne valait mieux pas rester dans les parages, la police questionne, les questions sont ennemies de l’institut, (trop de choses louche qui amènerait à vouloir satisfaire leur curiosité). Alice suggéra de se tirer, bonne idée.

-Non je ne suis pas blessée, merci. Oui filons.

Elles prirent donc la fuite, croc blanc suivit sa maîtresse de près. Elles atterrirent dans la rue principale, la ou tout avait commencé. Au bout de cette rue, il y avait la fameuse boutique de robes. La laisser là, il n’en était pas questions. Uta jeta un coup d’œil furtif en direction du magasin, pas de flic, ils avaient du déjà faire leur rapport a la boutique c’est pourquoi, ils se dirigeaient a présent vers le parc. Bref il fallait y aller, Uta pris la main d’Alice et la tira jusque dans le fameux magasin.

-Re bonjours madame, vous allez bien, ils ne vous ont rien fait ?

-Oui, plus de peurs que de mal ; mais vous, ils vous ont suivis, et avec un étrange type encore plus effrayant !

-Ne vous inquiétez pas pour nous, on court vite, ils ne nous on pas rattrapés. En faite on vient récupérer nos achats.

-Ouf, j’ai eue tellement peur pour vous ! je pensais que vous étiez mortes a cette heure, du coup, j’ai dis a la police ce que j’avais vus et ils ont pris vos sacs au cas ou...je... désolée.

-okay, merci, ce n’est pas grave...au revoir.


Pas grave, pas grave... Non, il n’en est pas question, elle n’allait pas laisser sa belle robe aux mains de flics qui, faute de les avoir retrouvées vivantes, offriront les jolies marchandises a leurs femmes et leurs maîtresses ! Quitte a faire un peu de charme, il fallait les récupérés.
Uta lança un regard à Alice, c’est le genre de regard qui dit « je ne sais pas si tu vas approuver mais j’y vais ». Puis ce n’est que la police après tout, on n’est pas obligé de leurs dire toute la vérité, on peu aussi leur cacher des choses comme le faite d’avoir trouvé ce boulot a l’institut...
Uta se lança donc dans la direction du commissariat, la patrouille de police n’ayant rien trouvée, était retournée au poste.

-Bonjour messieurs, En faite je viens vous voir car aujourd’hui on était a la boutique de robes ayant subit l’agression, la vendeuse vous à surement parlée de nous, ne vous inquiétez pas, les agresseurs ne nous ont pas retrouvés, on a courut vite et nous sommes cachés dans des fourrés.
Nous venons juste récupérer nos achats s’il vous plaît.


L’inspecteur de police paraissait content de les voir, un petit rictus s’était affiché sur son visage.

-Je vois... *puis d’un ton plus sérieux*ravi qu’il ne vous ai rien arrivées...vos achats, suivez moi.

Il se leva de son fauteuil et fit le tour de son bureau, il se dirigea enfin vers une porte scellée au fond du commissariat. L’inspecteur sortit une clef qu’il avait au bout d’un pendentif accroché a son cou et ouvrit la porte. Là il y avait des escaliers qui descendaient.

-nous mettons toutes les affaires des victimes au sous sol, attention où vous mettez les pieds.


Uta suivi l’homme. L’endroit était de plus en plus sombre. Au bout d’un moment, ils étaient en bas des marches, c’était un endroit bizarre pour entreposer des objets, et bizarre pour un commissariat. Non, elles n’étaient plus dans le commissariat ; la porte qui trônait en haut des longues marches s’était refermée sur leur passage, elles étaient au milieu d’une sombre salle, l’homme se déclencha un automatisme qui fit tomber une cage en acier ultra solide.

-Alors comme ça, vous avez échappées a Marco... Voyons voir ce qu’il va nous offrir en échange de vos vies...

Eh oui, les flics n'étaient pas net. Uta aurait dut s'en douter.
Croc Blanc était resté a l’extérieur du poste ;Uta regarda Alice d’un air désolé.

- Tous ça c’est ma faute...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Sam 10 Sep - 7:44

Le regard de la gardienne s'était doucement rivé à celui de Uta. Devait elle lui dire, ou pas? Personnellement, ca ne la gênait pas outre mesure, mais il y en avait que ca choquait. Sans doute de la même manière que ca peut choquer quelqu'un de dire qu'on est né avec une malformation handicapante. Dès qu'on parle de handicap, les gens pensent immédiatement au légume dans un fauteuil. Ce n'est pas du racisme, mais on peut rapidement arriver à le considérer comme tel, au vu des réactions de beaucoup de monde.

- Je suis née comme ca. Il y a quelque générations, les membres de ma famille ont subit quelques expériences... Qui ont réussi. Cette "particularité" que tu as vu se transmet dans les gênes...

C'était un très gros résumé et les choses n'étaient pas aussi simples, mais dans l'ensemble, c'était ce qu'il s'était passé. Tout expliquer en très peu de temps serait sans aucun doute impossible, ou du moins incompréhensible, alors elle n'essayait même pas. Il faut savoir rester efficace.

La jeune fille crut quelques instants qu'elle lui avait demandé si elle était blessée. Il n'en était rien, évidemment. Elle ne semblait pas souffrir, ne saignait pas et était encore en état de dire des bêtises. Ca signifiait bien qu'elle était totalement en état, et donc non blessée. Mais par diplomatie, elle ne releva pas, se contentant de lever le camp au pas de course.

Constatant en même temps que Uta que la place était dégagée, elle se rendit également à la boutique. Il y avait des portiques jetés par terre des vêtements éparpillés au sol... Mais la vendeuse semblait bien ne rien avoir. Tant mieux. Des possessions, on les remplace, mais il est plus ardu de remplacer une vie.
Bon, les affaires avaient été rapatriées. C'est problématique. Alice n'aime pas des masses les flics. Ils ont beau être censément intègres, ils ont toujours un coup foireux dans leur manche.

- Uta, je ne suis pas sure que ce soit...

Trop tard, les voilà dans le poste de police. La jeune albinos soupira doucement, suivant la jeune secrétaire. Espérons que sa méfiance ne soit que de la paranoïa...

... Et ben non. Rien d'autre à foutre, hein. Elle soupira encore, mais d'agacement.

- En effet, c'est de ta faute.

Ca ne sers à rien d'être gentil, on ne fais que dire la vérité. Rapidement, elle sortit son téléphone de sa poche, et pianota pour un sms. Technologique de pointe, elle capterait même au 6° sous-sol d'un parking sous-terrain. Le téléphone eut le temps de vibrer et afficher la réponse avant qu'on ne lui arrache des mains. Immédiatement, il sonna, alors que la jeune fille les regardait avec un petit sourire malsain.

- C'est pour vous, vous devriez répondre...

Le flic avait froncé les sourcils, porté le téléphone à son oreille... Et progressivement blanchit jusqu'à devenir carrément blafard. Sur les cinq minutes que durèrent la conversation, il ne lâcha que un "bien... monsieur" tremblotant et visiblement terrifié.

Une fois la conversation finie, il rendit le téléphone à Alice, aboya quelques ordres sèchement, et elles furent libérées, leurs paquets rendus. Au pas de course, elle fila hors du commissariat, et la traîna plus qu'elle ne l'entraîna sur le chemin du retour à l'institut.

- Quand Marcus va se pointer, il va filer notre odeur. Il faut qu'on soit à Eden avant qu'il ne nous trouve!

Même un petit voyou comme lui ne pouvait que connaître ce lieu, et ce qui l'abritait. Heureusement, le portail était déjà en vue... Plus que quelques mètres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Dim 11 Sep - 20:10

Uta les avait mises dans le pétrin. Elles étaient là dans une cage en sous sol aux mains d’un réseau de flics corrompus. Alice sortis son téléphone, le policier, avait relâché les filles suites a un appel lui étant soit disant destiné via ce téléphone. Mais qui avait elle put bien appelée pour mettre le policier dans un tel état de panique ? Décidemment, la personne a l’autre bout du fil devait avoir les bras longs. Il s’agissait surement de quelqu’un de l’institut. Uta c’était bien rendue compte que l’Académie Eden avait beaucoup de zones d’ombre et d’affaires louches a son actif.

Les filles étaient donc ressorties sans plus d’embrouilles( et avec leurs achats) par une rue donnant derrière le commissariat. Croc blanc attendait a l’entrée, Uta fit donc le tour pour le récupérer. Le chien se tenait là, comme figé. Uta s’approcha, même a l’annonce de son nom l’animal de dénia bouger, il fixait quelque chose. Uta ne voyait pourtant rien, elle l’appela de nouveau, rien. Croc blanc recula, il avait peur et grognait. Marco avait il déjà retrouvé leur trace ? Non, ce n’était pas ça, la secrétaire s’approcha, elle fronça les yeux, il n’y avait rien, rien a part une boutique animalière. Il y avait dans cette boutique, de nombreux objets et un magnifique tableau protégés par une vitrine reflétant les passants. Le chien avait compris, il avait compris le pourquoi de toute son existence... Pour la première fois, il avait vus son reflet dans la vitrine posant a côté du tableau exposé au regard des clients potentiels. Il s’était rendu compte qu’il n’était pas comme les autres chiens. D’un côté il y avait rex, photographié a grogner a coté d’un tube de dentifrice canin (voyez le genre, super dentition droite et blanche...) puis il y a Croc blanc, le chien monodent...

Uta compris rapidement le malaise de son compagnon (celui qui dit que c’est normal parce qu’ils ont le même cerveau eh ben... c’est méchant !) Elle le prit en poids et reprit la route en compagnie d’Alice vers l’institut.

-oui, je me dépêche, si il nous retrouve ce n’est pas cool puis je ne veux pas vous imposer d’avantage d’ennuis ...

On pouvait apercevoir le portail de l’institut, jamais Marco ne s’aventurerai jusqu’ici. Il paraît que le portail est magique, si il voyait qu’on s’en prend au personnel de ce centre, il aurait bien vite fait de donner l’alarme, et si cette histoire venait jusqu’aux oreilles du directeur, on ne donnerait pas cher de la peau de l’agresseur...
Qui dit institut dit travail, qui dit travail dit Sarah... Oh non Sarah, pourvu que l’appel d’Alice n’ai pas fait en sorte que Sarah soit au courant... pourvu qu’elle ne sache rien !

-Euh Alice, j’aimerai te demander un service, si jamais Sarah n’est pas déjà au courant de toute cette histoire, j’aimerai que ça reste entre nous.


Elles étaient a présent devant le portail, Uta se souvint alors de son entrée a l’institut, elle se rappela qu’il y avait une sonnette située en bas a gauche du portail. Elle s’apprêta a appuyer sur le bouton lorsque le portail s’ouvrit seul, elles étaient rentrées au bercail...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   Mer 14 Sep - 16:02

Alice n'écoutait que d'une oreille ce qu'elle pouvait raconter, de même que les jappements de ce stupide cabot. Oui, elle n'apprécie que moyennement les chiens, mais ce n'est pas de sa faute. On est chat, chien ou les deux. Elle, elle est indubitablement chats. (Je bute de sang froid le premier qui dit que c'est la faute à la créa) Mais chat, loup, chien ou grenouille, pour le moment, elle n'en avait strictement rien à faire. Tout ce qu'elle voulait, c'était pénétrer dans le périmètre de l'Institut. Une fois dedans, elle savait qu'elles étaient hors de danger. C'est drôle de se dire parfois, comme ca, qu'il faut entrer en enfer pour se sentir protégé. Mais bon... Elle n'appréciait peut être pas Dimitri et Eden, mais elle savait leur efficacité. Le reste n'était pas très important, après tout.

Et enfin, le portail s'ouvrit. Elle ne savait pas qui était à la consigne, mais il, ou elle, était foutrement bien inspiré. Par habitude, on allait toujours accueillir les nouveaux venus soi même, mais pour les anciens, ils savaient où étaient les bâtiments, on ouvrait le portail et on les laissait se démerder. Avec un soulagement qu'elle n'aurait jamais songé sentir un jour, la voilà qui était entrée dans le lieu saint, la terre promise, le paradis : l'enfer sur Terre. Et enfin, elle se concentra sur ce que lui avait dit Uta.

- Je ne pense pas que Dimitri en parle. Et je n'ai aucune raison de le faire.

Elle fit un sourire qui se voulait encourageant, alors qu'elle récupérait ses achats et reprenait le chemin des bâtiments. En sécurité. Chez elle. Enfin. Son sourire naquit, doux, heureux, maternel. Elle pouvait se détendre. Uta était en sécurité, elle n'aurait pas à refaire sortir son arme maintenant. Pas tout de suite. Lentement, elle porta une main à ses cheveux blanc, les réunit en un chignon tout simple d'où s'échappaient quelques mèches pour encadrer son visage, et sourit alors qu'elle les attachait avec un élastique à son poignet jusque là.

- Dimitri viendra sans doute te voir pour savoir ce qu'il s'est passé en détail. Il ne le montre pas, mais il déteste qu'on touche à ses subordonnés. Il te demandera sans doute de lui rappeler à quoi il ressemble. Si tu coopères, il te laissera tranquille ensuite.

Son exposé terminé, elle sortit son téléphone se son sac pour lire le sms qui l'avait fait vibrer. Son sourire se fit plus amusé, alors qu'elle refourgait l'objet à sa place initiale et reprenait ses sacs.

- Il viens de me demander de le rejoindre ^^ Je te laisse donc ici... J'espère que ca ne va pas être long, je meurs d'envie de prendre une douche!

Son regard se vit rêveur en y pensant. Ah, une douche, une belle, une vraie, une bien longue et bien chaude... un fantasme à l'état pur. Songeant à son petit moment de bonheur, elle salua encore la secrétaire, agita la main, et s'engouffra dans les bâtiments, en route pour l'aile nord histoire de gagner le bureau des gardiens. Sympathique cette petite. Un peu paumée et un vrai aimant à poisse, mais pleine de bonne volonté et pas contrariante pour un rien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Satan existe [Uta]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Satan existe [Uta]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» Le hasard n'existe pas
» N'existe pas dans One piece !
» Free reward n'existe plus ?
» Existe-t-il de modeles de developpement economique absolus?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie d'Eden :: Archives de l'Académie :: Archives de la ville-
Sauter vers: