AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bonjour cher chercheur (RP Muraki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Sam 27 Juin - 16:03

Nyssa avait reprit le corps de Skii ou plutôt son corps depuis deux jours à peine et n'avait pas l'intention de perdre du temps. Elle avait un peu discuté avec l'une de ces secrétaires surbookée et en avait, du coup, appris pas mal sur l'académie. Non, il ne fallait pas croire que ces pauvres secrétaires étaient des asociales, loin de là, elle étaient juste tellement enfoncée dans leurs problèmes jusqu'au cou que la moindre chose susceptible de déranger leur travail et donc de les mettre en retard leur donnait de l'urticaire. Nyssa connaissait assez bien ce problème, elle l'avait eu vu avec l'une de ses nombreuses personnalités. Une de celles qui étaient obsédées par les runes anciennes et qui faisaient que les recherches de Skii avaient si prodigieusement avancées durant ces dernières décennies mais aussi qui étaient tellement acharnée que si on ne disait pas de temps en temps, "stop ! viens prendre un café" ça avait vite fait de tourner au drame même pour un vampire.

Elle avait donc utilisé cette technique pour l'une des jeunes secrétaires. Elle était passée une fois dans la matinée discuter un peu. S'était faite remballée bien naturellement, avait tout de même glisser deux ou trois commentaire compatissants en disant qu'elle repasserait lui apporter un café un de ces jours. L'autre avait juré de part tous les diables que non ! Oh jamais ce n'était pas une bonne idée c'était le début de l'année et le directeur n'avait toujours pas signé les demandes pour de nouveaux livres. Ceux qu'ils avaient était tellement abîmés c'était une catastrophe absolument inimaginable tant c'était terrible. Nyssa, sans rien relever, était partie. Et était revenue l'après-midi avec le café en question chercher l'autre sous les décombres de centaines de feuilles qui n'arrivait plus à ressortir. La tirant par le bras elle lui avait sourit et lui avait dit : "que diriez-vous d'une petite pause pendant que Sarah vous cherche ?" . En effet, à ce moment là, Sarah était toujours en train de chercher la portée disparue. Persuadée de son alibi la secrétaire lui avait répondu pourquoi pas et c'était ainsi qu'elles avaient discuté pendant bien dix minutes sans que personne ne s'aperçoive de la remontée des papiers de l'autre femme. Au bout de dix minutes cependant, Nyssa avait obtenu ce qu'elle voulait, l'autre s'excusa et repartit auprès de ses semblables qui la traitèrent comme une miraculée d'arriver à marcher après avoir passer si longtemps dans les éboulis. Nyssa lui avait adressé un clin d'œil et était partie.

Ce qu'elle désirait savoir en réalité, c'était qui étaient les chercheurs de l'académie et quel était le plus compétent d'entre eux. La réponse avait été immédiate : Muraki. C'était le meilleur, bien que nouveau mais attention : il était fou. Fou à lier même. On racontait que le directeur après s'être rendu compte qu'il l'avait embauché avait fait une véritable crise de nerfs. Enfin, ça, ce n'étaient que des suppositions car on avait pas vu le directeur depuis le fiasco du syndrome de Stockholm. Bref, c'était bien Muraki. Comment contacter Muraki ? Et bien mettez un message dans son casier. Mais bon, faites attention. On aimerait éviter qu'un de nos rares profs disparaissent...

Qu'elle se rassure pour l'instant il y avait peu de chances. Et s'il était fou, cela tombait bien, Nyssa, Skii et les autres l'étaient tout autant. Et les meilleurs dans le domaine scientifique étaient tous forcément des fous. C'était donc presque tant mieux.
Nyssa avait donc donné rendez-vous à Muraki à la terrasse d'un café en ville. Oui, Nyssa aimait bien les cafés. Ce n'était pas parce qu'elle était vampire qu'elle n'allait se mettre à boire que du sang. Ayant obtenu une réponse positive pour ce deuxième jour d'existence après sa longue absence, Nyssa attendait donc ce cher scientifique. La secrétaire lui ayant donné une vague description elle savait à peu près à quoi s'attendre. Des humains aux cheveux argentés il en existait pas des masses.


Dernière édition par Skii Heraclydès le Dim 28 Juin - 10:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Dim 28 Juin - 9:16

Il avait passer pratiquement une journée entière sans dormir avec Eden lorsque celui-ci avait finalement reussi a recouvrer ses esprits. Et contre toute attentes Muraki avait donc decidé que, avant de le tourmenter encore un peu plus, il allait poursuivre et approdir les recherches de son père pour mieux torturer Eden. Et bien oui, il allait voir si le corps hybride de cet homme pouvait servir à son objectif personnel...mais il s'y refusa bien vite. Pour Saki il voulait un nouveau corps, mais un corps qu'il sont capable de depecer avec ses omgles et de decouper avec un scalpel, pas un corps qu'il faudrait enchainer pour ne pas perdre à nouveau un oeil dans la bataille.
Mais quoiqu'il se soit passé avec Eden, Muraki l'oublia bien vite, et retourna dans la salle où était placé les casiers des chercheurs assez competants pour recevoir des demandes d'interventions. Il l'ouvrit et il poussa un long soupir lorsqu'il vit le petit papier reposant la dans le noir du casier. Un instant il pensa a le rouler en boule sans lire et de faire comme s'il ne l'avait jamais eu, mais il ne le fit pas. Il lu le papier, et haussa les sourcils. Tiens ce n'était ni Kylian, ni Eden qui le remerciait pour son traitement mircle, ni même les secrétaire qui le mettait en garde contre ses folles tentative de resurections, ni même un élève qui voulait l'entretenir de quelque chose, non c'était la prof de runes anciennes, Skii Héraclydès, qu'il avait du croiser au détour d'un couleur une où deux fois sans vraiment la detaillée du regard. Il savait que c'était une vampire, l'aura sombre su'elle degageait, ses yeux rouges et sa peau pâle parlait pour elle.
Elle voulait le rencontrer en ville, pour discuter. Elle n'avait pas preciser le sujet, c'était fort facheux, mais tant pis. Il se rendit dans sa chambre pour prendre une douche bien meriter, et parmis ses beaux vetements il en choisit des...blancs. Alalala Muraki et sa passion pour le blanc...C'est donc vetu d'un pantalon blanc, et d'une chemises blanche aux coutures bleues tellements claires qu'il fallait avoir l'oeil pour distinguer les deux couleur qu'il sorti, sans oublier, sur le bras, sa veste blanche elle aussi, assortie à son pantalon blanc. Les lunettes sur le nez, et un sourire aimable sur le visage qu'il sorti de sa chambre et qu'il traversa les couleur, sous le regard curieux des élèves qui y trainaient à cette heures-ci. Il les fit frissonner en souriant et en les saluant d'un signes de tête, et quitta l'académie.

La liberté d'être en dehors de ces horribles murs decrepi...Muraki la connaissait bien, et cela lui faisait toujours autant de bien, alors que ça ne faisait que deux jours à peine qu'il avait enfin accepté d'emmenagé dans la chambre qui avait été reservée pour lui dans l'aile de la Nuit. Il marcha pendant quelues minutes sur un sentier boueux à causes des pluies recentes, puis arriva sur une route digne de ce nom. La ville était à une demi heure de l'acdémie, elle même perdue entre les arbre, au centre d'une clairière tout à fait charmante...mais bon trop de nature tue a nture, et Muraki était loin même en temps que chercheur d'idolatrer Mère Nature.
Il y avait regulièrement des bus qui passait ar là, et en v rai japonais il l'attendit en frappant doucement du pied. Lorsqu'il arriva il entra, fit validé sa carte qu'il avait sorti comme par magie de sa poche et alla s'assoir. Dix minutes plus tard il en descendait, en plein milieu de la ville, avec tout les gens qui grouillait deja ça et là. Il avait rendez vous avec cette prof, au café le plus connu de la ville...mauvais choix. Mais tant pis pour elle.
Il y alla doucement sans se presser, il serait à lheure de toute manière, tout était calculé chez lui, jusqu'à la frequence idéela pour mettre un pieds devant l'autre, son cerveau était rempli de calcul complexes.

Enfin il arriva au café, et s'arreta une minute pour reperer la vampire, qui était là et detaillait la foule de ses yeux couleur sang l'homme en blanc que tous appellait "l'ange de la Mort".
D'ailleur en parlan de ça, un de ses ancien collègue, passa par là et le salua!

-Mon cher Muraki, comment vas-tu?
-Bien evidement...tu m'excusera je suis pressé aujourd'hui!
-Ah, l'ange de la Mort a une nouvelle victime dit son collègue en riant, puis parti comme il était venu.
Muraki afficha un sourire, puis se remit en marche vers Skii qu'il avait reperer assise à la terasse. Il se plaça devant la table, en souriant.

-Professeur Héraclydès? demanda-t-il en souraint, sachant bien sur que c'était elle pour l'avoir deja vu auparavant, ou apperçu plutôt. Mais a part ce que son aura degageait et peut-être ses yeux un peu plus sombres qu'à l'accoutumée elle ressemblait bien a celle qu'il avait maintes fois croisée dans l'école du louveteau.
Elle releva la tête et acquiesca. Muraki se presenta de sa voix douce et chantonante, tout en s'inclinant legerement en bon japonais qu'il était, ses cheveux argentés refletant la lumière du soleil.

-Enchanté de vous rencontrer Professeur.
Puis il s'asst face à elle. La lumière et l'Ombre assise à la térasse d'un café...et les regards étaient posé sur eux. Muraki tourna doucement la tête et soudain la ville autour fut bien plus interessante que ce couple étrange qui prenait un café en plein milieu de la ville...enfin un café, Muraki demanda plutôt un thé. Mais le fait était là, et l'homme fou aussi. Et bien qu'il sache ce qu'on disait de lui, lorsu'on le voyait, même en pleine crise de folie, on avait du mal à y croire...il état un scientifique après tout!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Dim 28 Juin - 12:07

Nyssa, à la terrasse du café grouillant de monde, observait le blanc chercheur. Un homme qui ressemblait à un ange, vraiment ? Un ange corrompu depuis longtemps alors. Nyssa aimait ça. Lui et elle devraient bien s'entendre. Dés qu'il entra dans le bar il fut tout de suite assaillit par des salutations intempestives. Il était donc connu. C'était intéressant. Avoir des relations, même parmi les gens d'un bar pouvait toujours s'avérer utile lors de procès éventuels lorsqu'on était sujet à ce genre de problème. Nyssa devrait d'ailleurs réélargir son champ de connaissances, car en trente ans elle en avait sûrement perdu pas mal. Surtout étant donné comme Skii était sociable, elle n'avait pas dû aller bien loin. Nyssa croyait savoir qu'elle avait été avec un loup-garou une fois. S'abaisser à ce genre de pratiques lui paraissait bizarre mais bon. Il fallait essayer, ça ne pouvait pas être que mauvais.

- Elle même. Et vous êtes probablement Monsieur Muraki ?

Plusieurs petites lumières clignotèrent dans sa têtes. Certaines des filles affirmaient avoir déjà vu passé le cher ange plusieurs fois alors que Skii regardait ailleurs. Oui, il y en avait toujours qui, n'ayant que ça à faire, épiaient les passants à travers leur tête. C'était bien pratique, elle étaient attentives pour elle. Enfin, maintenant ça piaillait de tous les côtés. "il a un côté sadique vous ne trouvez pas ? - Oui, oui, tout à fait pour toi Nyssa ! - Ce pourrait être amusant en effet."
Nyssa les laissa continuer tranquillement dans leurs divagations. Le chaos ne lui faisait pas peur. Elle vivait dedans toute la journée, et, d'une certaine manière, s'en nourrissait. Ce chaos alimentait sa propre personnalité. C'était assez amusant en réalité.

- Moi de même.

Elle lui sourit à son tour de façon fort courtoise, qui n'avait rien de pervers ni de sadique. Chose extraordinaire quand on connaissait la teneur de sa tête.
Elle s'était habillée de sombre en ce jour. Une longue robe noire, c'était ce que Skii portait le plus. Nyssa ne risquait pas de trouver quoi que ce soit que ressemble de prés ou de loin à du rouge. Pourtant, Nyssa adorait le rouge. Enfin, ça ne posait pas vraiment problème étant donné sa vue qui en était à tout moment teintée. D'ailleurs le scientifique habillé tout de blanc faisait un effet très sympathique avec cette couleur qui perçait les ombres de sa veste et de son visage. L'ange en blanc n'était plus si pur que ça à ses yeux.

- Bien, je n'ai pas l'habitude de tourner mille ans autour du pot, si vous voulez bien m'en excuser. Si je vous ai contacter, c'est en partie par rapport à vos recherches. Comme vous le savez peut-être , j'étudie ce qu'on appelle les runes anciennes, et contrairement à ce que l'on pourrait croire l'histoire et la littérature ne sont pas sans rapport avec la science. Il y a même de fortes chances pour que celles-ci en l'occurence soient étroitement liées.

Skii, au fonc d'elle, frissonna. Nyssa sentit qu'elle aurait préférer ne rien entendre. "Tu ne peux pas faire ça... - Oh, si je le peux, et je le ferai avec joie pour faire avancer tes recherches - les gens autour n'y sont pour rien - Voilà qu'elle a des états d'âme ! - Voyons, Skii, tu ne peux plus te permettre d'en avoir. On a fait un marché, tu te souviens ? - Oui mais, il n'a jamais été question de... - C'est fini, tu vas devoir attendre et te taire encore longtemps maintenant. - C'est ça tais-toi, tais-toi"

Les autres continuèrent à caqueter en cœur tandis que Skii restait dans l'ombre, tout au fond, prostrée. La voir ainsi était très jouissif pour Nyssa dont l'expression n'avait, par ailleurs, évolué en rien durant l'échange bref qui s'était déroulé dans sa tête. C'était une conversation permanante ou les autres autour criaient se disputaient, tiraillaient Skii dans le noir le plus total. Le sourire de Nyssa ne put néanmoins s'empêcher de s'étirer quelque peu. Rien qui puisse cependant déterminer ce qui se passait dans sa tête, c'était juste un sourire adressé à son interlocuteur avant la requette ultime.

- Je pense qu'une collaboration pourrait s'avérer intéressante.

Elle le dévisagea un moment, puis, le laissant libre à sa réflexion, croisa les jambes et but une gorgée de café avant de retourner son attention sur la foule autour d'eux qui s'agitait. Les enfants criaient, les grandes personnes donnaient des directives, le tout dans un concert sonptueux de sonorités et d'odeurs de sang. Le sang l'attirait mais jamais au point de la rendre incontrôlable. Chose bien pratique, il fallait l'avouer qu'elle devait à Skii qui le devait elle-même à l'une des filles. Une de celles qui leur étaient très précieuses, et qu'il leur fallait ménager.

Enfin, pour l'instant elle attendait la réponse de ce cher chercheur. Celle-ci serait très déterminante pour la suite des évènement. Toujours souriante, elle croisa les mains sur se genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Dim 28 Juin - 16:22

Muraki hocha la tête en reponse à sa question, qu'elle lui retourna avec une voix sombre tout à fait charmante. Et elle se disait ravie de le rencontrer, ben voyons. Pourquoi est-ce que le chercheur à la drole d'impression que la prof qu'il avait croisée dans les couleur et la femme en fasse de lui n'était plus la même personne? Des schyzophrènes et des fous il en avait vu dans son parcours de medecin, mais elle ne semblait pas folle...alors sans doute avait une personalité multiples. Enfin il verrait bien en cours de route.
Assi et après reçu le thé qu'il avait commendé, il en avala une gorgée alors que celui-ci était encore plus bouillant, cela lui decapa la gorge mais il ne montra rien. Habitué a souffrir? Oui bien sur, c'était de Muraki qu'on parlait tout même.
Haha! voila que tout commençait à devenir interessait, elle se lança dans une tirade, d'une voix franche, où le mensonge n'avait pas sa place...Muraki aimait ce genre de femme, surtout celle qui comme Skii -oui il croyait pour le moment s'adresser à Skii Héraclydès et pas à Nyssa ou allez savoir qu'elle autre personne de la tête de la prof de Runes- avait du caractère, et encore lus lorsqu'elle finissait...victimes entre ses mains.
Si a ses yeux il n'avait plus rien d'un ange ce n'était pas le cas des gens autour, qui voyait rarement des gens tout de blanc vetu et sutout avec des cheveux de cette couleur et des yeux gris aussi clair. Bref Muraki était comme une tache blanche dans ce café mais cela ne semblait pas le deranger plus que ça.

-En effet je vois que vous êtes plutôt du genre franche...mais ce n'est pas deplaisant, je n'aime pas ceux et celles qui parle pour ne rien dire avant de cracher le morceau...
Muraki l'ecouta parler durant les quelques secondes qu'il lui fallut pour finir sa phrase, puis lui adressa un sourire.
-C'est une façon de voir les choses, mais la littérature est une sciences en elle même, une science du langage et de l'ecriture, la science des mots...donc elle peut bien avoir un lien avec les sciences brutes...
Les sciences brutes, ce terme l'avait toujours un peu decontenacé, car la science tait magnifique et ses envolées encore plus jouissive...prenez Eden par exemple...non! Ca suffit avec lui on avait passer le moment tant attentdu et maintenant on avait autre chose sur les bras, à savoir une prof vampire en attendant d'un accord ou non. Muraki posa sur elle un regard gris comme s'il cherchait à voir à l'interieur de sa tête. Ce qui n'était absolument pas le cas, il était dans tout un tas de domaine, mais pas dans celui de la transmission de pensées, et c'était tant mieux d'ailleurs.
Il la fixa donc comme ça pendant un petit moment, puis pris sa tasse pour en avaler deux gorger et la reposa sans bruit sur la table, il posa les coude sur cette dernière et joignit ses mains sur lesquelles il posa sa tête, sans la perdre des yeux.

-Une collaboration dites vous...c'est en effet une offre tentante, mais je suis quelqu'un de très très très selectif, je n'accepte pas n'importe qui a mes coté et encore moins lorsque j'ignore sur quoi porte le projet en question. Un peu plus de details ne serait pas de refus Mlle Heraclydès.
Prudent? Lui? Non, simplement curieux de savoir sur quoi il risquait de travailler, il était deja dans la merde jusqu'au cou pour bien d'autre chose, qu'est-ce qui pouvait être pire que d'être rechercher pour traffics d'organ ou encore pour meutre de 12 protitué et en tant que tête pensante d'un organes scientifique d'annéantissement de l'espèce humaine...et c'était les cas les plus connu dans lesquels il était sensé etre morts...maintenant si Skii avait mieux à lui proposer, cela pouvait être drolement axitant de collaborer, mais il voulait d'abord connaitre les détail...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Lun 29 Juin - 17:20

Le chercheur salua sa phrase d'introduction d'un compliment. Elle hocha négligemment la tête, c'était un signe comme un autre. Cela n'était absolument pas déterminant dans la suite des événements. Il pouvait apprécier sa façon de parler sans pour autant accepter sa demande par la suite. Il y avait cependant de fortes chances pour qu'ils s'entendent si elle en jugeait par ce qu'il venait de dire sur la science et la littérature. Ça, par contre, c'était un bon point.

- Je vois que nous nous comprenons. Fit-elle en appuyant son regard dans le sien.

Un personne vraiment intéressante décidément ce Muraki. Mais était-il aussi bon au lit ? Concert de protestations et d'approbations quant à cette réplique. Ce n'était pas le sujet. Mais si, mais si, ça pouvait le faire. Le cher chercheur n'avait pas l'air mauvais à manger. Et son sang paraissait aussi bon que celui des autres. Bon stop sur le sujet. On les laisse piailler entre elles et on revient sur le sujet du moment. Quelques unes la suivent pour mieux écouter aux portes la suite du feuilleton. Du coup d'autres suivent. Décidément le phénomène mouton marchait rudement bien chez ces bestioles. Encore des commentaires. "Mais de quel droit elle nous traite de bestioles ? - Pour qui se prend-elle - Chut, écoute... - Ah oui ah oui."
Attroupement autour de la petite lumière d'où on voit un peu le monde de dehors à travers un tout petit trou. C'est bon, elles ont fini ? On y va.

Il ne pouvait accepter n'importe qui comme ça il lui fallait des détails. Nyssa eut un sourire espiègle. Et comme il avait croisé les mains sur la table, elle pivota sur elle-même afin d'être de nouveau bien en face de lui. Là, elle se pencha vers lui et posa à son tour ses bras sur la table avant de le dévisager de nouveau de ses yeux sombres.

- Avec plaisir. Il s'agit en fait d'un sujet sur lequel je travaille depuis quelques années déjà. Les runes anciennes. D'étranges symboles qu'on a retrouvé, à vrai dire je les ai moi-même découverts, dans les roches sous la terre de la Sibérie. J'étudie ces symboles depuis longtemps, et il s'avère qu'ils ont un lien très étroit avec un des sujets de recherche de cette académie. Il s'agit là des capacités particulières qui se sont développées depuis près de trois cents ans chez les êtres humanoïdes. Ces runes datent d'une époque bien plus reculée et pourtant, on aperçoit des symptômes similaires.

Elle se redressa un peu, le sourire toujours accroché à ses lèvres pâles.

- Je souhaiterais que nous mettions en commun nos recherches pour mieux comprendre à quoi est dû ce soudain regain dans l'ADN des gens aujourd'hui.

Elle marqua une pause. À présent le sujet était lancé. Abordé si loin déjà, Nyssa prenait le risque d'un refus. Enfin, s'il refusait c'était qu'il ne faisait pas l'affaire. Elle aurait tôt fait d'en trouver un autre auquel renouveler sa proposition. "Ça ne tient pas." C'était vrai. Elle essayait de se rassurer, c'était tout. Elle était loin d'avoir choisi ce chercheur là au hasard. Si elle n'avait pas entendu parlé de lui comme le meilleur de son temps doublé d'un étrange personnage qui, alors qu'il avait le physique d'un ange, faisait peur aux élèves jamais elle ne lui aurait confier ce qu'elle venait de dire. Elle aurait encore moins demandé sa collaboration.
Le dos contre le dossier de sa chaise, Nyssa attendit encore un peu avant d'ajouter ces derniers mots :

- Avec tout ce que ça implique, marcherez-vous avec moi ?

L'inquiétude ne perçait pas ses traits. Et si ça avait pu être le cas d'une infime façon un instant auparavant, ça ne l'était plus pour la simple et bonne raison que Nyssa n'était plus anxieuse du tout. Ses émotions allaient et venaient au grès des marées de pensées de ses partenaires de tête et de corps qui la submergeaient sans cesse. Comme elle laissait sa réflexion ouverte en permanence aux commentaires des autres, il arrivait qu'au cours d'un moment de doute les autres influencent sa façon de penser.
Enfin, à présent Nyssa avait reprit la totalité de ses moyens et n'attendait plus que la réponse de l'homme en blanc dont les boutons du costard étaient ombrés de pourpre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Lun 29 Juin - 19:53

Oui elle pouvait voir qu'ils ateient tous deux sur la même longueur d'onde si elle le voulait, mais encore une fois plaire à Muraki relève de l'impossible, à moins d'être capable de ressuciter son abruti de frère ou de lui offrir Eden sur un plateau...Et vivant qui plus est. Mais là aussi ce n'était melheuresement pas le sujet pricipal de tout cela, il aurait le temps de savoir qui elle était en profondeur. Et cette fois là...Mais bon sang ils ont fini de partir en couille tous autant qu'ils sont oui! Bien le cerveau detraqué de Muraki ayant fait un tour complet sous son crane, il avait les idées à peu près normalement en place, telles qu'elles devaient être chez lui en tout cas.
Elle attendit un long moment sans le lacher des yeux, regard qu'il lui rendait au passage, en attendant qu'elle veuille bien lui expliquer les details du travail qu'elle attendait de lui. Il fallait vraiment que le sujet le passionne pour qu'il accepte par l'affirmative de bien vouloir collaborer avec quelqu'un. Oui c'était ça le plus dur pour l'ange de la mort, c'était de collaborer avec quelqu'un sans lui marcher dessus avant d'en faire un morceau de ses experience. Braf il faut le dire, et ce n'était pas dans son Curriculum Vitea, Muraki a en horreur les travaux en groupe...pourquoi serait-il medecin sinon? Personne ne peut l'expliquer c'est normal, il n'y a ni logique ni raison valable à cette phobie de la collaboration. Une phobie dites vous, oui mais plutôt chez les éventuels collaborateurs de ce cher Muraki plutôt ue pour lui même.
Enfin après s'être tourné vers lui et avoir adopté une position presque similaire à la sienne, la prof de runes se lança dans un serieux petit monologue qui content de menu détails sur ce qu'elle voulait de lui.

-Ainsi donc ces ecrits existe donc réellement.
Le sourire de Muraki qui suivit cette phrase en disait long sur ses pensée. Il fixa Skii avec un air relativement plus interessé que la seconde auparavant. Et bien oui elle avait capté son attention. Durant sa formation d'enseignant chercheur qui lui offrirait un poste de medecin, Muraki était tombé sur les écrit des chercheur avant lui qui parlait d'ecrits ui permettrait d'expliquer les muations géntique qui serait visible dans quelques année, lorsque l'ADN humain muterait pour se proteger du danger...il n'y avait pas cru, puis lorsque l'un de ses camarades avait été hospitalisé d'urgence pour une maladie non identifié et qu'on lui avait dit plus tard qu'il était capable de dire à l'odeur si l'être en face de lui était humain ou non il avait commencé à y croire. Puis Kylian avait été son prof, et lui avait expliqué les recherches que l'ont faisaient un peu partout dans le monde...il avait fait ses propre recherche et cherchait encore parfois aujourd'hui lorsqu'il en avait le temps, dans quelle region ou pays du monde il pourrait trouver une terre ou des gallerie pouvaient deumeré encore pour faire ses propres recherches.
Voila que grace à cette femme un de ses premier projet à l'abandon venait de voir le tas de poussière se dissiper d'un souple, comme par Magie.
Il eut un petit rire, amusé.

-Si on m'avait dit un jour que c'est une prof de Runes venant de Siberie, et vampire qui plus est qui allait me proposer ce marché j'aurais dit a cet informateur d'arreter la boisson.
Il se remis comme avant, a savoir les coudes sur la table, la tête sur les main, et un sourire sur ses lèvres pâle.
-J'accepte ce marché Mlle Héraclydès. Le science que contient mon cerveau et les informations que contiennent le vôtre n'ont cas se melangées pour trouver la solution de ce problème sacrément epineux!
Il hocha la tête, en prenant sa tasse de thé, et la termina d'ailleurs.
-Avce tout ce que cela implique, je marche. Pourquoi m'avoir choisi?
Intrigué? Non il était en quelque sorte au courant que de part les nombreuses rumeur, et surtout sa reputation, et malgré lui, celle de son père et son grand père avant lui, il jouissait d'un position hautement jalousée par un grand nombre de chercheur. Sans fausse modestie, il pouvait presque se dire le meilleur du Japon...mais il ne le disait qu'en silence...bien entendu!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Jeu 2 Juil - 20:25

Muraki se redressa, il connaissait l'existance des runes. Comment ? C'était intéressant. Peut-être pourrait-il être encore plus utile qu'elle ne l'avait pensé jusqu'alors. Le sourire de Nyssa ne s'élargit vraiment que lorsque le chercheur certifia qu'il marcherait avec elle. Il n'avait pas eu l'air d'hésiter. Il connaissait donc la valeur de ses informations. Ce qui supposait qu'elle devrait se méfier de lui, ne pas tout lui offrir sur un plateau, se contenter de donner le nécessaire pour qu'il ne la menace pas et qu'il continue à collaborer. Enfin, au moins ce problème là était réglé. Skii d'ailleurs, quelque part au fond de sa tête au milieu des rires et des cris divers, ne réagissait plus. C'était une brave petite, une fois de plus elle avait compris qu'elle ne pouvait rien faire contre ce qui arrivait. Et puis, même si elle désapprouvait elle serait bien obligée d'admettre l'avancement de ses recherches lorsqu'ils en auraient fini. Si elle était encore là. Oui, Nyssa pensait qu'il y avait des chances pour que Skii finisse par disparaître à un moment donné. Le souvenir de Liam, en effet, au contact de Nyssa était beaucoup moins fort. Et Skii n'existait que depuis lui, donc certainement également de part lui. Enfin, ce n'était pas le sujet.
Le scientifique lui demanda pourquoi lui. Un infime instant elle fut déconcertée par cette question. C'était tellement évident pour elle. Enfin, peut-être pas pour lui. Ou bien avait-il besoin qu'on le lui rappelle ?
Elle plissa légèrement les yeux, un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres et elle répondit :

- Tout d'abord parce que vous êtes le meilleur dans votre domaine. Je pense qu'il est inutile de préciser que je veux la perfection absolue. Je compte sur vous. Ensuite parce que vous m'avez l'air assez bien porté sur la chose pour faire un bon partenaire. Sexuel, s'entend, pas de sentimentalité entre nous.

Le tout sans l'ombre d'une gène ou d'un clignement de cils. Non, Nyssa n'était pas le genre à y aller ar quatre chemins. D'abord elle n'avait pas eu de relation sexuelle au terme où elle l'entendait depuis environ trente ans. Skii avait une façon assez particulière de choisir ses partenaires. Trop sentimentale. Elle avait même été avec un loup-garou une fois. Oui, Skii était une personne très étrange, un vrai mystère pour Nyssa. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle avait pu resté si longtemps. Leur marché comptait là dessus.
Elle avait faillit ajouter aussi dans sa phrase: "parce que vous avez l'air aussi fou que moi" mais s'était ravisée. Il fallait préserver un tant soit peu le secret de sa folie et de ses personnalitées multiples. Jusqu'à ce qu'il le découvre du moins. Car s'il était aussi bon et taré que Nyssa le pensait, il le découvrirait certainement. Le tout résidait dans le où et quand qu'elle devait laissé lointains et éloignés pour l'instant. Elle se croyait suffisament maligne pour lui échapper un moment, le tenant sur un autre sujet plus passionant.
Elle demanda l'addition en attendant une réaction de la part du chercheur tout vêtu de blanc. Ses cheveux l'étaient aussi d'ailleurs, avec de magnifiques reflets rouges vifs qui correspondaient en fait à l'argenté dans la réalité des couleurs. Les yeux injectés de sang lui paraissaient ceux d'un vampire. Nyssa doutait d'ailleurs de son appartenance à la race humaine. Ce serait plus pratique pour elle s'il ne l'était pas. Quoique...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Sam 11 Juil - 16:07

Ah la reputation, comme c'était une chose merveilleuse parfois! Muraki était le meilleur dans son domaine. il l'avait été, l'était encore et le serait encore dans quelques années...c'était comme et on n'échappait pas à son destin. Le directeur de l'école l'avait compris contre son gré, et devait s'y plier c'était comme ça...ses victimes l'avait compris trop tard pour pouvoir encore jouir d'une liberté qu'on appelle comunement la Vie...donc oui, dans son domaine, il était le meilleur.
Il lui adressa un petit sourire. Elle avait don questionnez les gens pour savoir qui choisir, et on l'avait guider vers lui. Mais serait-elle assez forte, mentalement parlant pour supporte le fou à lier qu'il était lors des travaux collectif. Il fallait qu'il la mette en garde contre ça...

-Je suis ravi qu'on vous ait guidé vers moi...et je suis ravi de collaborer avec vous. Mais je dois vous mettre en garde contre une chose...j'ai en horreur les travaux de groupe qui s'éternise...mes anciens collaborateur, si vous savez user de necromancie bien sur, pourrait vous dire combien je suis dangereux en tant que partenaire...
Puis il se mit a rire doucement, un eclat passa furtivement dans ses yeux. Un partanaire sexuel? elle n'avait pas froid aux yeux la petite vampire. Certes elle devait être plus agée que lui, il n'avait que trente ans, ce n'était pas bien dur bien sur...mais il va sans dire que les pratique sexuelles de ce cher scientifique n'était pas toute très catholiques...hommes ou femmes il s'en moquait...et d'ailleur la plupart des femmes avait fini dans son assiette et celle de ses invités. Mais il ne jugea pas bon de lui transmettre cette informations.
-Dois-je comprendre, qu'au dela d'une alliance de collaboration dans le domain ciantifique vous chercher aussi un partanaire de jeu, erotiquement parlant? Vous n'avez pas froid aux yeux Mlle Heraclydès...
Et cela lui plaisait? Non...Muraki s'en fichait totalement. Muraki se moquait de tout, même de mettre en danger sa propre vie.
D'ailleur Skii ne savit même pas combien elle avait raison de penser qu'il ne ressemblait pas tant que sa à une humain. Les scientifiques qui cherchait à comprendre son raisonnement lors des enquêtes policières qui avaient été menée sur lui cherchait encore où le classer. Il ne pouvait pas le mettre chez les vampire, car il était encore vivant, pas chez les loups, il n'avait rien en commun avec eu sinon qu'il se nourissait de cher humain au gré des caprice de la Lune...pour qu'elle soit rouge...mais il ne pouvait decidement pas se permettre de la classer chez les humains car son esprit et sa façon de voir les chose ne l'était plus depuis longtemps...la seule chose humaine chez lui c'était son corps. Ou classeriez vous un homme qui depuis qu'il avait dix ans, inurgitait des doses de poison a chaque repas pour y habitué son corps et ne pas craindre d'être empoisonné? Ou classeriez vous un homme qui se nourrisait de la chaire humaine et qui buvait le sang de ses victime jusqu'à la dernière goutte a travers le corps d'un de ses pantins necromantique ou par ses propres moyens pour le transformer en fluide vitale necessaire à sa survie...un homme qu'on appelait Ange de la Mort ou Vampire humanoide?
Et concernant les multiples personnalité de Skii s'il n'avait pas encore percé on secret, il se doutait de quelques chose, quelque chose, qu'il murmura, tout en se laissant aller contre le dossier de sa chaise en demandant l'addtiton a son tour:

-Je n'aurais jamais penser que la prof de Runes reveuses que j'ai nombre de fois croisé dns l'ecole vienne un jour me demander une collaboration comme celle-ci...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Dim 14 Fév - 23:33

(j'ai mis le temps mais voilà finalement la réponse)

Il la mettait en garde ? Comme c'était mignon. Mais ce n'était pas la peine, Nyssa comme toutes les autres en chœur à l'intérieur savait pertinemment que ce cher Muraki était fou. Sinon, pourquoi l'auraient-elles choisi ? Elle eut son traditionnel sourire sadique. Le jeune homme (oui, parce que pour elle, Muraki était un jeune homme) lui était décidément très sympathique. Elle l'appréciait beaucoup, vraiment. Et s'il n'éprouvait aucun problème à tuer les gens, ce serait un plaisir de travailler avec lui. Ainsi, il ne la gênerait pas. A sa réplique elle eut donc un petit rire
- Je vous remercie de cette prévention un peu tardive cher ami. Ne vous inquiétez de rien. De nous deux, je ne sais lequel est le plus dangereux pour l'autre...
A sa mention de sexe le jeune chercheur rit doucement, d'un rire qui aurait terrorise le plus hardi des vampires mais qui, sur Nyssa, n'eut pour effet qu'exciter davantage son esprit dérangé subitement conscient d'être en contact avec l'une des personnes les plus intéressantes qu'il lui ait été donné de rencontrer depuis bien longtemps. À la réplique qui suivit Nyssa hocha la tête en signe d’approbation avant d’ajouter :

- Il n’y a pas meilleur jeu pour un vampire qu’avoir un partenaire humain, le simple fait d’être à proximité de l’un d’eux nous excite.

Nyssa devait tout de même avouer que ce scientifique avait du cran. Alors qu’il devait déjà bien connaître la façon dont fonctionnaient les vampires il avait accepté son offre. N’importe quel humain normal aurait gentillement décliné son invitation mais lui semblait accepter. C’était amusant. Mais à ce degré là ce n’était plus du courage, c’était de la folie. Décidément cet homme lui plaisait. « Toi et ton esprit fou, tu aimes voir un de tes semblables tu n’as pas idéemais c’est vrai qu’il est mignon – il fera un admirable partenaire – ça reste à voir, aussi fou qu’il soit il n’est pas dit qu’il tienne la cadence – c’est vrai que Nyssa poursuit un rythme plutôt soutenu – rares sont ceux qui ont survécu hahaha… » Autour de l’écran de lumière, les autres piaillaient toujours, toutes agglutinées les unes contre le autres, elles ne voulaient pas perdre une miette de ce que leur laisser voir Nyssa, ce petites furies qui criaient du matin au soir.
Mais le chercheur laissa échapper une phrase, une phrase qui énerva Nyssa, qui lui rappela les mauvais souvenirs de lorsqu’elle était enfermée et que l’autre était dehors. Toujours là, rêveuse, comme il disait, à perdre son temps, à pleurer un pauvre type mort depuis des années. Nyssa détestait ces choses qu’elle ne pouvait comprendre. Le sexe, l’envie, ça elle entendait, mais l’amour au sen fort elle ne saisissait pas. C’était ridicule, impensable, impossible à imaginer pour elle. Et cela l’énervait.
Cependant, le problème pour l’instant était de ne pas être découverte, et de ne surtout pas perdre cette perle rare de chercheur sadique en folie.
Il s’agissait donc de ne pas perdre la face et de rester elle-même (soit dit en passant, lorsque l’on possède une cinquantaine de personnalités ce n’est pas la chose la plus facile à faire)

-Disons que c’est un air qui passe mieux aux yeux des gens qui nous ont embauchés. Tout au moins, au début.

Et elle lui adressa un discret clin d’œil avant de se lever.

-Bien, j’imagine que nous nous reverrons. D’ici là, au revoir monsieur Muraki le chercheur. Ce fut un plaisir de faire votre connaissance. Je passerait vous voir à l’occasion dans votre bureau de recherche si cela ne vous ennuie pas. Passez une bonne journée.

Elle laissa un billet qui payait son café sur la table et partit de sa démarche de vampire.


(dis moi si tu veux répondre ou si je clos le sujet)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   Lun 15 Fév - 20:54

Mais bien sur que Muraki était quelqu’un de prévoyant, il n’allait tout de même pas la laisser se précipiter dans la gueule du loup –en sachant que c’était lui le loup et qu’en plus il était carnivore. Elle venait vers lui, demander son aide et son soutient dans ses recherches, et lui était quelqu’un qui préférait travailler seul mais parce que ces recherches l’intéressait fortement donc il la mettait en garde, après c’était à elle d’y faire attention ou pas.
Elle lui dit qu’elle ne savait qui de lui ou d’elle était le plus dangereux, et cela lui arracha un petit rire. Et puis comme dit précédemment, Muraki s’en fichait pas mal de mettre sa vie en danger. Elle lui proposait même une place dans son lit ! Un éclat de rire secoua mentalement le scientifique tandis qu’il fixait Nyssa de ses yeux gris. Cette vampire promettait d’être intéressante si elle continuait de le prendre pour un humain banal. Mais il n’allait pas l’empêcher de croire comme ça pour le moment. Nous allions bien voir qui des deux seraient le plus dangereux.


-Et bien, qui eut cru que nous parlerions « sexe » alors que vous m’avez fait venir pour me demander un partenariat.

Cela ne le dérangeait pas plus que ça. Pardon ? Muraki n’était-il pas sensé être gay ? Mais non voyons, Muraki aimait la peau douce des femmes sous ses doigts blancs, il aimait aussi glisser ses mains dans leurs cheveux, avant de les tuer avec une lenteur toute particulière en les vidant de leur sang…puis il coupait leurs cheveux, et laissait le corps à la vue de tous. Généralement il s’agissait de prostituées, ce n’était pas le cas de Nyssa n’est-ce pas ?
Concernant les hommes, oui il les aimait aussi. Leur corps, leurs regards choqués puis apaisés lorsqu’il s’occupait d’eux. Non Muraki n’était pas gay, il était bisexuel et il le vivait bien !


Elle ne sembla pas apprécier qu’il lui parle du professeur qu’il pensait encore qu’elle était au début en arrivant. Son agacement visible le temps d’un millième de seconde, rassura le chercheur sur le fait qu’il ne c’était pas trompé en pensant qu’elle n’était peut-être pas tout seul dans sa tête. Une multiple personnalité ? Oui c’était envisageable, et pas qu’un peu même…

-Les apparences sont parfois trompeuses… rajouta-t-il avec un clin d’œil en réponse, a celui qu’elle lui avait adressé.

Il regarda se lever, sans bouger. Il finit sa tasse de café, doucement avant de se relever. Il déposa lui aussi un billet sur la table, et enfila doucement sa veste. Elle se détourna en lui disant qu’ils se reverraient s’en doute plus tard, et qu’elle passerait sans doute dans son labo un de ses jours.

-Mais je vous en prie, la porte n’est jamais fermée…et je doute de toute manière qu’une porte vous fasse barrage. A bientôt donc Mlle Heraclydès…

Il la regarda marcher deux petite minutes, de sa démarche glissante qu’ont tous les vampires…mais non il ne matait pas son derrière, quoique…Et il sortit du café, se dirigeant vers la rue marchande, où il avait rendez-vous avec un autre de ses collègues.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonjour cher chercheur (RP Muraki)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonjour cher chercheur (RP Muraki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bien le bonjour, cher collègue [Ft. Azuma Yasumasa]
» Bonjour chers amis !
» Adieu Haiti, Bonjour Dominicanie
» bonjour [pv Petit Matin]
» Bonjour de Thibaut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie d'Eden :: Archives de l'Académie :: Archives de la ville-
Sauter vers: