AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\   Sam 4 Déc - 15:35

Ben vous savez quoi? On appellera l'Agence tout risque pour tenter de réhanimer notre bon Dimitri ou encore le docteur House. Puis bon la connerie a cette objectif là de tenter de faire crever de rire son adversaire. En tout cas, Dimi se dévoilait être un adversaire de taille. C'était un bon disciple, il fera peut etre pas un bon Jedi mais il fera un bon maitre de connerie. A ce stade, il aura bientôt la ceinture noire.«  Pas besoin de pillules bleus, j'ai ma dope personnelle appelée Dimitri. Elle est forte stimulante. »répliqua t il toujours de ce ton taquin ou tout de meme il y avait un soupçon de sérieux. Ca c'était tout Al. Il tentait de démontrer qu'il respectait Dimi tout en lui disant que c'était un bon coup. Maniere de faire un compliment déguisé? Surement. Apres tout, on parle bien de notre professeur préféré de philo , qui se situe dans la lignée des GTO en puissance. «  Tu fais dans le vieux maintenant? Eh bien j'en parlerais a mon ancien directeur qui pue, qui est chauve et qui a les mains moites, comme celles de Dracula. Il ferait un tres bon parti pour toi, jeunot »Quoi? Dimi voulait sortir des conneries? Eh bien il allait répliquer au coup par cout. C'est un vrai remix du bon , la brute et le truan, sans la brute et sans les balles. Disons que les armes se sont les bouches et les balles c'est ce déballage de connerie. Finirait il un jour? On l'espere bien sinon on aura deux morts sur la conscience, je ne parle pas forcément de nos deux idiots mais au moins d'une créatrice qui a explosé de rire devant son clavier. Amen. Al regarda narquois son Dimi , oui oui vous avez bien lu son dimi dans le sens qu'il était son eleve et son jeune homme avec lequel il s'était envoyé dans la douche et son ami aussi. Il mimima une révérence complètement comique faisant mine de reconnaître la puissance et la grandeur de son eleve.«  Permettez moi de m'incliner devant votre auguste personne »Répondit il sous un ton pédant, pompeu, digne des comédiens de théatre. C'est votre faute, il fallait pas le lancer sur cette pente dangeureuse. Maintenant on va le perdre. On va perdre les dernieres restes de crédibilité professorale et sériosale (si si le mot existe, enfin il vient de paraître dans ce rp). «  Je vous promets , Messire, de vous protéger au péril de ma vie. Tous pour un, Tous pour le Roi »Bon en fait, c'est plus dans les Western Spagehtti qu'on se retrouve mais dans une réadaptation moderne de d'Artagnant. Ben quoi? Apres Cendrillon, Roméo et Juliette, il fallait bien qu'on ait cette réadaptation la. Ben maintenant il était d'aller au restaurent parce qu'au fond, c'était bien pour cela qu'ils avaient quitté l'école. Enfin si ils se grouillaient pas, ils pourraient toujours à la gober des mouches. Remarque vu le coffre de bouffe de Al caché sous le lit, ils mourraient peut etre pas de faim. En plus, y a de l'alcool. Tout pour etre bien. «  Mouais. Je préfère m'y coucher quand il y a quelqu'un »Grand big Smile de taquinerie et de mignonnerie de la part de Al. Oui la sans le vouloir, il avait pris un air mignon, de gamin qui ose pas dire ou réclamer. Mais oui Al on y croit tous. «  Biens sur , je te montrerais ca, qu'est ce que tu crois »Il fit un clin d'oeil montrant ainsi qu'il avait parfaitement recu le message envoyé par le regard de Dimitri. Al n'est pas un voileur. Il est joueur et se débrouillera pour susciter l'envie chez Dimitri d'une coucherie. On en a déjà eu un arriere plan au moment des douches.Ils embarqurent et Al fit un sourire. La bete, comme le disait Dimi, avec un jeu de mot fait expres, vibra entre leurs paire de jambes. Ca foutait des frissons pas vrai? Mais attention pas les meme frisson que quand on fait l'amour. C'était des frissons d'excitation différents du a la vitesse. Le coeur battait la chamade quand il prenait un virage trop vite. Des fous aurait on dit. Non des jeunes plein d'exciation qui savourent et croquent la vie à pleine dents. Etonnant quand on sait que l'un deux a une bombe dans le crane mais était ce une raison pour déprimer.«  Message reçu »Il tourna suivant les indications de Dimi. Il failli louper une insection et la prit de justesse; Il eut un petit rire en entendant les klaxons furibards , des injures. Ya pas a dire, c'était bon d'être vivant. Finalement ils arriverent. Le bolide fut arreté un free style. Al descendit a son tour.«  Je suis d'accord avec toi. C'est bien , t'es pas un crieur »Crieur dans le sens, j'ai peur au secours, maman ralenti, al espece de crétin, on va mourir. Bien sur, on pouvait voir un double sens. Mais ca déplaisait a Al que Dimi soit un crieur dans ce sens la. Le jeune homme mit l'antivol.«  Drole de nom. »Al rangea les clefs dans sa poche. Il prit alors soin de lire l'enseigne. Le jeune homme poussa la porte et fit un geste pour que Dimi entre. Franchement quelle éducation ce Al, il lui tenait la porte gentiment.«  Il m'a l'air assez bondé, j'espere qu'on aura une table. »Il fit le tour de la piece des yeux. Les serveurs étaient affairés. Les convives discutaient joyeusement. Des couples s'embrassaient. La lumière était tamisée. Bref ambiance romantique. Allaient ils jouer le jeu? Surement. Du moins pour Al.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mar 7 Déc - 7:25

Dimitri éclata de rire en inclinant la tête dans sa direction. Une manière d’accepter le compliment, et ainsi montrer qu’on ne s’en offusque pas le moins du monde, sans pour autant se mettre à agir comme un véritable débauché sans la moindre notion d’éducation, et prendre ceci pour un acquis et ne pas remercier pour le compliment apporté.

-Pour avoir d’aussi bons résultats, il faut bien que le corps sur lequel il agit ait de bonnes prédispositions au préalable !

Et voilà que maintenant, nous utilisions la connerie comme moyen de faire passer des messages, et en l’occurrence des certains compliments sur le corps de son interlocuteur, mais également la manière dont celui-ci est utilisé pour tirer des sons et des sensations totalement, et à raison, jouissives de l’autre. Il leva les yeux au ciel en composant encore cette petite mimique exaspérée et amusée de tant de connerie dans ce pauvre petit monde malmené par tous. Il l’aimait bien, celle là. Mais il faut reconnaitre qu’elle a gagné plus qu’honorablement sa place dans cette assemblée de bêtises et d’invitations déguisées.

- J’ai des goûts très sélectifs, petit vieux. Si le directeur Mainmoites a envie que le lui accorde des faveurs, il va devoir passer par quelques tests préalables !

Toujours cette lueur de malice infatigable depuis tout à l’heure, mais pourtant totalement inconnue pour tous ceux qui avaient apprit à connaître l’italien comme l’impitoyable et inhumain chef des gardiens qu’il était. Mais cela voulait dire quoi ? Que leur petit jeu dans les douches n’était qu’un « tes d’entrée » histoire de voir si il donnait sa bénédiction pour plus de jeux ensuite, ou bien c’était tout autre chose, et le test avait déjà été passé plus tôt sans même que le professeur de philosophie n’en ait conscience ? Qui sait, n’est ce pas ? Avec le blond, tout est possible. On a tellement tendance à le prendre et considérer comme un sadique égoïste et manipulateur que beaucoup de gens diraient qu’il est largement capable de ce genre de petits jeux. Que c’est même largement en dessous de son niveau habituel.

Copiant l’air narquois qu’il l’ui avait servi, Dimitri regarda le professeur qui lui faisait la révérence d’un air pompeux, hautain, condescendant, supérieur, et visiblement mort de rire intérieurement. Oui, vu comme ca, ca a l’air un peu paradoxal, mais non quand on y réfléchit bien trente secondes. Il suffit simplement d’analyser ca sans chercher la moindre logique syntaxique, mi même sémantique, mais plutôt… follement logique.

- Vous pouvez vous relever. Nous tiendrons en mémoire votre serment d’allégeance à ma majesté.

Non non, ils sont parfaitement sobres. C’est ca le pire en fait. Ils n’ont même pas commencé à boire. Oui, qu’est ce que ca pourrait bien être lorsqu’ils s’y mettront, je vous le demande bien. Mais malgré toute cette avalanche de stupidités délicieusement stupides, ils ne perdaient quand même pas le nord, les zoziaux, puisque voilà déjà qu’ils étaient en route pour ce délicieux restaurant qui allait les ramener du moins par le goût peut être sur la terre des ancêtres du blond. Je dis bien peut être, parce que pour le moment, on en est simplement au voyage. Voyage où ils passèrent in extremis sous les klaxons furibards des automobilistes rageurs et auquel Dimitri n’ajouta que son rire à celui de son professeur qu’il voyait pour le moment bien plus comme un ami que comme un supérieur hiérarchique. Il riait, il se sentait totalement libre et grisé par la vitesse, et même si ce n’était que pour un temps, c’était quand même un temps de bonheur pur qu’on faisait glisser sur sa langue comme on savourerait une sucette au miel.

En l’entendant, il avait regardé Al d’un air assez interloqué, avant finalement de mettre à rire joyeusement, et candidement. Lui, il avait comprit crieur dans le sens de « Ah Al !! Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! » ayant parfaitement sa place dans un contexte plus intimiste, et ce pour la simple et bonne cause qu’il se déroulait entre des draps de soie. Pourquoi de soie ? Parce que c’est une matière de luxe qui a l’avantage délicieux d’offrir un aspect esthétiquement intéressant en plus d’un contact parfaitement sensuel lorsqu’elle glisse sur la peau. Il resta donc sans répondre, surtout pour ne pas passer pour un pervers fini en fait.

Le blond entra donc, non sans avoir adressé un sourire de remerciement au professeur qui lui tenait la porte. Il balaya à son tour la pièce du regard, sans pouvoir d’empêcher de sourire d’un air parfaitement heureux en captant les effluves de pates, de basilic, de tomates, de fromage, bref, de tous ces fumets délicieux qui composaient la saveur de son pays, et qui lui mettait l’eau à la bouche bien plus que n’importe quelle assiette de sushis –fusse t’elle tentante – ne fera jamais.

- Oh suffit de s’arranger, pour ca.

D’une démarche assurée, il se rendit vers le maître d’hôtel. Une démarche assurée, mais également légèrement glissante, sensuelle, un peu orgueilleuse. La démarche de celui qui a du pouvoir, qui s’est issu au sommet de l’échelle sociale, et qui se sert sans hésiter de ce pouvoir là. Il glissa quelques mots à l’oreille de celui-ci qui pâlit légèrement avant de donner des directives à un serveur spécialement présent pour cela. Dimitri se tourna vers le professeur sans cesser de sourire.

- Nous avons nos places.

Il emboîta le pas au serveur, et se rendit ainsi dans un petit salon privé à l’écart du monde, offrant un cadre bien plus intimiste. Un petit peu plus chic aussi. Dimitri prit place, le serveur lui tenant également sa chaise avant d’en faire de même pour le professeur, puis il cueillit le verre de vin qu’on lui avait remplit d’avant d’emporter leurs vestes pour les suspendre là où elles devraient l’être.
Il fit un petit sourire satisfait après avoir délicatement trempé ses lèvres dans le liquide vermeil. Ce vin était délicieux. Savoureux, raffiné, il envoyait dans son palais les saveurs ensoleillées du Latium.

- Et bien. Pour le moment, ca a l’air prometteur, tu ne penses pas ?

Dimitri ne cessait de sourire, parfaitement heureux de l’endroit où il se trouvait, et de sa compagnie. Pour lui, être traité comme un client de marque semblait être parfaitement naturel et du. Comme quoi, l’habit ne fait pas le moine. Après tout, il est toujours en jean, t-shirt avec son fouet pendu à la serrure. Ca fait un contraste énorme qui ne semble pas pour autant le choquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Lun 13 Déc - 16:09

On notera tout de meme qu'il y a eulong chemin à parcourir que de l'osen nous avons dérivé dans ladouche puis dans la chambre de Al puis dehors pour prendre le chemin,non pas de la sexualité, bande de pervers , mais bien pour faire untour à moto. Encore que pour les pervers, Al et Dimi sont plutot pasmal loti. Je demande juste comment Al a fait pour devenir une mamie,encore un papy ouais je dis pas mais une mamie. T'as changé de sexeAl sans me prévenir? Sympas l'artiste. Ah non, c'est juste encoreune connerie de sa part.


« J'ai de bons reste. Le viagra, en ai je vraiment besoin pour charger et décharger un coup? »

Non non on ne fait pas un remix deswestern spagehetti, on est bien en pleine de séance de crised'hilarité, de connerie collétérale , pas sur que le mot quiexiste , provoqué soit par les vapeurs de l'osen, soit par la séancedouche ou alors c'était la depuis le début et ya suffit qu'uncomique rencontre un autre comique pour que ca donne naissance à ca.Mieux que le plus grand cabaret du monde ou mieux que la comédie deles hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus, si si je vousdit. Al et Dimi sont en bonne voie pour devenir les comiques del'année et nous rendre tous completement zinzin. Enfin pour ceux quivoulaient lire un truc romantique, ils vont etre décu. La belle etle clochard, c'est fini depuis longtemps.


Il serait marrant de voir le club dutroisieme age et du quatrieme age tourner en orgie, si un jour, celaarrive, je veux voir ca quoique voir des vieux s'envoyaient en l'air,ca doit pas etre tres ragoutant. Vous imaginez si mamie perd sondentier en faisant une fellation à son homme du moment, si papyreste coincé dans un autre papy parce qu'il n'a plus la force de seretirer; qu'un autre saute un autre endormi dans un sommeil profondet qu'apres l'innocente infermiere passe et découvre que monsieurPalot n°3 a pris de jolies couleurs rouge. Apres le calendrier desfemmes nues et vieilles, découvrez le premier porno spéciale vieux,à voir et à revoir afin de vous donner des cauchemard, mieux queles films d'horreur non?


En tout cas , si on ferma la lesdivagations de nos deux créatrices de perso, que nous sommes, nousdirons qu'Al adresssa une révérence quelque peu moqueuse maiscomique à souhait pour donner plus de poids à la splendeur et à lagrandeur de Dimitri que lui meme venait de se conférer. O vanité,rien n'est que vanité..Oh la ferme, s'autoenvoyer des compliments,ca fait du bien de temps en temps pas vrai?alors sagesse, turepasseras. La sagesse c'est bien mais à petites doses. Purée cequ'on s'emmerdrait , si on était tout le temps sage, pas vrai?


Le truc avec les concours de conneriesc'est que c'est pire que les trilogies, les sextologies, quand oncommence, on s'arrete pas donc je prendrais aussi la porte pourrejoindre le monde de ma conseur où tout est beau, tout est connerieet tout est rire.


« Je m'incline devant votregrandeur, prince »


Prince de quoi aussi? Prince de laconnerie? Prince de la traumatisation d'une pauvre douche qui n'arien demandé à personne. La pauvre, elle doit maintenant aller chezla térapeuthe du coin. Quoi une térapeuthe pour outils ca n'existepas? Bien sur que ca existe et ca existera de toute maniere vu qu'ona déjà des thérapeuthes pour animaux.




« Ohouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii »


Réponse de Al pour on a tout le temps.Non mais Al t'es vraiment un pervers? On jouit pas comme ca sur mafeuille de papier ou j'écris TT Comment ca tu jouis pas? Ah ouaisd'accord, tu fais expres d'user de cet onomatopée pour relancerDimitri mais t'es con , on va pas sortir de l'auberge mon pauvrevieux.
« Ou alors on se couche danscelui de celui avec lequel on vient de faie connaissance sous ladouche »


Enfin à défaut d'auberge, on estsorti de Gakuen et tout cela a moto avec un Al qui conduisait demaniere intensive. Faut dire que la conduite de mamie a 20 kilometresa l'heure, c'est pas tellement son truc. Lui il est plutot du genrecasse cou uu. c''est un sale gosse de 23 ans.


Bon je crois que nous sommes partisdans le jeu des doubles sens et en plus Dimi relance la machine avecsa bete rugissant entre les jambes et Al qui renrichi avec :


« Fais gaffe, t'as intérêt àtenir le coup parce qu'elle en redemande. Fais gaffe de pas jouir encours de route »


Ouais ouais blague stupide destinée àcomparer la moto rugissante à un vibromasseur juste pour taquinerson passager. Maudit pervers tiens. Il entendit les indications deson passager et les suivit à la lettre histoire de pas se pommer.


« Okay merci monsieur le guide »


ils s'arreterent devant le resto. Ouaispour l'originalité du restau, on repassera mais c'est toujours mieuxque d'appeler son restau '' Fleur d'égouts » Nan parce que lafranchement , ca inspirerait pas confiance. Il mit l'antivole sur saprécieuse moto puis il alla vers le restau tenant Dimi par lesépaules apres l'avoir enlacé par celle ci, geste purement amicale.


« En tout cas le parfum qui s'enéchappe me creuse l'estomac. Ca donne faim. »


Il s'éloigna un peu le tempsd'inspecter la liste des menus afficher à la porte. La vache c'étaitvraiment un restau bien italien avec des pates en entrée suivit dela viande puis du fromage et un dessert aux choix.


« Ma foi, ca inspire confiance .J'espere que ca sera a la hauteur de ce qu'on nous présente sous lenez. »


Al se demanda alors si ils auraient duréserver parce que si ca se trouve le restau serait bondé et alorsil faudrai trouver de quoi manger sur le port un pauvre hot dog ou unsandwich pas vraiment bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mar 14 Déc - 13:44

Dimitri se mordit l’intérieur de la lèvre pour se retenir derire encore, et le toisa de haut. Oui, il riait tranquillement depuis tout àl’heure, mais pour tenir le rôle du type imbu de lui-même qui toise les autres,et bien il ne faut pas rire, parce ce que sinon, et bien l’effet toisant dehaut en se gaussant des autres, et bien il est totalement foutu et anti toisantde haut. Du coup, il se forçait à ne pas rire, et le toisait en riantintérieurement.

-Faites donc, manant, et profitez donc-en pourvenir me baiser !

Bien évidemment que en disant cela, il employait le sensarchaïque de l’expression qui ne signifiait pas alors « viens vite medéfoncer contre le mur », mais plutôt « embrasse moi donc. »Sauf que dans l’optique d’un concours de conneries et de débilités profondes,dire ce genre de choses, avec, ca va de soi, la volonté volontaire de dire undouble sens plus gros que sa libido une fois dépoussiérée, est parfaitementnormal, et même conseillé.

Il leva les yeux au ciel en l’entendant jouir juste pour lechercher et éclata encore un e fois de rire.

- Pffff. Même pas drôle, j’ai même pas pucommencer alors !

Il gratifia sa déclaration d’un regard salace et sanséquivoque, avant que l’appel au viol visuel ne bascule à nouveau vers le rireet la joie, qu’il éclate de rire et se remette à sourire. Bon, tant que le profserait là, sa réputation d’enfoiré sans cœur serait définitivement foutue. Pasgrave, on fera avec, et on trouvera autre chose. Il y a tant d’autres choses. Detoute manière, le prof n’étant pas un élève, et puisqu’il ne pensait pas avoirun jour à faire avec lui dans le domaine du boulot pur et dur, il se fichait unpetit peu de la réputation qu’il pourrait avoir auprès de lui. Vu que ce n’estpas pour le boulot, il peut se permettre d’être lui-même et de rire et dire desbêtises. Je ne vous dis pas le bol d’air que ca fait. Un bien fou, oui, je ne vous le fait pasdire. Et par bol d’air, je ne veux pas parler du fait de se manger six mètrescubes d’air par mètre sur une moto. Réellement d’arrêter de penser au boulot età ses soucis qui s’y rattachent. Ainsi que les tentatives de meurtre, viol etautres menaces quant à sa personne, l’école, une des personnes qui sont sous saresponsabilité ou son cousin.

- Hmmm… Oui, ca marche, mais alors à conditionde refaire connaissance avec cette connaissance faite sur ladouche !

Il n’était qu’à moitié sérieux là dedans. Comprendre qu’ilne faisait pas d’avances à son professeur, il se contentait simplement derépondre du tac au tac à ses petites piques et bêtises amicales dans le simplebut de s’amuser, rire, et ne penser à rien d’autre qu’à cela.

Installé sur la belle moto que voici, ils étaient partis, etDimitri avait lâché quelque chose comme « si jamais ca arrive, il n’yaura plus qu’à me faire repartir. »

Et finalement, et sans accident, je vous prie, Dimitriaurait été obligé de lui faire du bouche à bouche pour le ramener à la vie sica avait été le cas (expliquez moi l’utilité de faire du bouche à bouche à untype qui a la colonne disloquée soit dit en passant), ils arrivèrent, ets’installèrent sur ce lieu béni où ils allaient se remplir la panse à sel’exploser, et puis une fois qu’ils n’en pourraient plus, et bien ils enreprendraient encore. Dimitri était entré nonchalamment dans le restaurant, lebras du professeur toujours passé autour du sien, sans que cela ne le dérange.Avec les fous de cette école, il avait du mal à définir correctement la limitequi établissait des rapports humains normaux. Et puis, au Japon, ils sont bienplus prudes et rigides qu’en Italie. Au pays des spaguettis, dix centimètres,ca ne pose pas de problèmes. Au pays des nems et des sushis, un mètre, c’estquand même mieux.

Et il sourit d’un air amusé en se saisissant de la carte desmenus.

-Si tu parles, alors imagines pour moi…

Après tout, en bon loup qui se respecte, son odorat étaitplus développé que celui de Al. Et autant dire que toutes ces merveillesgastronomiques qu’il sentait là lui mettaient les papilles en folie. Tantmieux, diront-nous. Au moins il n’aura pas fait le voyage pour rien. Loin de làmême.

Le serveur arriva, et Dimitri commanda. Sans aucune pitiépour son ventre : assiette de tagliatelles à la carbonara, steak tartarepréparé à l’italienne, assiette de fromage et tiramisu. Tout ce qu’il fautpour, lorsqu’il faut repartir, s’en aller en roulant parce que c’est la seulechose que votre estomac nous laisse faire.

Son sourire s’accentua alors qu’il suivait le serveur desyeux.

- Oui… il y a plein de mets appétissantsici…

Son regard se posa de manière sans appel tandis que son piedentrait comme de par hasard avec le mollet de son compagnon de repas. Lesnappes longues, ca sert à ca mes amis. Dimitri n’était pas dans une optique deséduction. Il avait simplement envie de jouer avec les nerfs de son cherprofesseur, de s’amuser à le chercher, autant que lui le cherchait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mar 14 Déc - 14:07

Nous voici donc dans un momentmémorable où chacun de nos compagnons n'a rien bu et pourtant secomporter, comme si ils avaient bu beaucoup et pas seulement de laflotte. A moins que l'eau de la douche eut été remplacée , sansque le personnel le sache, par du vin ou de la vokda ou du rhum ,sans que nos deux compagnons le sachent. Ah mais voilà, notre bonami , le vin doit expliquer ce qui se passe , sous nos yeux. Enfin cevin doit être bien particulier parce que voilà quoi il estinvisible et on le boit sans le voir et sans le savoir. En fait, cevin là c'est comme l'air que l'on respire. Il est transparent etaient créé par le cerveau, la mentalité et étrangement pour lefaire naitre, il n'y a pas besoin de planter, d'arroser, de bichonnerla terre, bref vous voyez le truc? Il n'y a besoin de rien sauf uneconnerie 100%Bio et 100% naturel. Que dire? C'est amusant , laconnerie nous donne des allures et des mentalité de masochisme et desadisme. En fait, elle nous rend gamin.Ceci explique cela.


« Je peux vous baiser tout commevous baiser, Sir. J'espère que vous me laisserez faire vous prouvezma valeur en tant que votre bon serviteur »


Bien entendu il avait compris les deuxsens du terme aussi ne se genait il par pour en révéler les deuxfacettes et en donnant à tout ceci un petit air de noblesse. En toutcas, la connerie, la philosophie , ça donne naissance à un prof dephilo que l'on connait bien. Il est là, il est beau, il est uniqueet il est inimitable, voici Al Kisland, défenseur, non pas de laveuve et de l'orphelin, mais de son prince de la connerie nomméDimitri Allino. N'empeche la philo rend pervers. Ca vous donne desidées de yaoi. Je suis sur que l'inventeur de la philo était unfustré ou quelque chose dans ce goût la parce que vraiment moncours, y a que ca.


Bonne crise de fou rire pour nos deuxamis, a savoir qui est l'adulte, qui est le gamin, je mange moncchapeau et je vous laisse le décider. Si vous y arrivez bien surparce que la que dire? Disons que , comme si ils sont en plein dansleur crise, eh bien il sera difficile de les partager. En plus, lesdeux imbéciles renchérissent quand on croit les enchères finies.Parce que là, ca aurait pu terminer et pourtant Al rétorqua au tactac, dans sa folle lancée de maitre inconstété de la connerieperverse ( il n'a pas encore été battu à jour, Dimi est tout dememe un adversaire de taille) :


« OH ben dans ce cas, on vafaire un second round, au lit cette fois »




Il me semble qu'ils avaient parlé unmoment donné de litterie. Je sais plus pourquoi et j'ai la flemme dechercher. En tout cas, Al lui gardait le nord tout en foutant enl'air les quatres points cardinaux, moi , je suis déboussolée parleur envolée comique.


« Quand tu veux ou tu peux,Baby »


Lança t il alors a nouveau a l'autrejeune homme qui venait de lui dire qu'il devait rerefaireconnaissance. Bien sur, il avait pris avec ca un superbe accentaméricain digne de l'acteur jouant James bond, le nouveau pas BrossNam.


Même a moto, le débat (vocale, onprécise avec vous , on sait jamais) continuez et meme si Al nerétorqua rien. Il avait ricanner. Le rire suffit voyez vous , commeréponse à ce moment la. Et puis bon il devait tout de meme fairegaffe à payer un aller simple à Dimi pour aller raconter desconneries à Hades sans espoir de retour. Je vous signale que memel'autre con descendu en enfer pour récupérer sa femme, n'a pasréussi alors il ne faut jamais défier les enfers et faire tropconfiance à la connerie humaine.


Ils entrerent au restau donc pourconsommer de la nourriture, pas pour faire de la consommatiophysique, genre american pie, je sais plus combien ou la filledescend sous la table pour faire une fellation à son mec, pendantqu'il la demande en mariage. Ce serait marrant a faire, un de cesquatres non?


Al se saisit à son tour de la listedes menus. Ce n'est pas parce qu'on était au pays des pates, qu'iln'y aurait que des pates. Enfin juste pour l'entrée.


« Ma foi, ma foi, je ne sais quechoisir »


Il fit la remorque à choisir ce queDimi avait choisi. Quoi c'est une belle remorque mon Al non? Ilsentit alors le pied de Dimi s'amusait a faire joujou avec son pied.Attention erreur. Ne jamais lancer Al la dessus. Une lueur de malices'alluma dans ses yeux.


« J'espère qu'il y a l'airconditionné, il risque de faire chaud, dans pas longtemps. »


et zouuuuuuu, le pied de al vint seposer sans appel, sur la bosse de Dimi apres que celui ci ait retirésa chaussure. Et le pied dénudé de sa chaussure mais pas de sachaussette, (attends on est en hiver quand meme) eh bien il se mit àmasser la bosse sensuellement.


« Au fait, il est sympas ledirlo? Je l'ai juste une fois pour mon entretien d'embauche. »


Ah ouais mais la le tout était defaire la chose pas catholique avec un air banal et un ton qu'on prendquand on fait rien de méchant, sous la table. Vive les nappes rougeset grandes, on va l'avoir notre remix de american pie ou quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mar 14 Déc - 19:13

Les yeux du blond avaient alors au soin de s’allumer d’une lueur furieusement amusée, et furieusement intéressée également. Dimitri n’était pas un obsédé absolu ne pensant que par, et pour sa queue. Loin s’en faut d’ailleurs, dans la mesure où le cher petit Dimitri a une activité sexuelle aussi intense qu’une journée de débats sur la hauteur règlementaire des trottoirs à l’assemblée le mercredi après midi. Si, si, le mercredi après midi. Vous savez, à cette heure là, où vous ne savez pas quoi faire, et par désœuvrement, vous zappez sur la trois, et tombez alors sur une armée de vieux croûtons endormis… Si ! Cette histoire chiante avec des vieux partout que vous zappez tout le temps ! Bref, Dimitri du fait de son travail, ne couchait pas souvent, encore moins avec des inconnus. Nous dirons donc que le professeur de philosophie ici présent n’était qu’une exception parmi la salle immensément vide des autres exceptions.

- Et bien je suis très sélectif dans le choix de mes serviteurs. Il faudra ainsi me prouver votre valeur !

Encore, et toujours, des bêtises. Et étrangement, maintenant que le niveau tournait autour, voire totalement en dessous de la ceinture, il y avait de plus en plus matière à répondre que tout à l’heure. Etrangement, n’est ce pas ? Oui, nous ne dirons rien, ca vaut mieux pour tout le monde. Dimitri éclata encore de rire tandis que le débat continuait de tourner sans aucun but dans ces eaux troubles, si troubles, et décidément magnifiquement lamentables.

- Je t’attends, chacal ! Sache que cette fois, je ne perdrais pas !

Et il conclut sa magnifique déclaration de guerre par un tirage de langue moult fois héroïque, glorieux, viril et adulte. Evidemment qu’il avait continué dans la lancée de cinéma hollywoodien en accentuant, pour sa part, le côté de la brute du western spaghettis (et non pas western sushis *sors*), et se préparant à lutter avec le bon et le truand. Sauf que mis à part la décence, il n’y aurait pas de truand dans leur second round. Un contre un, et pas de pitié. Même si c’était un duel sans réel perdant. Les deux étaient gagnants et grandis à la fin, et du coup il était difficile de se souvenir de qui avait gagné, ou perdu.

Mais ce grand combat d’idioties était légèrement retombé tandis qu’ils entraient dans la merveilleuse antre des pates et de la sauce tomate. Légèrement retombé, hein, parce que bon, entre nous soit dit en passant, ca m’étonnerait que ca retombe totalement un jour. L’espoir fait vivre, mais pas à ce point, ca serait trop beau.

- Hmmm… Et bien choisit le plus tentant alors…

Voilà, qu’est ce que je vous disait ! C’est plus fort qu’eux ! C’est viscéral, c’est humain, c’est Dimitrien, c’est stupide, mais en tout cas, c’est bien trop puissant pour que le sérieux de ces êtres daigne enfin revenir. En réalité, il n’était jamais vraiment resté. Le thème était bien trop glissant pour celui-ci. Il craignait trop pour sa vie, alors il était partit s’aérer dans un cours de physique atomique. Bien moins dangereux pour lui.

Voyant qu’il commandait la même chose que lui, il se dit brièvement que comme ca, il pourrait tenter de lui piquer de sa bouffe. Attendez, Dimitri a beau être italien, ca reste malgré tout un homme d’une vingtaine d’années. Et déjà que un homme, ca mange pour deux, alors en plus un homme-loup qui vient de se faire une délicieuse partie endiablée de jambes en l’air dans la douche, ca a des vides à combler, d’autres ayant été momentanément remplis ! Oui, je connais la porte. Son sourire s’accentua en constatant celui de son camarade de table.

- Tant mieux ! Ca serait dommage de manger de l’italien sans un peu de chaleur !

Se retenant de rire, il continuait de lui jeter un regard que la décence proscrirait. La chaleur ne le dérangeait pas le moins du monde. Loin de là même. Il aimait la chaleur, il aimait avoir chaud. Avoir un corps pas loin des quarante degrés aide beaucoup à cela dirons-nous également.
Sentant subitement un pied baladeur, ses yeux s’écarquillèrent, et ses joues rougirent légèrement. Dimitri était capable d’un self control parfois considéré comme effrayant, mais pourtant, en matière de sexe, il était extrêmement expressif. Le sexe était pour lui totalement dissocié de sa vie professionnelle, et par conséquent, il ne cachait rien. S’il aimait quelque chose, il le montrait. Si il voulait quelque chose, son corps l’exprimait.
L’italien se mordit la lèvre d’un air sensuel et parfaitement indécent, puis il se mit à sourire, toujours d’un air amusé, et reprit en buvant son vin à petites gorgées d’un air parfaitement détendu.

- Ca dépend du point de vue. Eden est un enfoiré qui aime faire souffrir ceux qui bossent pour lui, mais il protège ses élèves sans faillir…

Dans sa voix, on pouvait entendre une claire note emplie d’amour. Eden était sa seule famille au Japon, presque sa seule famille tout court, et surtout, il était l’une des deux personnes au monde à qui il vouait une confiance et une obéissance aveugle. Son pied –déchaussé lui aussi, quelle surprise – monta à son tour s’amuser avec l’entrejambe de son professeur qui pour la soirée ne l’était pas. Et, sans cesser son petit jeu, il reprit une gorgée de vin, avant de mordiller un gressin en lui jetant un regard brûlant, et pourtant avec un visage totalement neutre.

- Mais tu es un pistonné. Il est rare qu’Eden se charge lui-même d’accueillir ses es…subordonnés…

Comme pour récupérer un peu du vin qui était sur ses lèvres, il se les lécha.

- Hmmm…Délicieux.

De là a savoir si il parlait du vin en disant cela…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Jeu 16 Déc - 17:26

Dans un moment de courage et de caféine, nous allons partir dans un délire pas possible et inimaginable avec ces deux la. Le café est mauvais pour la santé , surtout pour Al et moi. Ca fait fuse encore plus la connerie donc si je suis morte de rire à la fin de la soirée , c'est normal. La caféine vaincra la lourde de tache de répondre à mes rps. En tout cas, pendant que nous nous avons des corvées à faire, ces deux la s'en payaient une bonne tranche en racontant des conneries. Franchement, la je suis jalouse d'eux. Moi aussi, je veux na. Bon maintenant qu'on n'est plus dans un moment de calme mais dans un moment de rire, je dois vous dire qu'ils ont l'air de gamins tarés, ces deux la. Ils sont pire que les monsters much et les chips à la crevette.

« En vous baisant? »

Bien sur , la il reprenait carrément Dimi. Oh c'est du plagiait de conneire la mais bon c'est Dimi qui a commencé et puis la caféine aussi le café viennois (mauvais pour les neurones, comme tout ce qui est base de sucre). Dire qu'eux, ils ont rien bu, rien pris pour être dans une phase telle que celle ci.
Nan c'est cent pour cent naturel, cent pour cent bio et en plus ca fait mal aux doigts des pauvres télétubbies. Tout en écoutant Mélissa non ne pleures pas, qui, d'ailleurs, se mit en fond sonore dans cet endroit la. Tiens ya des fans de minikeums, dans eden gakuen? Apparemment. Putain tout le monde pete les plombs ici. C'est un asile, ici, pas une école, ya qu'avoir les akagi et les muraki pour s'en convaincre. Et en plus, ils ont des humours étranges par ici mais que dire? Espérons que ce soit pas contagieu parce que sinon on est mal barré, vous trouvez pas?

«Mais si tu vas perdre parce que tu vois , l'oréal je le vaux bien »

Eh zouh imitation d'hair flipp seulement quand on a les cheveux courts et bruns, ca le fait pas, on peut pas vraiment imiter la blondasse à cheveux long qui vous sourit d'un air vulgaire tout avec un regard qui vous dit : Violez moi. Encore faut il etre attiré par les femmes. Al est bi meme si il préfère coucher avec les mecs. Faut dire que coucher avec un mec , c'est plus intense qu'avec une nana ( sauf si la nana est une sado maso en puissance et qu'elle vous fait le coup du god ceinture, par contre, faite gaffes, les nanas , la premiere fois, elles risquent de vous faire mal et vous risquez de gémir comme une pucelle).

Bien laissons la connerie de ces jeunes la qui ne nourrit pas les estomacs pour enchainer sur la vraie nourriture. Je vous rappelle que Dimi avait invité Al dans un restau italien. Mais qui paira la note au final? Dimi ou Al? Eh bien vous le saurez en regardant le prochain épisode de l'Ile aux pates et a la sauce de tomate.

Parce qu'il ne savait que choisir; Al fit un deuxieme plagiat en commandant la meme chose que Dimi. Pas grave dimi se vengera en pouvant piquer de la bouffe a al , si il réussit à esquiver l'attaque fourbe de la fourchette. Non mais, on poiche pas dans les plats des autres. On en fait quoi des regles de bonnes conduites à table?

« Oui mais à ce train là , ca risque de devenir plus chaud. »

ce qu'il y a de bien avec les mots, c'est qu'on peut jouer avec. Aux jeux de mots, il y aura deux sortes d'interpretation; l'interprétation de l'innocent qui ne voit pas de sous entendu et l'autre interpréation de celui qui entend un sous entendu alors qu'il y en a peut etre pas.

« Tu a l'air de bien l'aimer. »

Dit il alors dans un sourire en attendant SAGEMENT les plats ( non parce que le sagement va pas durer.

« C'est comme le lieutenant Kisland..ca c'est un sacré gaillard. Y en a pas beaucoup qui arrivent à l'énerver. Il est très protecteur par contre si tu t'es foutu dans la merde, il viendra pas te sauver...sauf si tu as une dette envers lui. »

A noter qu'Al n'avait pas dit le mot pere, tuteur ou oncle. Meme si il n'y avait pas lien de sang avec le lieutenant Kisland, on sentait bien que ce lieutenant la était quelqu'un d'important dans sa vie. Normal, c'était bien le gars qui lui avait donné son nom de famille.

« Bof , je suis pas quelqu'un d'important. Je ne suis qu'un fils de guerre. Je ne vois pas qui aurait pu me pistonner.. »

Surement ses supérieurs mais ceux la il ne les aimait pas, ni les détestait. Ils lui étaient completement indifférent. Le jeune homme avait bien senti le pied de son compagon jouer avec sa bosse, apres tout il avait commencé les hostilités. Il mangea feignant de rien. Puis sa fourchette tomba =o.

« ah scuze.. »

On le vit disparaître sous la table. Si vous vous demandez ce qu'il fichait eh bien disons que sa main s'était quelque peu égarée dans le boxer de Dimi pour attraper le membre. Et disons que la bouche avait commencé à sucer le gland....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Sam 18 Déc - 7:23

Oui, mais que voulez vous, mes amis, il y a toujours d’ignobles pistonés dans ce bas monde, même si ca nous horripile de les voir copuler comme des bêtes tandis que nous, et bien nous devons travailler, réviser et faires les tâches ménagères ou foruminales. Mais je ne saurais que vous mettre en garde au sujet des dangers dangereux de la caféine, parce que la caféine, c’est le mal et le danger.

- En me baisant des deux côtés, ca va de soi !

Et moi je dis, heureusement que ca ne nourrit pas, la connerie, parce que nos deux compères, ils auraient tôt fait d’être obèses à l’heure qu’il est ! Sérieusement, vous imaginez Al avec des pans de graisse qui pendouillent de partout à ne plus savoir quoi en faire ? Ca casse le mythe là. Même si Dimitri n’est pas un salaud qui n’aime que le sexe chez les gens qu’il côtoie, mourir étouffé sous un quintal de graisse n’est franchement pas le top de ses espérances dans sa vie sentimentale et sexuelle. Et puis, Italien de naissance, il y a de grandes chances pour qu’il ne lui ait pas accordé le moindre regard. C’est méchant à dire, mais c’est vrai.
Ainsi, dans le but de se remplir le ventre, il avait invité son très cher professeur qu’il ne connaissait pas depuis longtemps mais qu’il commençait déjà à apprécier au restaurant dans le but de se sustenter, et accessoirement renouer avec ses origines qui parfois lui manquaient tristement.

- Loréal ne peut rien contre moi qui suis armé d’une tondeuse à cheveux !

Et il appuya son énième connerie de la soirée par un sourire magnifiquement carnassier, suivit ensuite d’un nouvel éclat de rire. Dieu, ce qu’il adorait le chercher, ce professeur, et ce plaisir était d’autant plus grandit dans la mesure où il lui répondait et le titillait autant que lui-même le faisait. Qui adore châtie à mort comme une très chère consœur a dit précédemment. Et bien c’est une vérité que nous continuons à essayer de prouver encore et toujours maintenant.
En parlant de châtier… Soyons clairs. Lorsqu’il est question de bouffe, il n’y a pas d’amis, pas de frères, pas d’amants, pas de cousins, personne. Il n’y a que son assiette, et soi. Le reste est accessoire, le reste est illusoire.
Un grand sourire carnassier étira encore les lèvres du blond tandis que la chaleur augmentait progressivement, comme Al météo l’avait bel et bien prédit.

- Et bien la chaleur ne me dérange pas… J’espère que toi aussi tu tiendras…

Notons la présence absolument volontaire de nuance salace dans son regard, dans son sourire et même sans sa manière de porter sa fourchette à ses lèvres. Notons que les spaghettis que la serveuse leur avait amenés étaient parfaitement délicieux. C’était décidé. Ce restaurant était à présent sa maison numéro deux. La pauvre serveuse avait bien tenté de leur faire de l’œil au moment de déposer ses mets, mais sans trop de résultats malheureusement. Il fallait croire que les deux spécimens ici présents étaient plus que concentrés sur des détails plus…Captivants dirons nous.

Il sourit un peu plus en contenant à merveille ses poumons qui commençaient à adopter un rythme plus lourd, puis appuyé.

- Alors ce monsieur Kisland et Eden devraient s’entendre à merveille…

Même si dans la tête de notre gentil petit loup, il ne pouvait pas y avoir au dessus de Eden. C’était impossible. C’était comme d’expliquer à un grec que les dieux de l’olympe n’étaient en réalité que des sous-traitants. Comme d’expliquer à Dimitri que la clope, ce n’est pas bon pour les poumons. Impossible vous dis-je.

Et pendant ce temps, nos deux pervers se faisaient la conversation comme si de rien n’était, sans cesser de se tripoter du bout du pied en gardant un air absolument naturel. Tous des pervers. Et heureusement que les nappes sont là ; moi je dis.

- Hmmmm… Qui sait… Le saint esprit qui aurait glissé un mot auprès de tes supérieurs après t’avoir engrossé ?

Nous excuserons le blond, mais au vu de ce qu’il se passait sous la table, on peut comprendre que ses pensées ne tournent qu’autour d’un seul et même sujet assez…prenant.
Il regarda la fourchette tomber et récupéra son pied en même temps qu’il disparaissait sous la table. Bien évidemment, il ne s’attendait pas à la fourbe attaque qui venait de suivre. Il avait fait ca dans un pur esprit d’entraide au déplacement.

- Al ?! Qu’est ce que tu….. !

Il se mordit la lèvre en pourfendant d’un vil et disproportionné coup de fourchette. Il avait osé. Cet enf**** avait osé ! Les joues roses, et légèrement tremblant, il s’était laissé aller contre le dossier de sa chaise. La perspective du risque de se faire découvrir étant hautement excitante, voilà déjà qu’il était dans un drôle d’état, le blond. Par réflexe, et pour lui faciliter la tâche, voilà que ses jambes s’étaient en totale innocence écartées.
Il récupéra sa fourchette, disons plutôt qu’il la leva de l’assiette dans laquelle elle était plantée, et la fit jouer entre ses doigts dans un maigre effort de contenance et de méprise de lui-même. Ses joues étaient empourprées, ses mains agitées d’un léger tremblement, et le moins qu’on puisse dire, c’était que ses yeux puaient le sexe. D’ailleurs de ce fait, il venait d’attirer du regard la moitié de la population féminine de ce restaurant.

-Je vais te tuer… Je te jure que je vais te tu..aaaaah !

Il se mordit la lèvre en fermant les yeux, continuant de faire tourner à une vitesse folle sa fourchette entre ses doigts. Rester calme, inspirer profondément, ne surtout pas craquer… En plus, il est agile de sa langue le fourbe !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Dim 19 Déc - 9:46

Bienvenu au wester Spagehtti version yaoi qui vont se poursuivre, dans un beau restaurent italien. Mais pour l'heure, sachez que le cirque Dimi et Al continuent de vous bousiller les neurones et de passer sur les ondes, pour vous aimer dans la joie et la bonne humeur, pour vous faire rire de manière envolée en attendant que cette maudite neige passe. Si ca continue franchement, je sais meme pas si je vais pouvoir rentrer parce que maintenant non seulement ya de la neige mais en plus ya du brouillard. Pendant que je me motive pour aller affronter le froid, ya une perverse qui rêve de plan à trois et qui est en manque aussi dans un élan de bonté intercidérale, je vais lui répondre dans l'heure , à ce rp magnifico.

«  Des deux côtés? Ma foi, messire, ca sera pas pour me déplaire »

Allons on continue dans les conneries foireuses à double sens, il neige, il neige, bergère, rentre tes moutons sinon tu vas les pommer , dans la neige. Mauvais le café, vous trouvez pas? Je pense avoir été contaminé par mon prof de philo. Vive la philo qui fait rire les enfants et les grands , mieux que Casimir ne le fait. Enfin, la ya pas de casimir mais un loup garou discutant avec un humain ( il n'empeche que le loup est trop sexy et qu'on sera pas contre pour un deuxieme round sexuel soit au restau, soit au retour du restau).

«  Mais si elle prendra la tengeante et ira dire à monsieur tracteur de faire sa fete à la tondeuse »

Quand je vous dit que c'est du grand n'importe quoi, leur truc mais on ne veut pas me croire, on se demande pourquoi. Après tout, je suis la vérité incarnée. Je suis aussi blanche et pure que la neige qu'un certain ramoneur aura sali après ses travaux de cheminée. Et puis la tondeuse, on l'emmerde si elle est pas contente, elle pourra toujours se plaindre à Gilette, à Shawtarkov et aux autres grandes marques peuplant ce magnifique et monde et qui nous cerne de partout. On va finir en boeuf , carotte.

En parlant de bouffe, je suis d'accord. Quand on parle du ventre, il n'y a que le ventre qui compte. La famille, on l'oublie. Elle se gêne pas pour prendre les meilleurs morceaux, si on fait pas gaffe et eh oui mes amis, sortez vos drapeaux, vos armes , citoyens, et ne loupait pas le coche. Il faut se servir en premier pour avoir le choix. C'est mieux d'avoir le choix en bouffe mais aussi dans l'amour.

«  Mais je tiens et j'ai de la réserve »

Sourire malin accroché aux lèvres tandis qu'ils entrent, pour la je ne sais combientieme fois, dans le jeu des double sens foireux. Notre bon Al et Dimi en vinrent à parler de leur famille ou plutot de Al et de Eden.

«  Je sais pas, Kisland a un caractère de merde »

Lâcha Al d'un air un peu amusé. Faut dire que Kisland était un vrai casse pied, quand il s'y mettait. Je vous jure, c'est un type à assomer parce qu'au bout d'un moment, sa déconnade attitude devient trop lourde à porter.

Apparemment même leur connerie continuait au restaurent. Enfin, on se demande qui aura le dessus, dans cette affaire là.

«  C'est ça le Saint Esprit et le père fouettard sont mes paternels »

Drôle d'alliance, drôle de blague sorti d'un cerveau gamin adulte avec une mini bombe à l'intérieur mais bon au lieu de s'en plaindre, il fallait bien vivre alors merde, il s'en plaindrait pas. Le jeune homme glissa alors sous la table, pour reprendre le dessus tout en étant en dessous de la table, dans cette affaire là. En tout cas, il n'avait pas fait le plaisir de lui répondre. Ce qu'il foutait? Ca se voyait pas? Enfin, c'était plus dans le sens, du ca se sent pas. Le jeune homme lui lécha alors le membre plusieurs fois. Il le prit en main, le caressa plusieurs fois. Sérieux , si quelqu'un jetait un coup d'oeil sous la table, il risquait d'en rougir parce qu'Al avait aspiré la verge , dans la bouche, et avait commencé à la sucer.

Pendant ce temps, un serveur alertait par le comportement de Dimi ( et pas celui de Al sachant que Al était sous la table,, vint s'enquérir si tout allait bien et si le plat était à sa convenance et le serveur conclua en disant que votre ami allait bientôt finir par revenir et qu'il fallait pas desespéré. Ah pauvre serveur qui se foutait le doigt dans l'oeil. Al était là et il était sous la table à mordiller le membre. Ne jamais provoquer Al, c'est la leçon du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Dim 19 Déc - 14:45

Dimitri, jetant un regard méprisant sur sa créatrice qui lui suggère en coulisse son magnifique rêve de cette nuit, regarda son cher camarade de connerie et de jeux sous les douches d'un air toujours aussi condescendant et supérieur, conformément à son rôle.

- Cela va de soi. Il est de la coutume que d'agir ainsi!

D'ailleurs, il est assez difficile de lire Candide, de Voltaire pour les incultes, car à un moment du récit, on lit quelque chose comme "il lui répondit que les us voulaient qu'on baise le roi des deux côtés" Et un peu plus tard "Il se jetèrent au cou de sa majesté avec un grand enthousiasme, et le baisèrent des deux côtés comme il était de coutume sur ces terres." Vous n'en douterez pas, pour peu que vous aussi vous ayez lu ce petit morceau de bravoure, qu'il est assez difficile, voire douloureux, que de lire ce genre de choses tout en restant très calme et maître de soi. Très, très dur. C'est dans ce genre de cas que l'on peut admirer les miracles des évolutions sémantiques de la langue française au fur et à mesure des siècles.
Mais cessons de parler littérature et sémantique, il ne faudrait pas rehausser de trop le niveau, en effet, la conversation tourne autour de la ceinture, et non pas au panthéon des âmes aimées en cet instant présent ou d'écrit en m'extasiant sur le fait qu'il existe du rap audible quelque part sur cette planète.

Il haussa les sourcils en se demandant depuis quand les tracteurs faisaient la fête à l'innocente tondeuse à cheveux qui a connu son heure de gloire le jour de la libération.

- Et bien qu'à cela ne tienne, parce que les instances supérieures on parié sur la tondeuse! Alors, armées d'un fumble critique en miracle, le tondeuse va devenir un sublime top model qui va le tuer par hémorragie nasale en faisant un striptease face à lui!

Bon, ce coup ci, il a vraiment commencé à partir,le petit Dimitri. C'est bien triste, mais à ce niveau là, il n'y a plus rien à espérer de lui. Soit on attend qu'il se calme tout seul, ce qui, vu qu'on est à côté du professeur, est tout de même improbable, soit on abat les deux pour le bien de la décence et de l'intelligence qui a subsisté à l'apparition de la télé-réalité au petit écran.

Mais voilà que les deux s'étaient mis à jouer le jeu dangereux des doubles sens et des attouchements indiscrets et pourtant délicieusement interdits. Et avec le jeu des pieds, le jeu des mots, des langues qui se délient, des yeux qui dévorent les corps, les soupirs que l'on retient, la tension qui électrise l'air. La passion qui renaît de ses cendres. Encore.

- J'ai hâte de voir jusqu'à quel point alors...

Et à présent qu'il voyait plus que bien, du moins qu'il en voyait le début, il commençait à se dire qu'il allait vraiment finir par mettre une option sur le professeur. Un bon coup, ca se garde précieusement. Certes, il avait l'étrange et tentante pulsion de le découper et le faire frire aux petits oignons, mais ne même temps, le traitement qu'il lui infligeait était véritablement délicieux.
Le seul souci, c'était qu'il n'était pas certain de ne pas se faire griller avant la fin. Ca aurait été triste, dommage et lamentable si ca serait le cas, et puis la crainte de se faire avoir avait toujours un petit quelque chose qui rajoutait du piment à la chose, et la rendait bien plus excitante. A cause de ce goût du risque, voilà déjà que son cœur et sa respiration s'emballaient, et que son plaisir grimpait en flèche bien plus vite que si ils l'avaient fait seuls dans une chambre, bien confortablement installés dans des draps douillets. Les deux situations étaient agréables, les deux étaient à chercher.

Il fusilla le serveur du regard, tout en tressaillant et retenant un gémissement car c'était à ce moment là que les dents du professeur avaient commencé à ébranler sérieusement sa lucidité.

- Oui.. Vous... Il retint sa respiration pour ne pas lui gémir jusque sous le nez. Avez raison... Pourriez vous allez me chercher.. du fromage?

Il fallait qu'il s'éloigne. Qu'il parte, loin, très loin. Le serveur hocha la tête. Heureusement qu'ils avaient été placés de sorte à ce que seulement deux ou trois tables puissent les apercevoir. Une fois persuadé que personne ne regardait, il rejeta la tête en arrière en lâchant un soupir de plaisir étouffé. Quelque part dans la salle, certains s'étaient mis à jouer une musique d'ambiance, et le son des violons couvrait assez bien sa voix, tant que ca ne grimperait pas trop dans les décibels.
Son pied partit à tatons le long de sa cuisse, jusqu'à trouver l'entrejambe du professeur et se remettre à jouer avec. Bon dieu cette envie de sexe qui le prenait à présent!

-Al... Espèce de...

Il se mordit la lèvre pour ne pas gémir encore. Son rythme cardiaque venait de s'emballer, et il y voyait trouble, signe manifeste qu'il n'allait pas tarder à lâcher prise et se libérer. Dans un restau, ce n'est quand même pas le top.

- Al, arrête! Dit il avait un air d'avertissement dans la voix.

Lui infliger ca juste avant de manger n'était peut être pas la meilleure chose à faire, non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mer 22 Déc - 13:01

Faudra me raconterce rêve où Al et Dimi faisaient apparemment un plan à plusieurs , ce qui n'est pas d'ailleurs le genre de la créa et d'Al. Eh oui nous avons ce défaut de ne pas être partageur. Le brun , en tout cas, s'apprêtait à passer une bonne fin de soirée car nous étions bien le soir hein? J'avoue avoir un doute.

«  Ah bon; je le ne savais pas »

Allez on repart dans l'air totalement innocent de celui qui vient d'arriver au monde et qui n'a rien à se reprocher si ce n'est le fait qu'avec son élève, ils partaient totalement en vrille. On est très loin du monde des bisounours et de sailor moon mais putain on est bien près celui des contes de la cryptes u de franck Estein. Ben ouais leur truc ca fout les jetons et on se demande si ils ont pas pété un cable ou si l'eau de la douche n'était pas trop chaude et ainsi qu'elle ne leur ai pas bousillé la cervelle. Bah pour les Candides, vous verrez dans ce bouquin, qu'il y a des passages assez hot pour peu qu'on ait beaucoup d'imagination et de perversion. Saviez vous que le petit Candide y apprend l'art du sexe tout de meme? Non? Eh bien lisez ya des endroits porno, faut juste lire entre les lignes. Tiens et si vous avez encore l'esprit tres tres tordu, vous pouvez , sans doute, y voir un couple yaoiste entre Candide et Pangloss ben ouais pourquoi croyez vous que le gars garde le vieux à la fin en plus de sa femme laide? Eh bien pour aller se consoler dans les bras du vieux , qu'est ce que vous croyez. Quoi je viens de tuer vos doux reves, mille excuses, c'était pas le but.

Ah Ben ca ils font la tete aux tondeuses à cheveux; depuis que la créa , dans un moment de délire totale, contaminé par ses perso et ses partenaires de rp, l'a décidé et pour etre plus que précis, l'invasion a commencé depuis l'invention de la tondeuse. Je sais pas si c'est le tracteur ou la tondeuse qui est venu en premier au monde mais une chose est sure , c'est qu'ils ne s'entendent pas. Normal, papa a roulé avec le tracteur sur une tondeuse..Euh, je raconterais les misterbeanasitations de mon pere, un autre jour.

«  Ah merde, alors j'aurais du parier sur le tracteur. C'est bon j'avais parié une paire de chaussette qui est à une archiduchesse quand elles seront seches »

Mesdames et messieurs suite au pétage de cable de la créa, nous vous prions de nous excuser pour les conneries qui sortent de la bouche du pauvre perso sans défense et qui risque de le faire passer pour un abruti fini et qui finira par déboucher sur la torture de la créa par son perso quand le perso aura un instant de lucidité et ne sera pas occupé à matter un blondinet alors qu'il devrait être entrain de faire cours. Al , arrete de matter et suis mon exemple, vois comme moi je bosse hein ? Tu devrais être fier de moi ( la créa prend la porte et évite un coussin balancé à sa tronche. Ouf c'était pas un tisonnier).

Apres le déballage de conneries innocentes eh bien nos deux compères passèrent à un autre niveau, celui des jeux de mots, des double sens et autres. Qui gagnera? La suite au troisieme épisode. Comment ca on n'est pas dans star Wars? Ah bon je croyais. Bon pas demain la veille que je verrais Dimi en costume de Dark et Al dans le rôle de l'empreur.

«  Jusqu'au point sensible »

Et un sourire agrémeté du THE regard posé sur le loup. Ah non mais c'est quoi cette débauche?? Vous etes la pour manger pas pour parler de cul et de chemises non mais, baka, baka, baka. Al , demain t'iras au dodo jusqu'à ce que la fievre redescende et que tu retrouves tes esprits. Enfin peine perdue, il allait le perdre son esprit parce qu'ils allaient entrer dans le jeu de la provocation gestuelle.

Eh oui Al avait filé sous la table et faisait un remix de American Pie en faisant à son eleve une fellation mais c'était aussi la faute de l'élève qui l'avait carrément allumé alors difficile de trouver l'interrupteur pour éteindre quand on est lancé dans le truc. Etait ce aussi le fait qu'ils pourraient etre surpris qui donnait un certain piquant à la chose , qui provoquer toute une montée d'envie de désir et qui donnait l'envie d'aller jusqu'au bout?

Il vit les pieds du serveur ou plutot ses chaussures. Un délicieux frisson lui parcourut l'échine. C'était ça, le goût du risque, ca foutait les hormonnes plus qu'en ébullition. C'était pas la saison des amours et pourtant il se sentait en chaleur , face au blond aussi voulait il le plonger dans le meme état.
Il ressortit le membre mouillé par sa salive, de sa bouche afin de passer son visage dessus, le caresser avec sa joue, le caliner avec ses doigts. Puis il le reprit en bouche. Ca chauffait en bas pour lui aussi. Il sentit le pied qui se mit alors à jouer avec sa propre entrejambe. Il frissonna. Son souffle se pressa contre ses levres.

Le serveur était occupé ailleurs aux cuisines à discutailler avec les cuisiniers. On ne sait pas trop de quoi, les autres convives s'étaient tournés vers les musiciens pour mieux profiter du spectacle. Aussi ne virent ils pas Dimi disparaître sous la table, tirer par le poignet par un professeur qui posa ses levres contre les siennes. Ayant bloqué la voix de Dimi, il passa à nouveau la main sur l'entrejambe de son eleve pour le faire lacher prise, comme c'était si joliment dit. La main opéra un mouvement de va et vient. Al regarda Dimi avec désir et douceur.

«  Tu me grises , Dimi.. »

Lacha t il contre ses levres alors que la main entourée d'un mouchoir continuait sa besogne. Au moins, on n'entendrait pas dimi si il lachait un gémissement au moment fatidique, remercions Al.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mer 22 Déc - 22:35

Et bien très chère, nous voyons notre très cher Al accompagné de ce nom moins cher Dimitri dans une chambre lambda non identifiée. Les deux s’en donnent à cœur joie et s’embrassent, se caressent, se tripotent, bref, ils restent égaux à eux-mêmes. Puis, après un temps de préparation que Morphée n’a pas jugé digne de me montrer, Al décide dans la joie, le sexe et la bonne humeur de prendre Dimitri par derrière, les deux étant debout sur leurs genoux sur le lit. Le blond ne semblant pas réfractaire à la chose passe une main dans les cheveux de son amant. C’est là qu’en face de lui, il se trouve qu’il y a deux personnes. L’une d’entre elle, à vue de nez un mètre soixante-quinze et des cheveux mi-longs et châtains les matte sans vergogne. Dimitri après avoir lâché un grondement de plaisir lui dit alors de ne pas rester là et de venir avec eux, et c’est ainsi que le châtain lèche et suce le membre de l’italien tandis que le membre de notre cher Al continue de travailler le loup au corps.

Ayant terminé de satisfaire la curiosité de ma chère consœur, j’en retourne donc à la rédaction de mon beau RP que je ne sais toujours pas comment commencer. Pas grave, on va improviser.
Je tiens à dire que le petit air innocent de sainte nitouche, ca ne marche pas du tout, mais alors pas le moins du monde. La preuve, Dimitri n’avait même pas prit la peine de se croire prit au jeu, et par conséquent, il continuait de rire et sourire intérieurement, de jouer le jeu du type qui se croit supérieur à l’extérieur (si si)

- Quelle honte ! Il est temps pour moi de faire votre éducation alors !

Les yeux toujours aussi pétillants de malice, il laissait clairement entendre dans son regard les doubles sens que sa voix n’avait exprimés qu’à mots couverts. C’est après tout bien cela qui est amusant : suggérer beaucoup en n’en disant que peu, et pourtant faire en sorte que le message passe le mieux et circule librement et sans complexe entre les protagonistes. Dimitri s’amusait à dire des bêtises en cascade, et il s’amusait du fait que Al s’amuse à en faire de même pour lui faire partager ses perles. C’est une maladie dont on ne guérit pas, et dont on ne cherche pas énormément à guérir. Pour mourir ensuite d’ennui ? Merci bien !

- Pas grave, ce n’est pas une grosse perte. Dans le pire des cas, rejoint moi dans ta chambre, je te prêterais une de tes paires !

Ne cherchez nullement la logique dans le fait de prêter les affaires à une personne alors que ces affaires en question ne sont pas à lui, car, et je vous l’annonce fièrement, il n’y en a pas ! Et oui, c’est la crise, on vous a menti

Sans doute étais-ce à cause du regard qu’il lui avait lancé que Dimitri n’avait pu s’empêcher de céder à la tentation de lui faire un appel du pied pour jouer à ces jeux pour adultes que la décence interdit, mais qu’on ne se gêne pas pour autant pour les mettre quand même en application.

Il le laissa en toute docilité tirer sous la table (non, pas comme ca) et glissa avec faim sa langue dans la bouche de son amant plus ou moins futur en gémissant contre ses lèvres tandis que sa main jouait avec sa virilité. Le risque de se faire avoir était toujours plaisant, mais quel homme ici parviendrait à dire non alors qu’on a droit à un tel traitement ? Alors qu’on est tendu à ce point, en appel désespéré de caresses, et surtout de jouissance ?

- On est deux alors…

Il se cambra encore en lâchant un petit soupir. Ses yeux brillaient, ses joues étaient d’un beau rose, et il sentait la jouissance proche. Très proche. Mais ca ne l’empêcha pas pour autant de défaire la ceinture et l’attache du pantalon de l’éducateur, avant de glissa sa main sous le tissus afin de jouer avec cette colonne de chair si sensible sans la moindre notion de honte ou de pudeur. On ne pense pas à la pudeur alors que son corps est très proche de ce moment fatidique et délicieux qu’est la jouissance.
Ses hanches bougèrent de manière saccadée, par réflexe et son bras libre s’accrocha de manière compulsive à ses épaules. Et puis, simultanément, le blond planta ses ongles dans les épaules du professeur, gémit contre sa bouche, se crispa, resserra sa prise autour du membre qu’il tenait en main, et se libéra en de petits et délicieux spasmes qui le laissèrent pantelant et lesyeux dans le vague.

- Si j’avais su que le nouveau prof était un tel pervers…

Glissa t’il d’une voix portant encore les traces de sa jouissance à son oreille tandis que sa main continuait son mouvement de va-et-vient sur ce joli petit soldat que voici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Ven 7 Jan - 9:26

Nous faisons un petit retour en arriere pour continuer un déballage de connerie dont on ne sait pas si il y aura une fin ou non tout ce que je sais c'est qu'un corn flex a failli avoir ma peau ce matin et que j'ai failli ne pas pouvoir répondre à ce sublime rp. Quoi? On s'en fout? Merci Al de ton esprit de solidarité, je te dis juste que si je mettais étouffer eh bien tu n'aurais pas pu continuer l'aventure avec ce cher Dimitri et pan dans les dents, tu ne dis plus rien maintenant. Bref tout ca pour dire de faire attention aux céréales, elles sont dangereuses mais bon ca n'a rien avoir le rp du coup je repars maintenant dedans et je délaisse mon paquet de céréales spécial K chococolat (non non je fais pas de pub).

Et pendant qu'on s'étouffe avec des corn flex eh bien ma chere consoeur fait des reves porno yaoiste. Tss..Nan mais ou va le monde quand meme hein? Ma chere faut arrête l'abstinence parce que j'ai l'impression que ca vous fait plus de mal que de bien. Mais bon on va pas jouer les psychologues de service et nous allons retourner au restau italien, en compagnie de nos superbes étalons*sors * euh je veux dire en compagnie de nos deux superbes jeunes gens ( c'est de ta faute avec tes reves porno, tu me pertubes, cher créa de Dimi et de Jaden). On retourne donc dans le jeu que nos deux charmants jeunes hommes ont commencé à savoir le concours de la connerie et a savoir qui aurait le dernier mot de la fin. Le probleme est qu'aucun des deux ne veut laisser la victoire a l'autre aussi ca risque de durer un moment cette histoire de connerie non? Plus de temps qu'il n'en faut pour engloutir un magnifique paquet de céréales.

«  ah Messire, je n'attends pas autre chose de votre personne qu'elle refasse mon éducation de A a Z. Auriez vous la bonté de m'enseigner ce que j'ignore, Seigneur? »

Bon nous avons glissé sans qu'on sache vraiment comment dans le siecle du moyennage , des bustiers, des redinguotes et autres chose que portent les nobles et les bourgeois. Il paraît que leur fringues, plutot chicos, ca les grattait horriblement , comme quoi il faut faire attention a ce que l'on porte. C'est pas parce que ca vous va bien, que vous en souffrez pas. J'aurais pas voulu porter de corset, ca avait l'air d'être de la torture, cet instrument la qui vous faisait paraître mince, comme une anguille ( en fait c'était un moyen d'étouffer sa femme et d'en hériter plus vite).

« Je te remercie de ta générosité »

Surtout quand il ne s'agit pas de ses propres affaires, on n'a aucun mal a etre généreux avec. Je me rappelle avoir preter un tee shirt de ma soeur à une copine, a lui avoir chourrer des cd et des dvd simplement pour faire un échange de quelques semaines, d'avoir emprunté pendant plus de deux ans , des cards captor sakura a une amie et de les avoir preter par la suite à une autre amie qu'on connaissait toutes les deux mais bon j'avais son accord tout de meme. Le truc quand vous pretez des affaires, qui ne sont pas a vous et de vous souvenir a qui vous les avez pretées et les rendre avant que la dite soeur ou le dit frangin découvre le pot aux roses. Sinon vous etes dans la merde et autant déjà préparer votre testamment.

Eh apres ils se retrouverent dans ce restaurant ou le cher professeur appellé Al Kisland s'amusa a tailler une pipe sous une des tables du restau, a son éleve. A croire qu'il devait s'impatienter quant à la lenteur du service ou encore qu'il considérait la substance qu'il avala, comme un apéritif à consommer avant que les nouilles n'arrivent. Toujours est il que le jeune homme se retrouva en charmante compagnie sous la table. La on peut voir un certain serveur tirait une tete de con, cherchant les deux convives, avec son plateau repas dans les mains, puis hausser des épaules en se disant qu'ils ont du aller fumer ou aller aux chiottes. Mais non, il aurait du regarder sous la table et il aurait vu un professeur s'adonnant au pecher de la luxure avec son eleve. Le jeune homme sentit son souffle s'emballait tandis que son membre subissait les assauts de son eleve. Il vint l'embrasser dans le cou et colla son membre au sien pour plus de sensation.

«  Dimi.. »

Le ton était rauque, la voix était a moitié étranglé. Il avait du mal à parler parce qu'il faut dire que Dimi savait s'y prendre pour lui faire de l'effet et plus que de l'effet. Il vint le mordiller à l'oreille avec douceur et son regard embué se posa sur celui de son eleve...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Sam 8 Jan - 12:50

Dimitri avait craqué, en toute beauté. Déjà, ca avait commencé en début d’après midi quand il lui était tombé dessus, et qu’il avait manqué se noyer à cause d’une savonnette. Tout avait commencé à partir de là, ca aurait du lui mettre la puce à l’oreille. Frôler la mort à cause d’une savonnette… Alors en plus quand il s’était mit à faire une bataille d’eau avec les autres sans la même effusion de sang dans la pensée de la bataille, il aurait dû savoir qu’il devait opérer un repli stratégique. Mais non, même pas. Et maintenant voilà qu’il avait lâché prise et s’était laissé prendre par un type qu’il connaissait à peine dans des douches. Bon. On avait fait assez de bêtises, il aurait dû prendre le large une fois son péché de chair assouvi. Et ben non, même pas. Et voilà que le blond l’avait accompagné dans sa chambre, puis s’était laissé inviter au restaurant.

Quant à ce qu’ils faisaient à présent, n’en parlons pas. Dimitri ne pouvait même pas se défendre de s’être laissé agresser dans la mesure où c’était lui qui avait fait le premier pas et lancé les hostilités du bout du pied. Que voulez-vous qu’il dise maintenant ? « Non, en fait, c’est la faute au resto, ils diffusent de l’aphrodisiaque » ? Ca ne passera jamais. Et puis, ce n’était pas son genre de s’excuser ou tenter de justifier ses actes. Ce qu’il faisait, il le faisait la tête haute, et il emmerdait ceux qui lui disaient ensuite qu’il n’aurait pas dû. Il s’assumait pleinement, et puis merde pour ceux qui ne sont pas contents.

Et puis il faut reconnaître que puisque nous parlons de pieds, l’italien prenait bien le sien. Il fallait reconnaître que cet éducateur tout nouvellement arrivé à l’école avait l’art et la manière de faire. Puisqu’il avait une vie sexuelle assez restreinte, c’était une notion qu’il fallait conserver par-dessus tout. D’ailleurs voilà qu’il venait de céder le second round alors que le serveur s’éloignait dans la joie et la bonne humeur, leurs plats fumants sur la table. Sauf que pour le moment, il ne pensait pas franchement aux plats. Il pensait surtout à la main de son éducateur qui allait et venait sur son membre, le son rauque de sa voix à ses oreilles, et le bout de ses dents qui déclenchaient de longs et délicieux frissons en lui.
Et cette main, elle eut rapidement raison de sa raison et de son corps, justifiant ainsi la présence du mouchoir qui y avait été appliqué, et le blond travaillait maintenant à rendre la pareille à son comparse de la même manière. Et il travailla jusqu’à obtenir satisfaction, en gros jusqu’à sentir une humidité sur ses doigts, malgré le mouchoir, on ne peut pas tout faire. Souriant, il se recula légèrement et déposa un baiser sur ses lèvres, le souffle court. C’était sa manière à lui de lui dire que lui aussi le respectait et ne le considérait pas simplement comme un jouet. Une fois assuré que la voie était libre, il retourna à sa place, non sans s’être excusé à mi voix. En effet, ce n’était que maintenant qu’il s’était rendu compte qu’il l’avait griffé et légèrement mordu tandis que son attention était centrée sur une autre partie de son corps.

Assis sagement sur sa chaise, pantalon fermé, il donnait l’impression qu’il ne s’était rien passé du tout, même si ses joues rouges et ses yeux puant encore le sexe tendaient à prouver le contexte. Doucement, il piqua dans son assiette et porta la fourchette à ses lèvres, sans oublier de se lécher les doigts parce qu’il s’était malencontreusement mit de la sauce dessus. Maladroit, n’est ce pas ?

- Hmmm… Délicieux.

Son sourire s’accentua en meme temps que son regard. Oui, il s’amusait, continuait à donner dans le double sens et le douteux, mais que voulez vous, c’est ca qui est amusant. Ayant terminé son petit numéro, il se leva doucement.

- Je vais aux toilettes…

Après tout, il y avait quelques…Dégâts de eaux dirons nous à nettoyer. Et il avait besoin de se passer de l’eau sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Lun 17 Jan - 13:40

Certes Al était un professeur mais après ? Il avait quoi ? 23 ans et 23 ans c'est pas vieux alors non il ne serait pas un vieux professeur tout sage, tout sympas avec ses eleves, menant une vie de moine. Il ne rentrerait pas chez lui , une fois les cours terminés, pour s'installer dans un fauteuil, avec la télévision allumée, avec clopes et pantoufles et rien sur le torse pour faire ses soirées. Non il était jeune et il avait bien l'intention de profiter de sa jeunesse.Ah oui , pas la peine de perdre du temps à s'imaginer la femme d'Al l'attendant à la maison , après une journée de courses et ménages, avec des bambins car voyez vous Al a plutôt une préférence pour ce qui contient une queue et une paire de couilles, pour parler vulgairement ( ca fait pas de mal un peu de vulgaire non?). Le jeune homme avait eu quelques liaisons féminines mais disons qu'il prenait plus son pied avec les hommes. Il n'avait pas une vie de moine mais pas non plus une vie de débauché. Si vous croyez qu'il couche avec tous les hommes beaux et sexy qu'il croise eh bien c'est se mettre le doigt dans l'oeil. Dimitri avait un drôle d'effet sur lui. Il avait tout de suite été attiré par le blondinet aussi bien par le physique et par le caractere. Il avait meme développé une tendance de nympho envers son blondinet. Son blondinent? N'allons pas vite en besogne. On ne doit pas sauter directement au dessert mais bien faire honneur à tous les plats avant le dessert. Enfin ca l'empechait pas non plus de faire d'abord joujou dans la douche avec son élève et dire que tout ca avait commencé à par l'attentat à la savonette et voyez comment cela se poursuivait. Par du sexe? Qui l'eut cru? Surement le pere lustucru et sa mère Michelle qui avait perdu son chat.

En tout cas, dans ce restau italien, je pense que certains convives auraient payé cher pour voir ce qui se passait sous la table de Dimitri et d'Al parce que je pense que quelques un ou quelques une ont du voir les jeune gens disparaître au fur et a mesure sous la table. Si certains ont l'ouie dévelopé alors peut etre entendront ils les sons étouffés, les haletements et tout autre bruit o combien suspects qui démontrent que ces deux la ne sont pas des anges. Al eut lui aussi droit d'ailleurs à son traitement de faveurs. Il lui fallu un petit temps tout de meme pour se vider dans les mains de son eleve allégrement. Le jeun homme reprit alors bientôt sagement sa place. Il s'amusa intérieurement de cette maladresse de son éleve qui pouvait bien passer pour un effet de calcul. Dimi était vraiment attirant avec ces yeux la indiquant qu'il n'avait pas fait que ramasser sa fourchette sous la table, et les joues roses lui donnaient un air adorable. Il devait etre nombreux et nombreuses a tourner autour de ce blondinet. Comment lui dire alors qu'on aimerait plus qu'une relation d'un jour ou d'une journée ou d'une nuit sans que celui ci ne se sente prisonnier et qu'il finisse par prendre la poudre d'escampette hein? Mine de rien, ca le travaillait tout de meme un peu. Le jeune homme sourit en coin , picorant dans son assiette il se sentait, comme qui dirait bien et apaisé.

«  Oui c'est vraiment bon. On s'attendait pas à ce que cela soit aussi délectable , pas vrai? Ca donne envie de se resservir? »

Quoi ? Ne soyons pas à court de double sens et continuons le jeu qui reprit. Il n'allait pas laisser son éleve avoir le dernier mot, dans cette situation là du moins. Il s'amusait lui aussi à rentrer dans ce jeu là, que les novices ont du mal à poursuivre. Le jeune professeur posa sa fourchette sur le bord de l'assiette.

«  On n'en a pas mis partout. Aucune tache. »

Bien sur il faisait allusion au repas qu'ils étaient entrain de manger sur la table ( et non pas dessous la table).

«  On n'est pas des cochons, comme on dit »

Ah oui oui mais voyez vous ce qu'il y a de marrants avec les mots c'est qu'on peut leur faire dire ce qu'on veut et qu'on peut donner à croire autre chose le jeune homme repoussa son assiette. Il se leva.
«  Je t'accompagne. Je voudrais me laver les mains. »

Mais oui mais oui, toi aussi tu as un petit dégat a nettoyer peut etre, n'est ce pas Al? Et le jeune homme se dirigea le premier vers les toilettes. Il jeta THE regard au serveur avec un sourire éblouissant destiné à rassurer le serveur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Mar 18 Jan - 15:12

Dimitri avait sourit en retour au professeur. C’était fou ce que la pression retombait subitement après l’avoir relâchée plus bas. On était plus calme, plus froid, et pourtant en même temps douché par une délicieuse et délectable euphorie. Oui, l’un comme l’autre, il se sentait délicieusement bien, délicieusement apaisé. Délicieusement en confiance, également. C’était rare pour lui de faire confiance à quelqu’un, encore plus de faire confiance à quelqu’un qu’il connaissait depuis moins d’une journée. Mais les faits étaient là, et lui il se sentait sur un petit nuage grandement amélioré par sa toute nouvelle jouissance que lui avait offerte sa nouvelle connaissance à l’aide de sa bouche, puis de sa main. L’expérience avait été plus qu’agréable. Lui qui la tentait assez rarement, étrangement pour le moment il commençait à reconsidérer la chose. Peut être que en effet il faudrait réfléchir à prolonger un petit peu les « vacances » qu’il s’offrait avec l’éducateur. Peut être avec quelqu’un d’autre, mais il en doutait. Il choisissait ses amants de manière encore plus draconienne que ses amis. Déjà que les seconds se comptaient sur les doigts de la main d’un type qui a déjà perdu deux doigts… Son pied taquina encore légèrement sa cheville, quoi que de manière moins insistante que ce qui avait dégénéré quelques instants plus tôt. C’était simplement un moyen de faire durer quelques instants de plus ce moment de délicieuse complicité qui s’était terminé.

- Je dois bien avouer que c’est une surprise des plus agréables…Et prenante.

Dimitri lui sortit l’équivalent de THE regard mais à la version Dimitrienne. C'est-à-dire qu’au lieu que ca soit un éclat brillant et froid, il lui servit deux opales d’un brun tirant vers le doré qui brillaient doucement, éclairés par un feu liquide intérieur. Mais le message était le même. « Copulons donc sauvagement, très cher, et comptons le nombre d’orgasmes qu’on peut enchaîner avant de tomber d’épuisement. » Le tout était dit de manière un petit peu plus…délicate, subjective, mais le message restait intact. Un appel au viol brûlant et impérieux. Mais là, c’était plus un appel au jeu, puisque ses hormones avaient été contentées comme il se devait. Le repas avança, et ils y firent honneur bien comme il faut. Il fallait l’avouer, le cuistot était plus que bon. Mais ressentant le besoin pressant de se laver les mains, il s’y rendit, et sourit en constatant que le brun le rejoignait. Sourire lui faisait drôle. D’habitude, il souriait quand il avait l’intention de tuer quelqu’un, pas avant. Mais pour le moment, il souriait pour communiquer, montrer son assentiment, et faire comprendre qu’il était de bonne humeur. Oui, Dimitri apprenait la fonction première du sourire. Si c’est pas miraculeux, ca.

Ayant terminé de remonter ses statistique d’hygiène (je range mes sims, oui), il sourit à l’éducation, puis, cédant à une brusque impulsion, il colla son corps au sien, le plaqua avec délicatesse contre le mur et se saisit de ses lèvres avec une délicatesse qui n’occultait quand même pas la chaleur de son corps. Dimitri de bonne humeur est quelqu’un de très impulsif. Il se recula doucement, une main posée sur sa hanche, une autre sur son ventre en souriant. Les lèvres du brun avaient encore le goût acre caractéristique du liquide qu’on obtenait en venant rendre un homme fou avec sa langue.

- J’ai adoré l’entrée. Il me tarde de goûter le dessert.

Les doubles sens sont nos amis, il faut les aimer aussi. Dimitri était d’humeur joueuse, plus que joueuse, même. C’était la faute de Al, ca allait être à lui de payer les pots cassés. Dimitri n’avait pas l’intention de lui faire des avances et redemander une nouvelle douceur. Enfin, presque. Enfin…Disons que si on lui propose, il ne dira probablement pas non, mais il ne lui courra pas après. Oui, il l’avait dit pour jouer. Et c’était également une manière de le remercier pour la petite douceur. Sauf que Dimitri ayant sa fierté, il ne comptait pas le lui dire comme ca. Il préférait passer par des moyens plus détournés. Et puis, il fallait bien l’avouer, tourner un peu autour du pot pour s’amuser avec les nerfs des gens lui plaisait bien, plus que bien même. Une part de féminité en lui, sans doute. Il embrassa encore le brun avant de se détacher et retourner en salle où il s’installa face à son assiette. Il attendit que l’éducateur revienne pour achever son assiette avec un entrain qui faisait plaisir à voir. Les ébats précédents l’avaient mis en appétit, et rien de mieux qu’une plâtrée de carbonaras pour se caller l’estomac.

- C’est super bon ! On reviendra ici !

C’était un autre moyen détourné, un appel du pied pour demander à Al sans le demander s’il voulait revenir ici avec lui. Il ne pouvait pas le dire franchement ? Nana, ca ne se fait pas.
Souriant, il regarda son assiette vide repartir, et son tiramisu se pointer à tire d’ailes, ce qui lui arracha un grand sourire gourmand. Les tiramisu, c’est la vie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Jeu 20 Jan - 13:59

Après un moment asez torride, c'est vrai que l'on est plus enclin à apprécier les douceurs qu'offrent ce bas monde. On apprécie alors plus le restaurant où l'on se trouve. On a l'impession d'avoir la tête dans les lumières du plafond et de virevolter au plafond, comme un papillon de nuit attirer par la robe blonde de l'abat jour. On se sent comme un Icare mais qui n'est pas tombé dans la mer d'Egée ou alors qui y est tombé pour devenir autre chose qu'un simple humain. On se sent aussi un peu comme le champagne pétillant de malice. On veut alors continuer la joute oratoire que l'on a commencé. C'est pure délice alors de voir que le partenaire continue sur la longueur d'onde que l'on a commencé.


«  Ouais ce genre de surprises sont bien réussies quand on sait les appécier ».

Ya pas à dire, Al appréciait vraiment la compagnie de son jeune élève. Son élève c'était aussi un aphrodisiaque entouré de chocolat. On a qu'une envie le consommer et de voir prendre le coeur, qui sera , avec un peu de chance, une cerise avec un petit goût de tentation. Bien sur, Dimitri était sexy à en crever. Un saint aurait pu vendre son ame au diable simplement pour un tete à tete avec lui. Mais Al ne voulait pas qu'une coucherie, qu'un simple tête à tête. Il voulait ,disons, beaucoup plus.

«  En rentrant alors. Il doit avoir pas mal de choses dans ma réserve »

Il faisait alors allusion à sa malette planquée sous le lit avec alcool, bonbons, chocolat , confiseries en tout genre. Vraiment si un gosse venait à la trouver , pour le gosse, ce serait vraiment un beau trésor, comme on immagine pas. C'était aussi une invitation déguisée à ne pas laisser la soirée se clore, dès le repas terminé. Il eut la vision alors d'un Dimi allongé sur les draps immaculés, sur lequel des gouttes d'alcool glisseraient. Sa langue se promeneraient sur la peau alcoolisée et s'en prendrait alors aux tétons. Le jeune professeur , pour se donner contenance, but une gorgée du liquide se trouvant dans le verre. Pourtant son regard demeurait rêveur. Faut dire que la version Dimitrienne du THE REGARD était plus que pas mal captivante. C'était vraiment de la tentation. Qui a dit qu'Al ne pouvait le faire qu'une fois lors d'un meme jour? Que Nenni, c'est qu'il avait de la réserve.


«  J'espère que tu n'es pas trop fatiguée. Ya une tonne de douceurs qui nous attendent et je suppose que tu seras pas contre prendre un dernier verre avant d'aller dormir ».

Encore une allusion à son fantasme. Mais attention, c'était aussi une manière de dire qu'il n'avait pas l'intention d'en rester que là. Ca aurait été tristounet d'aller se coucher dès que le diner aurait fini non? Et que dire? On pouvait prendre cette phrase , dans le sens que l'on voulait. C'est drôle les mots, on peut leur faire dire ce qu'on veut et faire croire à l'autre ce que l'on veut. Il va se donner un certain mal pour interprêter la phrase alors que si ca se trouve, il faut simplement la prendre, dans le sens littérale.

Un sourire passa sur les lèvres du professeur. C'était un sourire doux, amical et quasi tendre. Le jeune homme fit signe au serveur, sans doute pour soit lui demander la note, soit lui commander un dessert normal.

«  tu as bien mangé? Tu veux un dessert? »

Allez fallait bien proncer le mot mais avec son sens normal juste pour taquiner son élève. Le jeune homme s'étira, se calla alors bien dans son siège.

«  Bien sur qu'on reviendra et on ira dans d'autres endroits. J'ai entendu parlé qu'une salle de bowling aller ouvrir, dans le coin. Tu en as déjà fait? »


Demanda til alors pour en connaître un peu sur cet élève qui lui faisait tourner un peu de trop la tete mais allait il s'en plaindre? Bien sur que non, c'était ce qui pimentait la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Ven 21 Jan - 8:34

Dimitri avait hoché la tête sans cesser de sourire. Les deux donnaient dans les doubles sens, et c’était une valeur plus qu’appréciable. Les doubles sens, à son sens, c’est une autre manière d’user des avances sensuelles sans pour autant verser dans le sexe pur et obscène. Oui, j’arrête, mais je les aime mes allitérations en S, laissez la L s’amuser avec ce qu’elle a, bon sang de bois !
Quoi qu’il en soit, les plaisanteries et les doubles-sens étaient une manière incontestable pour le blond de draguer et tenter de se rapprocher de sa proie avec d’autres idées en tête, ou pas, simplement pour le plaisir et le besoin de se rapprocher d’elle en vue d’une capture future. Dimitri n’était pas clairement à fond dessus, mais disons que les discussions précédentes et les jeux à deux qu’ils avaient fait lui laissaient penser qu’il serait intéressant de garder le contact avec lui, quitte, et surtout à ce que le contact soit un petit peu plus rapproché que prévu et autorisé par la décence et l’amitié simple. Les lois de la décence et de l’amitié, il ne les a jamais écoutées de toute manière, lui.

- Il faudrait être un fou pour ne pas les aimer.

Une petite gâterie, même sous la table d’un restaurant, il ne faut jamais la refuser ! C’était une phrase qu’on lui avait répétée souvent quand il était en âge de la comprendre (la partie de la table de restau en moins, mais bon) et que, en bon fils, il avait gardée en mémoire en attendant que ca serve ; C’était d’ailleurs ce principe tout puissant qui l’avait fait s’initier la première fois aux caresses d’un homme. Et petit à petit, les choses avaient fait que de la simple caresse buccale on était passé à un autre type d’exercice plus complet, et plus physique. Mais bon, on s’éloigne du sujet principal, revenons-y donc.
Son regard, THE regard s’était braqué sur l’éducateur tandis qu’il lui proposait un nouvel en cas et un verre d’alcool. Pourquoi de tels yeux ? Simplement parce qu’il tentait de voir à quel type de proposition il avait affaire. Etais-ce simplement pour lui apporter une part de sucre supplémentaire ? Ou bien étais-ce dans le but de faire partir ce sain exercice qui venait de se terminer dans la version plus complète évoquée plus haut ? Question intéressante. Vu THE regard, on aurait pu croire la deuxième version, mais il se doutait que le professeur soit pour la première également, puisqu’il la lui avait déjà proposée et que jusqu’à preuve du contraire, on ne l’avait pas violé. Il finit par trancher en se disant que dans l’un comme dans l’autre, il ne dira très probablement pas non. On ne refuse jamais un verre, pas plus qu’on ne refuse du sexe si on est absolument sûr du partenaire et que ainsi on peut se dire qu’il n’y a aucun risque de traîtrise. Ce qui semblait être le cas.

- Je n’ai absolument rien contre, en effet. Il faut bien mettre à mal tes réserves magique, on ne pourra pas les remplir sinon.

Un beau sourire parfaitement charmeur avait étiré ses traits alors qu’il lui répondait. Faire assaut de politesse, il en était parfaitement capable. Autant qu’il l’était d’être le pire des salauds doublé d’un porc grossier au possible. Mais pour le porc, il fallait vraiment le faire exprès. On lui avait apprit que le pouvoir s’obtenait par le respect et la peur. Et un type qui est un véritable sagouin attire la haine et le dégoût, mais pas le respect. Sans oublier qu’il avait suffisamment de fierté pour ne pas vouloir ca.

Il avait hoché la tête tandis qu’il passait commande. Même si ca ne faisait pas trop mafioso, Dimitri adorait le sucre et les patisseries. C’était plus fort que lui. Faut comprendre, c’est top bon ces trucs là.

- Oui. J’ai étrangement faim, on se demande pourquoi.

Il avait sourit d’un air amusé, un petit peu moqueur. C’est bien connu, les ébats, ca donne faim. Dans tous les sens qu’on puisse donner au mot faim. Il n’eut pas trop longtemps à attendre pour que son tiramisu arrive, ce qui fit largement sourire l’italien qui attaqua sa victime dès que le serveur se fut éloigné. Et son sourire s’agrandit. Le chef du restau était un dieu des tiramisus ! C’était décidé, ce restaurant serait l’une de ses nombreuses maisons ! Il se concentra sur la conversation sans cesser de dévorer sa délicieuse part. Il avait un appétit…de loup.

- Non, j’ai jamais eu le temps pour.

Entre un règlement de comptes à gérer, un trafic de drogues à monter, puis une fois arrivé à l’école des élèves à effrayer, des gardiens à traumatiser et des rébellions à mater, il n’avait franchement pas eu le temps de s’amuser (et en plus ca rime internement, si c’est pas beau). Alors tout ce qui était bowling, parties de jeu en plein air autre que la poursuite et le tabassage, karting, courses de moto entre amis et j’en passe, tout cela donc, c’était passé à la trappe. Mais il le vivait très bien. Il repoussa une assiette une fois qu’il eût terminé.

- Tu veux un café ?

Pour sa part, il avait eu sa dose de caféine dans le tiramisu, pas la peine d’en ajouter encore, mais ce n’était peut être pas le cas de son hôte. En attendant d’avoir la réponse, il fit signe au serveur. Si il disait oui, il commandait le café et la note, si il disait non il ne demandait que la note. Mais dans les deux cas, il avait besoin de son serveur !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Jeu 27 Jan - 9:16

Je trouve que nous avons le droit à une scène plus que délicieuse où chacun rivalise avec ses jeux de mots, ses invites et sa finesse dans l'art du flirt. Il faut dire que les plats étaient succulents divins enfin à choisir je pense que notre cher professeur aura aimer celui de la douche et celui sous la table avec plus d'entrain que les plats normaux. On vient de comprendre l'expression «  passer à table » ou plutot on sait que maintenant il ne s'agit pas seulement de remplir son estomac à s'asseyant à table mais aussi cela signifie satisfaire, rassasier les hormonnes en passant sous la table. C'est beau comment on peut donner des définitions nouvelles à des expressions non? En même temps, je dois dire qu'on ne doit pas être les seules à le faire. Beaucoup avant nous, ont du détourner les mots par simple pulsion d'amusement et de perdition de la pureté de l'âme. Bon me voilà touché par le connerininalisme ( oh il est beau celui non??).

«  Ou alors ne pas être un être vivant. »

Répliqua t il alors. Il savait que dans l'enceinte de l'école , il y avait des créature surnaturelles et que parmi celles ci se trouvaient son cher élève. Il allait d'ailleurs bien plus tard apprendre que son élève était un loup garou. Pour le moment, il ne savait pas ce qu'il était mais je dois vous dire un truc, qu'il soit surnaturel ou pas, il s'en foutait. Il voulait que son élève se sente à l'aise avec lui. Il adorait comment ses yeux s'embuer de désir et d'envie quand il le maltraitait. Il adorait les fossettes au coin de sa lèvre qui apparaissaient quand ce dernier souriait. Que dire? Dimitri c'était comme le champagne. Il faisait tourner la tête et il n'était pas prêt de se rassasier de cet appel au viol. Qui plus est, il remarquait que Dimi n'était pas à dire non pour une gâterie. C'était cool de ne pas avoir à faire à un quelqu'un se sentant obligé de jouer les vierges effarouchées, dans le but de plaire. Que dire si ce n'est qu'il se serait très ennuyé avec un uke de chez uke. Lui, il lui fallait quelqu'un avec du caractère et même si Dimi se faisait prendre eh bien du caractère il en avait.

«  Tant mieux, comme ça tu verras que j'ai plein de trucs à te montrer car tu n'as pas tout vu. Tu as seulement vu la surface ».

Double sens? Invite? Peut être peut être. N'empêche , c'était une belle soirée au cours de laquelle il se détendait tout en devisant, en flirtant, en admirant la personne se trouvant en face de lui car oui si il avait eu Médusa ou un homme obèse face à lui, ça n'aurait pas fait la même chose. Il n'y aurait pas eu d'épisode sous la table et sous la douche. Ca facilite les choses d'être beau mais attention à ne pas être beau et con car là ca enlève tout son charme. Tenez imaginez vous un type très beau et qui vous entraîne dans un flirt fade, sans piment dedans autant dire que la soirée meurt avant d'avoir commencé et que vous allez plus réfléchir à comment vous en débarasser poliment.

«  Que veux tu le sport ça creuse... »

Al eut un petit rire assez charmant. Lui meme se sentait une faim de loup (un jeu de mot???) et il n'allait pas non plus passer à côté de commander un dessert aussi choisit il de commander des profiteroles. C'était bon et en plus il y avait du chocolat fondu et...On arrete les fantasmes, sage la créa.

«  Si tu veux, je t'y emmenerais ou si tu veux, on pourra louer des films et les matter dans ma chambre quand on aura apporter la télé que j'ai commandé. J'ai même une console la WII avec plein de jeux. C'est amusant. On pourra se faire plein de parties. »

Et il discutait comme si Dimi était une vieille connaissance, son meilleur pote. Le jeune homme continua dans sa foulée.

«  Je me demande si il y a une salle d''entrainement à l'école avec des halteres et les autres trucs qu'on peut trouver dans une salle de muscu..J'aime bien m'entrainer histoire de garder la forme car tu vois , à mon grand age, faut se soigner »

Oui oui il déconnait car il n'était pas encore aussi vieux que Mathusalem et disons qu'il avait démontré par plus tard qu'aujourd'hui qu'il n'était pas rouillé.

«  Ouaips je veux bien. »

Le jeune homme passa commande du café. Il demanda aussi la note dans l'intention de payer. Comment Dimi allait il réagir?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Dim 30 Jan - 12:12

Le blond avait sourit d’un air tranquille en poursuivant leur lutte verbale sans pour autant qu’il n’y ait dans leurs paroles de fiel, de méchanceté et de mesquinerie. Une joute verbale n’est pas forcément pleine de violence et de ressenti, et même si il y en aurait eu, il y en a toujours bien moins après les jeux auxquels les deux se sont livrés. Les hormones sont puissantes, les hormones peuvent tout, mais surtout les hormones n’aiment pas être contrariées et contrariantes après avoir été contentées de la belle manière. Puis il avait dit d’un ton taquin :

- Je connaît des morts qui sont plus que bon-vivants moi…

Et il avait bu une nouvelle gorgée de vin en couvant l’éducateur de son regard amusé. Qu’est ce que ca voulait dire ? Simplement que les vampires ne sont pas ce qu’il y a de très vivant, et pourtant, ils le sont bel et bien, et ils aiment autant que d’autres les plaisirs de la chair et du « vin » sanguin qui leur servait de repas. Certains en jouissent même plus que les vivants usuels. Les vampires sont des créatures très sensuelles, bien qu’elles aient le sang refroidi. Allez chercher le pourquoi du comment d’une telle contradiction, ce n’est pas lui qui pourra vous apporter la réponse. Et il ne la cherche pas. Qu’ils soient chauds lapins ou pas, des vampires ca peut être dangereux quand ca devient hors de contrôle, c’est tout ce qu’il veut savoir.

A la remarque de Al, il haussa les sourcils d’un air faussement surprit et innocemment ingénu. L’avantage d’être blond, c’est qu’on peut facilement jouer la gueule d’ange même quand ce n’est pas le cas.

- Ah bon ? Je croyais que c’était tout moi !!

Bien évidemment que non, il se doutait qu’il y avait bien plus que ce qu’il avait vu, mais c’est plus amusant de chercher le monde en jouant les faux ingénus. Soit ca décourage et ca fait peur si on marche dedans soit ca fait rire. Dans l‘un comme dans l’autre, ca amuse Dimitri. Tout bénef mes amis.

Les yeux du blond s’étaient plissés en entendant son rire. Il était très beau, très musical aussi. C’était un rire qui lui plaisait bien, il fallait l’avouer, et qui lui donnait envie d’en avoir un petit peu plus. Il appréciait réellement l’homme avec qui il mangeait. Ce n’était peut être pas l’amour fou et inconditionnel, mais c’était déjà un début d’une amitié qu’il devinait solide. Et même si ca le dérangeait parce qu’il aimait être seul, ca limitait les risques de trahison, ca lui plaisait quand même un peu parce qu’il y avait plein de belles choses à découvrir.

- Pourquoi pas les deux ? On n’a pas que ce soir.

Ca pouvait être prit comme une forme de capitulation. Le blond avait admit bien vouloir avoir une autre soirée dans ce genre. Pas essentiellement avec les douches et les dessous de table, ils n’avaient été qu’un délicieux bonus à la soirée, mais avec le plaisir de partager des choses et les éclats de rire, ca oui.
Il répondit calmement à sa déclaration. On ne le prendra pas de court sur les installations de son école, il ne faudrait pas trop déconner non plus.

- Il y a des appareils à muscu dans le gymnase. Pas des mille et des cents, mais suffisamment pour se garder en état.

Il sourit tranquillement. On ne le prendra pas de court sur Eden, jamais. Il le vit commander l’adition, mais pour seule réaction, il sourit d’un air amusé. Juste avant qu’elle n’arrive dans les mains de son amant occasionnel, il mit sa carte dans les mains du serveur en souriant d’un air ferme de décidé, l’air de dire JE paye. Le serveur comprit le message, sans doute l’instinct de survie, et partit chercher de quoi régler.

Il revint rapidement avec la machine sur laquelle il composa rapidement le code, puis il récupéra ticket et carte. Il n’avait même pas prit la peine de regarder combien ce petit moment de plaisir des sens avait coûté.
Il regarda le prof d’un air victorieux avant de déclarer :

- Tu veux qu’on rentre, ou qu’on traine un peu en ville avant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Jeu 17 Fév - 10:17

Cette joute verbale était plus que plaisante. Ca changeait des échanges amoureux, fades que l'on pouvait entendre de la bouche de certains convives où les donzelles mimaient, en parfaites actrices, une gêne, un plaisir évident en rougissant légèrement et en ayant dans les yeux, une fausse timidité. Les ingénues semblaient ainsi être en surnombre, ce soir. Faudra leur expliquer à ces demoiselles, que ce truc là ne marche plus autant qu'auparavant. Il faut savoir s'adapter à son époque, vous trouvez pas? Comme le dirait une pub passant à la télé, bien dans sa peau, bien dans son corps, bien dans sa tête. Il paraît que c'est cela être en bonne santé. J'aimerais ajouter aussi quelque chose, comme bien aussi avec son partenaire de sexe. Eh oui parce que contrarier les hormonnes, c'est pas bien. Il faut les laisser , en respectant la loi bien sur, s'exprimaient de temps en temps tout de meme.

«  Ah, je serais ravi de faire leur connaissance. »

Blague à part, blague loupée, c'était une blague mauvaise mais voilà elle était tellement mauvaise qu'Al ne put s'empêcher d'en être amusé. Etait ce le moment sexuel qui lui avait fait tourné la tête , comme de l'alcool, qui l'empechait de faire de bonnes blagues? Peut etre, peut etre. Mais bon, il devait tout de meme expliqué son idée concernant les non vivant.

«  Je ne parlais pas des vampires mais plutot des morts vivants, comme ceux qu'on croise dans Résident Evil, eux ca m'étonnerait qu'ils apprécient ces moments là. Ils sont comme des machines. En meme temps, il faut pas leur en vouloir ou les trouver repoussant, peut etre qu'un jour, on sera comme ça. Il y a déjà des hommes qui traitent des hommes commes des machines, des cobayes, bref comme des animaux. »

Le jeune homme parlait comme ça ne se souciant pas vraiment si il choquait ou non. Sa pensée venait petit à petit et il la déballait alors qu'elle prenait naissance, dans sa tête. Ca le rammena à sa situation mais après allait il s'empecher de vivre sous prétexte qu'il avait quelque chose dans le crâne? Non, au contraire, il allait profiter de sa vie et si on lui faisait sauter la cervelle, eh bien ca signifierait, sans doute, que son heure était venue. Il allait pas péter une durite se plaindre contre l'injustice qu'on lui faisait subir. C'était chiant d'avoir une bombe, en même temps il pouvait comprendre la raison de sa mis en place. Que se passerait il si la vérité sur la bavue était révélé? Il y aurait surement un soulèvement et ca serait un bordel. IL y aurait une guerre civile, dans le pire des cas. C'était normal. Ne disait- on pas que l'homme était un loup pour l'homme?

Le faux ingénu fit ricanner notre professeur aux bons restes. De loin, on aurait dit deux camarades partageant un diner de retrouvailles ou qui faisaient connaissance. On n'aurait pas dit un professeur accompagnant son élève. Faut dire qu'Al avait quasiment le même age que Dimi. Il n'était devenu professeur que par récompense de « bons et loyaux services ». Il allait pas s'en plaindre. Il aimait enseigner et il aimait faire découvrir à ses élèves une autre manière de voir et de vivre à l'école.


«  C'est vrai, on peut faire les deux. Comme ça, je pourrais te mettre une raclée aux jeux »

Le jeune homme avait eu un regard de franche camaderie, de malice et disons qu'il cherchait un peu à le provoquer comme on provoque un pote pour l'embarquer dans l'ascension de celui qui va perdre, celui qui va gagner.

«  Cool, comme ça je pourrais me maintenir en forme pour d'autres mises en bouches futures »
Eh oui encore un double sens mais on s'en lasse pas , pas vrai?Le jeune homme attendait maintenant le café. Il ne se fit pas attendre longtemps mais Dimi ne lui laissa pas payer la joie de payer. Al était bon joueur.

«  Allons nous promener, on n'est pas obligé de renter et puis ça fera une promenade digestive »
il fit alors un petit clin d'oeil. Il attrapa sa veste. Il complimenta le serveur pour le repas , ce qui eut pour effet de rentrer dans la bonne grace de ce dernier donc d'avoir une table pour une prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Jeu 17 Fév - 22:14

A force de parler, a force de rire, a force de discuter, le blond n’avait pas du tout vu le temps passer. Ce n’était pas que à cause de leurs jeux adultes qu’il appréciait sa présence, et le blond en avait présence de plus en plus à présent. Pour lui, c’est une chose assez surprenante tout de même. Lui qui n’a jamais aimé beaucoup de monde, se sentir aussi à l’aise en la présence d’un type parfaitement inconnu il y a encore moins de vingt quatre heures de cela frise presque le miracle. En fait non, ca ne le frise pas, ca lui fait les permanentes, le casque et la laque. Oui, je sais où est la porte, merci de me le rappeler au cas où j’aurais oublié. Trop aimable. Si si, je vous assure.

Bref.

Dimitri avait sagement écouté son mini discours explicatif sur les morts vivants (les vrais ce coup ci. Non, pas vraiment les vrai morts vivants, parce que les vrais ici ce ne sont pas les bons, mais plutôt les vrais des faux… Bref, voilà. ) avant de hausser les épaules en trempant les lèvres dans son vin, encore une fois. Puisqu’il l’avait, il fallait bien qu’il le savoure, en plus c’était un grand cru, et ce n’était pas de la petite piquette mal conservée, loin de là. Il sentait son palais qui chantait allègrement à ce contact. Rien que ceci suffisait à le convaincre qu’être loup ou humain, c’était le bien. Parce que vampire, on n’a pas besoin de manger… Pas de nourriture solide en tout cas. Et ainsi se priver de la gastronomie, c’est décidemment quelque chose de malheureux. Très très malheureux. Ces humains qui rampent aux pieds des vampires pour qu’ils les mordent sont décidément bien idiots et inconscients. Avec un sourire joueur, mais un regard un petit peu dur tout de même, sa nature revenant au grand galop, il inclina la tête dans sa direction avant de déclarer :

- Si tu veux des cobayes et « ces » morts vivants-là, alors on a aussi…

Cobayes, tous les membres de l’institut en étaient après tout. Avec des droits, des réclamations, et un contrat montrant qu’ils sont volontaires peut être, mais des cobayes tout de même, pour le meilleur et pour le pire, mais surtout le pire. D’ailleurs, même si Eden et Dimitri étaient des manageurs des ressources humaines abominables et fiers de l’être, les cobayes, eux, étaient traités avec soin et respect, et personne n’était forcé. Sauf avec Muraki, et là on avait les morts vivants de Resident Evil, ou bien une action volontaire née du fait qu’il y avait faute grave à punir et exemple à clairement faire comprendre.

En l’entendant parler de jeux et de sa raclée hypothétique, il avait levé les yeux au ciel en riant légèrement d’un air amusé, mais également plein de défis.

- Cause toujours tu m’intéresses !! C’est pas moi qui les ferait, les gages au final !

Et il avait conclut cette déclaration pleine d’assurance par une grimace doublée d’un nouveau rire assez musical. Pour la préservation de sa réputation d’asocial glaçon, nous dirons juste qu’il a le vin joyeux.
Et puis on parlait de muscu, et puis voilà qu’il avait hoché la tête doucement avant de le toiser d’un regard appréciatif, et appréciateur.

- Pour ce que j’ai eu l’occasion de voir, il n’y a quand même pas de quoi s’inquiéter pour le moment !

Double sens il veut, double sens il aura. Voilà qu’était venu le temps de repartir, et après avoir payé, Dimitri avait prit sa veste, sourit d’un air charmant et enjôleur au serveur et avait prit le chemin de dehors. Même si Dimitri d »teste sourire pour rien, il aime encore plus l’agent, alors si un sourire peut lui valoir une ristourne future, il saute dessus et signe des deux mains sans aucun souci !

Une fois dehors, il sortit immédiatement son paquet de clopes, en tira une et se la grilla. Oui, il était totalement accro, que ce soit aux clopes ou à l’alcool, mais il assumait parfaitement. Personne n’est parfait, que voulez vous que je vous dise. Il tira une bonne bouffée de sa sucette à cancer, et se posa à côté de la moto de son camarade de soirée.

- Tu veux qu’on enfourche ta monture, ou on utilise nos jambes offertes par mère nature ?

L’idéal serait de marcher pour digérer, surtout vu que qu’ils s’étaient enfilé (pates et tiramisu, très diététique tout ca), mais il concevait parfaitement que l’Educateur refuse de laisser l’engin tout seul dans la rue comme ca.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Jeu 17 Fév - 23:03

Le restau, c'est un lieu bien vivant pour partager un moment de franche amitié et d'avoir une discussion animée non? Eh bien pour Al et Dimi que dire? Ils en étaient au stade du plus que de l'amitié. On l'a déjà en plus, Dimi avait tapé dans l'oeil de notre cher professeur de philosophie et le professeur en question cogitait , tout en déballant des conneries, c'est tout un art, sur comment demander à son jeune élève de sortir avec lui, bref de n'avoir pas seulement l'amitié et quelques parties de jambes en l'air mais une relation sérieuse. Tention on n'en était pas à l'étape de la relation amoureuse qui ménèrait à l'Eglise ( Ou pas encore, on verra bien. On se demande d'ailleurs si Dimi accepterait le mariage). Faut dire que le blond avait tout pour lui plaire. Je dis pas non plus que Dimi était parfait ( la perfection n'existe pas hein mais on peut dire que Dimi s'en approche du moins pour Al) mais il avait son charme. Il avait un charmant rire, ses yeux semblaient s'illuminer, briller comme des talismants. Ils pétillaient, c'était un vrai feu d'artifice. Al se surprenait à guetter tout changement dans l'or de ces yeux là.

On partit alors de la déconnade sur un discours sur les morts vivant. Al donnait son point de vue. Il ne savait pas vraiment qu'à Eden, ils avaient leur mort vivant. Remarque , il avait déjà entendu de drôles de bruit du côté de labo de recherche. Ca donnait pas envie d'y mettre les pieds. A moins d'être maso ou de vouloir voler au secours d'un de ses chers élèves, il n'y mettrait pas les pieds. Ya pas marqué du con sur son front. Bon nous en étions où? Ah oui les morts vivants, c'est charmant comme bestioles. Par contre, avoir une relation avec ça risquait d'être dur. On parle des vrais morts vivants. On parle pas des vampires, des faux morts vivants mais bien des morts vivants de ceux de Resident evil. Ca doit être assez gore de s'imaginer rouler une pelle à un mort vivant. Perso, ca fout des frissons dans le dos.

« Hm? Tu veux parler des membres de l'école? Mouais on peut les voir comme ça même si je préfère les voir sous un jour plus positifs. Question cobayerie, j'ai déjà donné ».

Al se mordit doucement la lèvre. Il avait falli lui raconter son problème. Il fallait plus tôt éviter parlr de ça. Il ne voulait pas gâcher l'ambiance aussi dut il trouver un moyen de donner une explication sans passer par la vraie donné.

«  Quand tu es soldat, tu es comme une sorte de cobaye puisqu'on note comment tu réagis face à ce qui se trouve en face de toi. »

Voilà il avait réussi à trouver une explication rationnelle. Oui il trouvait Dimi sympas voilà pourquoi il voulait éviter de l'emmerder avec ça et surtout ça donnerait l'impression qu'il se lamentait de son sort alors que ce n'était pas le cas. Dans un sens, il avait compris ces supérieurs. C'est vrai, révéler au monde un secret d'état sur une bavure, ca pouvait faire capoter tout un Etat alors ils avaient dû trouver un moyen de leur faire fermer le clapet. Ca avait été radical leur truc. Ce qui emmerdait plus Al, c'était bien le fait que ça gênait ses relations. Ses amants n'avaient guère envie de passer du temps avec un type, qu'on avait foutu, malgré lui, dans une sorte de rôle de Kamikase.

«  Ah mais tu les feras. Je te parie une sortie à la fête forraine qui va venir en ville dans pas longtemps que tu perdras. »

Dit il avec un sourire de pure provocateur et une lueur de défi dans les yeux. Il voulait que Dimi soit bien avec lui, qu'il se sente à l'aise et comment dire? Traiter comme un égal et non pas comme quelque chose qu'on doit craindre. Il était bien loin l'associal glaçon. Je dirais plutot qu'il avait le AL joyeux.

«  Toi aussi, t'es plutôt pas mal loti »

Tu veux du double sens? Eh bien tu en auras. Al ricanna doucement. Franchement c'était une bonne soirée, il s'amusait bien.

«  Ce sera à refaire »

Dit il en parlant de la soirée , de la compagnie et bref de tout ce qui avait fait de cette soirée un succes. Notre jeune homme eut bientôt envie de cloper normal Dimi venait de lui sortit une clope sous le nez alors lui aussi s'alluma une cigarette. Le jeune homme tira une bouffée. Il réfléchit.

«  Marchons encore un peu.Je connais pas bien la ville alors tu pourras me présenter au moins tes lieux préférés »

Puis Al entoura ses épaules de son bras pour l'embarquer comme ça dans leur promenade digestive. Son pas résonnait sur le pavé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Ven 18 Fév - 15:50

Le blond avait secoué la tête en reposant son verre sur la table. Non, il ne parlait pas des élèves de l’école. Enfin, si, les élèves de l’école qui n’était plus une école mais un institut depuis que nous sommes passés à la saison, forcément puisqu’ils venaient bien de quelque part, ces pauvres petites brebis sacrifiées sur l’autel de la science, mais les membres tout court, non. Ils ne s’étaient pas encore fait découper, scier, torturer, modifier, altérer, traumatiser, bref, ils n’avaient pas encore été zombifiés jusqu’à ce que mort cérébrale s’ensuive.

- Non, ce qui vient après être passés par une table d’opération.

Et puis bon, il fallait bien reconnaître que ce n’était pas le meilleur exemple à citer comme discours d’entrée dans ce joli petit monde qu’est l’académie d’Eden. C’était peut être même l’inverse totale de ce qu’il aurait fallu dire pour qu’il reste avec eux au lieu de s’enfuir en hurlant comme un perdu, les bras en l’air, les yeux fous et exorbités et les cheveux dressés sur la tête. Mais bon Dimitri n’était pas un roi du tact et de la délicatesse, c’était même totalement l’inverse. Chez lui, c’était « t’es content, tant mieux, t’es pas content, tant pis, tu le fais, et sinon, la porte, tu sais où elle se trouve » et un point c’est tout. On peut bien le traiter d’enfoiré de première, de salaud et de connard sans cœur, lui, il s’en tape. Il sait ce qu’il sait qu’il est censé faire, après, le reste, il s’en branle. Enfin, non, il ne se branle pas avec ca, il a tout de même des goûts plus que sélectifs.

Mais ce qu’il avait dit au sujet de la cobayerie, il faut avouer que ca l’avait tout de même bien intéressé. Ca avait titillé sa curiosité, son intérêt, sa soif de connaissance des petits secrets personnels des autres dirons-nous. Dimitri adorait savoir tout ce que les autres ne voulaient pas dire, surtout ce que les autres ne voulaient pas dire. Ainsi, la connaissance peut alors devenir une arme, un moyen d’atteindre le pouvoir. Ses yeux pétillants d’intérêt, il avait alors fixé son camarade de repas en se demandant s’il allait un petit peu développer.

Et ce qu’il avait fait, même si il avait été un petit peu déçu de la réponse. Rien de très probant, rien qu’il ne puisse utiliser plus tard. Dommage. Non, le blond ne le voyait pas spécialement comme un pion à manipuler, mais c’était une déformation professionnelle, rien de plus. Enfin… Il y avait aussi qu’il préférait être totalement sûr de celui qu’il laissait jouer avec son cul. Question de fierté typiquement italienne sans doute. Sans montrer sa déception, il se recula dans sa chaise, s’appuyant à nouveau contre le dossier.

- Bah, j’ai jamais été à l’armée, je peux pas dire, mais ca me semble logique quand même. On peut pas laisser n’importe qui aller se battre n’importe où.

Et puis quoi encore. Ca serait comme d’envoyer un ivrogne antisémite effectuer une mission diplomatique en Israël. Il ne faut pas être totalement stupide. L’Etat semble parfois l’être, mais la moindre petit erreur, le moindre pet de travers peut être la cause d’une guerre, ou bien de conflits mauvais pour l’économie du pays pour des années à venir. Alors bien évidemment, la prudence et le tact étaient de mise, et même plus que conseillés.

Mais puisqu’ils parlaient d’une partie de jeux vidéo que Dimitri comptait férocement gagner, enfin, il voudrait le gagner, mais il ne pensait pas y arriver, même si ca, il n’irait jamais l’avouer, même sous la torture. Mais la réalité était là. Il avait touché aussi souvent à une manette de jeux vidéos qu’il pouvait souvent discuter avec un flic, autant dire que c’était plus que rare, à moins que le flic, il soit en civil et que Dimitri ne soit pas au courant de sa profession.

- C’est ca, compte là-dessus et bois de l’eau. Si jamais JE gagne, tu devra me payer un ciné !

Comme ca, ca faisait un partout, balle au centre, et tout le monde était content. Décidément, avec des paris de plus en plus stupides, ils allaient bien finir par se retrouver plongés dans la merde jusqu’au cou sans même comprendre pourquoi ou comment ils avaient bien fini par en arriver là.

En l’entendant lui parler de leurs conditions physiques et sportives, il rit légèrement en inclinant la tête dans sa direction en guise de remerciement.

- Je fais ce que je peux pour limiter la casse, j’avoue…

Bon, vu comme il est foutu, on peut dire qu’elle avait été tout de même plus que bien limitée. Etait enfin venu le moment de partir du restaurant, ainsi il avait hoché la tête à sa volonté de remettre ce délicieux moment partagé tandis qu’il tirait avec délice sur sa clope.
Il se laissa entrainer tranquillement par ce bras sur son épaule, souriant en coin de manière tellement effacée qu’on pouvait se demander à raison si il souriait. Mais en réalité, oui, il sourit le petit !!

- Ce n’est pas à moi qu’il faut demander, je m’y rend une fois tous les dix ans…

Ca fait quatre ans qu’il est là, mais il a du se rendre huit fois en visant large dans la ville. Oui, no life, mais même pas totalement, parce qu’il passe son temps à bosser, ou du moins à forcer les autres à bosser pour lui. Alors forcément, lorsque vient le moment de promener, il est perdu lui.

- Bah, on va avancer au hasard, on verra bien où on arrivera…

Et puis partir pour l’inconnu, c’est assez amusant dans le fond. Ainsi, le blond partit au hasard vers la gauche, le bras de son professeur toujours glissé sur son épaule pour le meilleur et pour le pire. Ce qu’il ne savait pas, c’était qu’ils étaient en train de partir vers… *roulement de tambours* le quartier chaud de la ville !! Le premier qui dit que c’est l’instinct, je le tape.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   Dim 20 Fév - 12:41

C'était une soirée parfaitement tranquille où l'on aurait pu croire à un tête à tête bien normal entre amoureux. Mais si on s'approchait de la table, on se rendrait compte alors que les deux convives avaient une drôle de conversation. Tout être humain normalement constitué , aurait pris alors la tengeante ou aurait appelé le SAMU pour déclarer que deux types allaient transformer le restau en pagaille. Rassurez vous, ils avaient déjà redoré le restau en pagaille mais en pagaille sexuelle. Doit-on rappeler ce qui s'est passé sous la table? Non je pense pas qu'il y ait besoin de le faire.

«  Eh ben, j'en apprends des choses avec toi.La table d'opétion, ça me rappelle ce prof de science là Muramachin.. »

Muraki, il n'avait fait que le croiser mais il espérait bien ne jamais avoir à tailler la causette avec lui. Ce type là avait l'air d'un drôle de type. Si il savait qu'un jour, il allait se retrouver enfermé dans un labo avec ce phénomène, il aurait bien vite ravaler ses paroles mais voyez vous notre bon Al n'était pas devin. Il ne savait pas qu'il allait devoir secourir son élève, qu'ils allaient se retrouver dans un merdier dans lequel ils ne savaient pas comment s'en sortir. Al n'était pas un peureux mais il y a des situations dont il se passerait bien volontiers. Si il avait pu se passer de la bombe dans le crâne, il aurait été bien content mais bon la force des choses n'avait rien trouver de mieux pour s'assurer le silence de sa chair à canon.

Toujours est il qu'il avait commis une bourde. Il avait vu alors l'intérêt de son élève s'allumer dans ses yeux d'or. Mouais autant faire en sorte qu'on ne s'amuse pas de trop à fouiller dans son passé, c'était son passé et il n'appartenait qu'à lui. Peut etre qu'un jour, il en parlerait. Mais pour le moment, il n'en avait guère envie. Dieu sait comment réagirait alors Dimi , si Al avait révélé qu'il avait une mini bombe dans le crane, qu'il ne pouvait pas voyager hors des frontières sous peine de se faire sauter la cervelle. Il n'avait pas trop envie de passer pour le mec qui se plaint, ou le mec qui joue au kamikase. Il avait alors trouvé une idée. Il vit alors la lueur d'intéret disparaître de son élève.

«  Ben dison qu'à l'armée, on est obligé de prendre tout un cas de précaution. Déjà au combat,si tu fais pas gaffe, tu te fais buter comme un con. Ensuite, t'as les potes. Au départ, yen a qui se livrent à un bizutage juste pour voir comment tu réagis. Le tout c'est d'ignorer oud de s'amuser du tour qu'ils t'ont fait ainsi ils arretent de te prendre pou un bleu. Enfin, tu as les supérieurs, si tu respectes par les ordres, tu finis à faire des corvées assez glauques. Disons aussi que l'armée n'aime pas trop qu'on fasse n'importe quoi. Il en va de la sécurité du pays. »

Al devait faire attention , mesurer chacune de ses paroles afin de ne pas trop en dire. Il avait volontairement laissé de côté le sujet des secrets d'état pour la simple et bonne raison que Dimi devait se douter que l'armée n'était pas clarté. Elle avait ses petits secrets, comme tout le monde. D'ailleurs l'école d'Eden avait surement quelques secrets à garder.

Pour changer de sujet afin de ne pas trop l'ennuyer, il lui proposa de continuer leur sortie. Il lui proposa des parties de jeux vidéo refusant de voir son élève comme un élève spécial. Non pour lui, Dimi était un élève comme les autres. Il voulait lui donner un aperçu de normalité, voir à nouveau ses fossettes quand il souriait. Bref, il voulait que Dimi et lui deviennent plus que de simples connaissances.

«  Ca marche, mon grand et tu décideras même du film à voir »

Lâcha t il s'amusant de le voir parler comme n'importe quel garçon de son âge. Le jeune homme continuait lui aussi sur les paris de merde. Ils allaient finir par se retrouver à faire des trucs idiots si ça continuait. 

« C'est bien »
pas de foutage de gueule dans l'air, non Dimi, il l'appréciait grandement. Il était enfin venu l'heure de quitter le restaurant. Notre professeur et son élève décidèrent de prolonger leur soirée par une promenade. Al ne connaissait pas encore bien la ville alors il se laissait guider par Dimitri. Il mémorisait en même temps le chemin pris, pour ne pa se perdre si un jour, il revenait de ce coté là.

«  Eh bien on fera en sorte que tu y ailles plus souvent ».

Il sourit à sa proposition de se laisser guider au basard. A force de marcher, notre bon Al nota alors qu'ils étaient arrivés dans un quartier dit chaud. On pouvait voir des putes aussi bien des femmes que des hommes , des love hotel partout. Al se retrouva, on ne sait comment avec un paquet de préservatifs dans la main. Quelqu'un le poussa alors dans un love hotel. Il allait dire quelque chose quand le gérant laissa tomber

«  J'ai une chambre de libre pour vous messieurs. Il y a tout ce qu'il faut dedans ».

Vlan Al se retrouva entrainer avec Dimi dans une chambre peu normale. Il y avait des aphro posés sur la table, des menottes, des bandeaux, des costumes de SM trainaient un peu partout. Ah ouais pas mal tout ça. Al se saisit d'un sex toys.disons que la grosseur de ce dernier l'avait intrigué. En faisant le tour de la pièce, il trouva même des chaînes.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\   

Revenir en haut Aller en bas
 
Western Spaguettis! [Dimi] //Âmes sensibles et mineures, passez votre chemin\\
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Ames sensibles s'abstenir...
» Despérados ~ RPG Western Fantastique ~
» rpg western, besoin d'avis ^^
» Sérénade au Texas [DVDRiP]Comédie musicale, Western

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie d'Eden :: Archives de l'Académie :: Archives de la ville-
Sauter vers: