AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un petit coin de canapé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un petit coin de canapé   Dim 16 Mai - 15:40

Un petit coin de canapé


Une pièce aux couleurs chaudes, calme, spacieuse, meublée avec goût. Un feu ronflant dans la cheminée. Une lumière tamisée enveloppant deux êtres confortablement installés sur un petit coin de canapé, sous les couvertures. Ils dormaient paisiblement du sommeil du juste. L’un d’eux remua, faisant trembloter la couverture sombre. Un gémissement s’échappa des lèvres du deuxième, encore endormi. Le premier remua davantage, se levant du petit coin de canapé qu’il occupait avec son compagnon, révélant des cheveux d’une couleur à en faire pâlir le soleil même. Les yeux encore rougis du sommeil, le jeune homme se leva et partit faire un brin de toilette en douce, de peur de réveiller son compagnon de canapé. Un peu avant la bonne douche tiède qui lui remettrait quelques idées en place, il s’observa dans le miroir : il était maigre, très maigre, trop maigre. Il toucha du doigt une goutte de sang séché perlant au coin de ses lèvres et tâtonna ses canines proéminantes. Le vampire sourit dans le miroir, essayant de se trouver une meilleure mine et fila sous la douche sans plus de procès.

Lorsqu’il revint dans le salon commun de la tour de l’Aube –car oui effectivement, c’était bien là qu’ils avaient passé la nuit, le vampire du nom de Kevin Walker remarqua que son compagnon n’avait pas daigné ouvrir un œil durant son absence. Pire, il s’était recroquevillé de son côté, accablé par un sommeil lourd de damnés. Bon, question : comment réveiller un loup-garou endormi sans qu’il ne vous mange un bras ? Oui son compagnon était bel et bien un loup-garou, un métamorphe lupin, et s’appelait du doux nom hispanique d’Esteban Valdès Vicente. Kevin tenta tout de même une approche, en secourant l’endormi d’abord doucement puis, ne voyant aucune réaction de la part de l’autre, plus énergiquement.


« Este ? Este ! Réveille-toi, on va être en retard ! »
« Hmm ? »

Le loup le repoussa bonnement et simplement en se retournant. Le vampire fronça les sourcils, vexé de ce peu d’attention. Il entreprit alors de le secouer comme un prunier : le résultat ne fût guère plus brillant. Esteban sortit bien de sa torpeur mais d’un pied si gaucher que le vampire se demanda si VRAIMENT cela avait été une bonne idée de tenter l’expérience.

« Démonte-moi l’épaule pendant que t’y es aussi ! » beugla le loup fraîchement réveillé.
« Ouais ben t’avais qu’à réagir à mon premier appel, loup mal léché ! » répondit le vampire, d’autant plus vexé tout en s’en allant.

Le vampire tourna les talons, ramassa les dernières affaires qui traînaient et s’en alla sans demander son reste, ni même regarder l’hispanique toujours affalé sur son canapé. Ce dernier grogna farouchement à la réprimande et ne répondit mot, se contentant de se recoucher. Rater les cours et après ? Esteban soupira, se plaça sur le dos. Un brouahaha se fit entendre dans le couloir : le reste de la tour s’en allait en courant ou trottinant en direction des salles de cours. Bon gré mal gré, le louveteau se leva, se prit une douche bien glacée et suivit le mouvement. Il chercha à attirer l’attention du blondinet durant tout le reste de la journée, mais celui-ci ne lui adresse pas même un regard. Ce fût tout juste s’il lui adressait la parole.


« Mais qu’est-ce que j’ai fait moi encore… » maugréa le loup dans son coin, piteux.

La journée se passa ainsi : morne et ennuyeuse. Et bien qu’il y ait du soleil, Esteban avait l’impression d’être plongé dans un seau d’eau glacée. Oh bien sûr, leur relation n’était pas officielle, n’avait rien d’officiel. Peut-être que le vampire s’était lassé de lui ? Le loup porta la main à son cou où se logeait un suçon bien caché des regards indiscrets grâce au col de l’uniforme. Il sourit intérieurement, mais son regard se voila presque aussitôt de tristesse. Était-ce à cause de ce matin, confus à sa mémoire ? Il fallait en avoir le cœur net. Mais comment ? Kevin passait tous ses instants de pause à l’éviter. Haaan que c’était agaçant !

Dernier cours : cours de sports. Ultimatum avant le verdict final. Le professeur leur suggéra un football, ce que tout le monde accepta sans mal. Esteban se plaça dans une équipe, espérant que le vampire le rejoindrait, histoire de pouvoir causer tranquillement en faisant mine de travailler en duo. Mais non ! La racine de ses cheveux se hérissa lorsqu’il aperçut Kevin rejoindre l’équipe adverse sans un signe ni un regard. Raté. Coup d’envoi. Début du match acharné. Kevin s’était placé en défenseur du goal, Esteban en attaquant. Il ne restait plus qu’une seule chose à faire. Le loup s’arrangea pour intercepter la balle, ayant le vampire en ligne de mire. Il arma son pied et… BOOOÏNNG ! Fit le ballon en atterrissant en pleine face d’un vampire sonné n’ayant pas vu ce qui lui arrivait.


« Mon Dieu ! Est-ce que ça va, Mr. Walker !? » s’écria le professeur. « Mr. Valdès ! Vous devriez apprendre à viser avant de frapper la balle ! Non mais je vous jure ! »
« Pardon, m’sieur » s’excusa mollement un loup superbement satisfait de son tour de force.

Bon le vampire semblait véritablement amoché mais le lycanthrope n’avait trop guère eu le choix. Esteban se proposa naturellement pour accompagner son camarade à l’infirmerie afin de rattraper sa boulette. Le professeur n’y vit pas d’inconvénient et reprit le déroulement du cours. Une fois seuls, Esteban se retira avec sa victime dans la tour de l’Aube, et balança négligemment son compagnon de chambrée sur le canapé qu’ils avaient occupés le matin même.


« Bon maintenant tu vas me dire ce qui cloche chez toi, oui !? T’as refusé de m’adresser la parole toute la journée, c’est bon maintenant ! Basta ! » commença le loup. « Euh… Kev’ ? » rajouta-t-il maladroitement en voyant l’état du vampire.

Ce dernier n’allait pas très bien : son nez pissait le sang et son esprit était encore bien sonné, ce qui signifiait qu’il n’avait pas compris un traître mot de la tirade du loup. L’hispanique paniqua en voyant le sang et partit à la salle de bain chercher la trousse des premiers soins. Il s’occupa de son protégé en murmurant des excuses, et des « désolé » à tout va d’une voix piteuse et sincère. Il gémissait également, à la façon d’un loup pris en faute. Il y avait peut-être été trop fort avec le ballon en fait. Il sentit qu’on l’enlaçait et leva les yeux sur Kevin.


« Ouais ben j’espère bien que t’es désolé, idiot ! » lui hurla presque aussitôt celui-ci avant de le récompenser de ses soins intensifs par un baiser des plus fougueux.

Ni une, ni deux, Esteban laissa tomber la trousse pour prendre passionément son amant dans ses bras, enroulant ses doigts dans ses cheveux. Kevin fit de même, s’amusant à les ébouriffer davantage. Le loup prit appui sur le fauteuil et projeta un vampire à peine remis contre le dossier sans que celui-ci ne proteste. Leur baiser dura, s’éternisa dans un harmonieux jeu de langue, de lèvres et de mordillements sadiques. C’était surtout le loup qui s’amusait à mordiller les lèvres, le coin des lèvres, le bout du nez et le menton du vampire pour le titiller. Ce dernier ne tarda pas à lui retirer son t-shirt pour palper sa peau hâlée, musclée, lisse et occupée d’un fin duvet tout à la fois. Sa bouche erra dans le cou du lycanthrope, mordillant sa peau et en léchant chaque centimètre carré. Le loup durant ce temps gémissait en mordillant les oreilles de son compagnon. Une bosse se forma au creux de son pantalon et il commença à s’y sentir soudain très à l’étroit. Il déboutonna son pantalon, histoire de laisser un peu respirer cette partie de son anatomie et retira la chemise du vampire pour parcourir son corps maigre mais parfait. Peau de pêche d’un blanc laiteux sans aucune imperfection. Une peau parfaite, bien loin de la sienne. Un corps si frêle également qu’on avait envie de le couver à chaque instant. Les baisers se firent brûlants, tout comme leurs corps enlacés et se frôlant sans cesse.


« Tu es vraiment un vilain garçon » souffla le vampire à son oreille d’un air doucereux.

Il la lui mordilla sulfureusement et entreprit de graver un deuxième suçon dans sa chair à l’exact opposé. Le vampire mordit et se délecta du sang de loup tandis que celui-ci poussait son chant envoûtant, rejetant la tête en arrière et fermant les yeux. Esteban chantait, faisant vibrer sa gorge de sa voix rauque, de sa voix de loup. Il frémit aux bruits de succion de son partenaire mais ne tenta pas de se dégager. Ce n’était pas douloureux, c’était intime, spécial, magique. C’était une sorte de preuve d’amour, d’appartenance. Kevin Walker prit tout son temps pour cela, punissant ainsi le loup de sa témérité matinale. L’excitation grimpait, la tension montait, un début de sueur faisait son apparition.

Esteban, ne tenant plus en place, déboutonna le pantalon de son amant et entreprit de le stimuler par-dessus le caleçon, voyant petit à petit une bosse se former à ce même endroit. Dans le même temps, il allongea le vampire sur le dos et se délecta de parcourir son corps de nacre pure, donnant des coups de langue ou de dent. Il s’attarda tout particulièrement sur le ventre, lieu de prédilection, et le nombril qu’il titilla. De sa main, il renforçait la belle bosse de son compagnon et lui lançait d’incandescents regards de braise pour l’attiser. Kevin se rejeta en arrière, se cambra en gémissant de plaisir. Il guida lui-même la main du brunot sous son caleçon, tout à son plaisir. Nanti de cette permission, l’hispanique poursuivit ses caresses, ses titillements sous la culotte, puis l’enleva, décidant que ce vêtement constituait une gêne au même titre que le pantalon. Pantalon et caleçon volèrent à travers la pièce, atterrissant en un vol plané près de la petite table de salon. Esteban embrasa alors ce lieu si secret, si intime, si particulier que tout son être réclamait à cor et à cri. Ce si joli bâton de marche, le loup l’engloba dans sa propre bouche, se chargeant de le réchauffer davantage et plus si affinités. Sa punition toucherait à sa fin. Un délicieux liquide crémeux se répandit bientôt dans sa bouche, petit lait qu’il bût jusqu’à satiété.

Kevin se redressa alors et reprit ses baisers et ses caresses sur le corps du jeune bronzé. Il palpa sa peau, fit des allers-retours entre son torse et la belle bosse qui s’était formée et grossissait de plus en plus au fur et à mesure du temps qui passe. Il exécuta des cercles sur le ventre duveteux du loup-garou qui gémit de plaisir, saisi par de soudaines palpitations dans tout son être. Esteban rejeta à nouveau la tête en arrière, éjectant ses lunettes par la même occasion. Elles atterrirent sur la table même sans trop de dégâts. Kevin ôta rapidement le pantalon du loup, poursuivant sa lente et douloureuse torture. Esteban le mordit bientôt à l’épaule, au comble de l’excitation, et tint fermement sa prise. Kevin hurla de douleur, passa sa main dans les cheveux ébène de son compagnon et sourit d’un air amusé. Il prit tout son temps à retirer le sous-vêtement du loup et à s’occuper plus particulièrement de ce qu’il cachait en-dessous, gratouillant et chatouillant cette zone érogène particulière de l’anatomie masculine. Le vampire se rallongea dès qu’il en eût assez et s’offrit gracieusement au bon vouloir de son amant canin qui prit possession de son être sans plus tarder, avec force joie. Il leur fallut de longues minutes pour atteindre l’extase finale.

Esteban retombit, harassé de fatigue et de bonheur cumulés, aux côtés de son capricieux de vampire adoré. Ce dernier lui caressait les cheveux, lui murmurant des mots doux à l’oreille. Kevin somnolait, s’éloignait lui aussi vers le pays des rêves, le monde de Morphée. Mais il ne partait pas seul, accompagné qu’il était de son amant non-officiel. Il sourit à cette pensée, rabattit machinalement la couverture sur eux et s’endormir, enlaçant le corps bien bâti du loup, parti en éclaireur prévenir Morphée de leur retour soudain. A la fin de la journée, les autres membres de la tour rentrèrent peu à peu mais personne ne s’attarda sur la couverture qui cachait les deux corps entrelacés. Ce n’était pas la première fois. Non, ce n’était pas la première fois que les deux amants improbables occupaient ce petit coin de canapé.


(~)(-)(~)


Comme promis, voici le one-shot Esteban/Kevin pour ceux qui auraient raté ce superbe moment intime entre eux l'autre jour sur la CB. Enjoy ! Cool
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un petit coin de canapé   Dim 16 Mai - 15:50

*Kevin arrive sans mauvaise attention sur ce coin du forum tombe sur la fiche et commence a lire*

Après quelques paragraphes

*Kevin prend une légère teinte rosée*

A la fin

*Kevin dont la couleur de peau rivalise avec une tomate bien mûre roule le papier qu'il fourre dans sa veste et repart comme un voleur avec dans l'idée de faire passer les envies d'Esteban à raconter leur vie*


LC: J'approuve totalement. Et si j'ai le temps je vous donne une suite =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un petit coin de canapé   Dim 16 Mai - 16:05

Et je rajouterais en passant que tout ceci est dû à un évènement de la CB dans lequel les deux tourtereaux s'étaient lovés dans un même canapé. Naaan qui l'eût crû, n'est-ce pas ? Razz

Esteban: *en revient pas devant le papier, détient une teinte rouge pivoine se remarquant bien plus que son teint de bronze habituel* Embarassed Mais mais mais maiiiis CALOMNIE !!!

L.C : La ferme ! *enchaîne son loulou à un arbre* Couché ! Pas bouger ! A la niche ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un petit coin de canapé   Dim 16 Mai - 18:35

L.C: mouaaaaahahahahahaha mes petits membres à moiiiii *les câline tout fort*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un petit coin de canapé   Dim 16 Mai - 20:31

Suite au one shoot number one, voici le one shoot number two!

Une maintenance obligatoire

C'était un beau samedi. Les oiseaux chantaient, les filles-chat couraient après les volatiles. Le directeur et l'infirmier s'occupaient des lits de l'infirmerie. L'inspecteur et un des gardiens tentaient de corrompre un fragile jeune loup. Dimitri était de nouveau enfermer dans le laboratoire du chercheur fou. Bref, tout allait très bien. Le monde tournait parfaitement rond. Comme dirait Pangloss (Vive les références foireuses) "Tout est bien dans le meilleur des mondes". Seulement voilà, on a tous lu Candide et on sait tous que tout n'est pas bien dans le meilleur des mondes! En effet, dans une chambre de la tour de l'aube, un loup garou, si si dans la tour de l'aube il y avait un loup garou en se samedi. Ce loup garou donc, répondant au doux nom de Esteban Valdès Vicente. Ce loup garou tournait comme une hélice dans sa chambre, marmonnant.

"C'est pas normal! Pourquoi? Qu'est ce qui se passe? Ce serait la fin? La fin de tout? Non..c'est pas possible..pourquoi?"

Oh mon dieu, notre jeune loup serait-il le nouveau Messie? Serait-il porteur du message divin? Serait-il le seul en se samedi insouciant a savoir que l'apocalypse arrive? Parce que oui, c'était l'annonce de l'apocalypse la fin de son monde!

"Qu'est ce qu'il se passe? C'est un cas de force majeur là..alors je pourrais peut être..mais ça marchera pas.."

D'accord, cette fois on est sérieux, parce que la narratrice a peur d'un coup, un cas de force majeur c'est QUOI? Réfléchissons, la fin du monde? Mais pourquoi chercherait-il une solution? On ne peux pas éviter la fin du monde si? Les mayas se seraient tromper? La fin du monde n'est pas pour 2012? *-* *SBAAAAF*. Essayons de comprendre. Esteban tournait et retournait puis enfin il s'assit sur le lit.

"Qu'est ce que j'ai bien put faire pour ça? J'ai rien fais moi...enfin je crois..non non j'ai rien fais, j'ai beau me repasser toute les deux dernières semaines, je n'ai rien fait! Alors quoi? Qu'est ce qu'il y a enfin? Me dites pas..je vais le tuer!! Si il est allé voir ailleurs!!!"

Et oui, le cas de force majeur était les caprices de son amant non-officiel. Pourquoi? Mais élémentaires très chers. Kevin Walker, vampire blond, frêle et malingre, amant non officiel de ce cher Esteban ne l'avait pas toucher depuis une semaine heure pour heure. Rien de bien alarmant a première vu, des amants qui ne se touchent pas durant une semaine ce n'est pas bien grave. Or, lorsque l'on sait, que leur activités nocturnes étaient de environ 8 fois par semaine. Alors là oui on commence a se poser des questions. Un éclair de génie frappa Esteban qui se mit a rire au éclats.

"Ahahaahaha mais tu aurais du m'en parler sombre idiot!!"

De quoi? Trop tard, ni une ni deux, Esteban sortit de l'aile de l'aube en cet après midi ensoleillé pour rejoindre promptement l'aile du crépuscule. Une fois là bas il interrogea le colocataire de chambre de son vampire. Qui lui appris bien gentiment que Kevin stationnait dans les douches. Esteban prit une feuille, un marqueur et inscrivit quelques mots avant de se dirigé avec son précieux papiers vers les douches masculines. Une fois là bas il plaqua la feuille sur la porte et entra sans bruit dans la pièce d'où s'élevait de la vapeur. Étant tout de même dans des douches, il prit quelques secondes pour se dévêtir. Suivant à la trace l'odeur du shampoing de son blondinet, il le trouva appuyer au mur d'une des douches les yeux fermé avec un petits sourire. Vision qui aurait mériter une magnifique photo cela dit. Bizarrement Kevin avait choisi les douches en face de la portes, oui les douches communes, non séparés par des parois en plexiglas. Oui ces mêmes douches qui accueillait les dizaines de rugbyman a la fin d'un match..par exemple, nous sommes dans un autre contexte.

Esteban avança donc jusqu'à ladite douche se prenant bien évidement le jet en pleine tête et enlaça son pauvre vampire innocent dans l'histoire. Vampire qui d'ailleurs eut un mouvement de recul, qui donc viendrait l'enlacer durant sa douche? Il sembla tout de même remarquer que ce n'était autre que son louveteau et se laissa faire.

"Pourquoi tu ne vient plus me voir?"
"Pardon?"
"Tu sais, si tu as des problèmes de tuyauterie tu peux m'en parler, ce n'est pas la peine de m'éviter toute une semaine!"

Et là Kevin reçu un gros choc, problème de tuyauterie? C'était quoi cette histoire encore? La mécanique marchait très bien, et ils l'avaient constatés tout les deux!

"Qu'est ce que tu me chante mon pauvre Este., un ours t'a frapper a la tête?"
"Mais non, mais comme tu ne viens pas depuis..."

Il n'eut pas le temps d'expliquer, Kevin l'avait sauvagement plaqué au mur de la douche lui volant un baiser des plus fougueux.

"Je vais te prouver moi que la tuyauterie n'est pas en panne!"

Kevin repris donc ses baiser, plus brûlant les uns que les autres, attisant sans mal Esteban qui attendait depuis une semaine. Les réactions chez nos deux compagnons ne se firent pas attendre. A peine Kevin entamait la redécouverte du cou de son amant que celui ci laissait échapper des soupirs de satisfaction. Les mains du loups n'étaient pas non plus inactives, elles se baladaient allégrement sur cette peau blanche et froide qui lui était totalement offerte. Kevin lui s'évertuait à enlever l'eau du cou de son amant. Allécher déjà par les souvenirs du sang de ce loup. Seul sang de loup garou qu'il appréciait. Alors le jeu repris, comme toutes ses fois sur le petits canapé qui leur était attitré il planta doucement ses crocs dans cette chaire tendre. Aspirant le liquide carmin avec délice. Esteban savait qu'en ce moment, son amant était des plus vulnérable a ses geste, il en profita pour venir titiller de la main le tuyau, vérifiant son état de marche. Kevin relâcha la pression, la plaie se refermait laissant quatre marque bien distincte, ses marques. Parce que l'un était propriété de l'autre. Esteban en profita pour reprendre l'avantage, inversant les rôle. Kevin désormais plaquer contre ce mur froid laissait glisser ses mains dans les cheveux du loup qui naturellement était aller inspecter plus précisément les tuyaux. Utilisant tout les moyens a dispositions, et surtout cette cavité buccale dont on ne soupçonnerait l'utilité et qui pourtant était très, voire trop utile. Kevin rejeta la tête en arrière alors que le bouchon de calcaire sortait allégrement du tuyau. Esteban satisfait et il faut le dire très impatient ne laissa pas le temps a son partenaires de mener a bien des investigations similaires que déjà il inspectait le second tuyau. En quelques minutes l'opération fut terminer.

"Au fait..pourquoi tu n'est pas venu?"
"Tu m'avait dit que tu avait le dos en compote, je voulais pas risquer..."

Ils sourirent.Et tout deux, a terre sous l'eau chaude qui continuait de s'écouler restèrent l'un contre l'autre. Ils partaient pour une petite demi heure dans le monde de Morphée. Tout deux, se tenant par la main, bien décidé a arriver ensemble. Cette fois ce n'était pas la couverture noire qui les cacheraient, mais la vapeur qui se reformait sous le nouveau jet d'eau.

Un vampire qui durant la scène avait par malheur voulu prendre une douche et avait été témoin des retrouvailles des deux amants non officiel alla prévenir les autres vampires mâles.

"Lorsque que vous voyez marquer "Opération de maintenance" sur la porte des douches, surtout n'entrez pas je vous le conseil!


Voilàà, c'était mon petit one shoot number two! Qui a germer dans ma tête au moment d'aller me doucher comme quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit coin de canapé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit coin de canapé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit coin de Paradis...
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les Forgerons
» Mon petit coin miiia
» Le petit coin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie d'Eden :: Archives de l'Académie-
Sauter vers: